Selon le N.Obs, Boutef prévoit de “brigander” un 4eme mandat.

Voici une nouvelle qui pourrait intéresser, très certainement, et en premier lieu, notre honorable président de la JSK, Hanachi Md Cherif. Occasion inespérée  pour lui de remettre au président Boutef, si Dieu lui prête vie, le maillot de la JSK portant le no 4, en l’honneur de son 4eme mandat assuré par l’hypothèse concluante de la logique de la présidence à vie qui veut que l’erreur de prédiction électorale soit nulle. Avec Boutef on a vécu l’expression relativiste d’Einstein «  je suis arrivé avant d’être parti », avec Hanachi , Echourouk c’est plutôt El Ghouroub.  Heureuse coïncidence, tout de même, du fait que Hanachi avait lui-même porté honorablement  ce numéro dans les années 70, à  l’époque où le club de la  JSK, apolitique et populaire, appartenait  pleinement à ses supporters qui étaient, plutôt, politisés dans le sens de leurs intérets.  (R.C)

Révolte arabe: les présidents qui voulaient devenir rois écartés, les monarques restent

En Algérie, le président Abdelaziz Bouteflika, au pouvoir depuis 12 ans, est confronté à une opposition croissante qui lui reproche d’agir en potentat. Il prévoit de briguer un nouveau mandat de cinq ans en 2014 et de tout faire pour l’emporter.
Les révoltes arabes ont emporté des présidents et en menacent d’autres, mais les monarques semblent pour le moment résister au vent de réformes qui souffle de l’Afrique du Nord au Golfe.

Pour des analystes de la région, ce paradoxe s’explique par les tentations dynastiques des chefs d’Etat écartés et par la légitimité encore préservée des souverains qui se maintiennent au pouvoir.

“Il est clair que les premiers à avoir été dans la ligne de mire de la contestation politique ont été les présidents”, souligne un expert du Brookings Institute à Doha, Salman Shaikh.

Le premier à tomber fut Zine El Abidine Ben Ali, en Tunisie, suivi de Hosni Moubarak, en Egypte. Et aujourd’hui, le président Ali Abdallah Saleh, au Yémen, est la cible de la colère de manifestants qui exigent son départ.

“Les gens se sont révoltés contre des régimes présidentiels qui voulaient se transformer en familles royales”, explique Moustapha Alani, du Centre de recherches sur le Golfe à Dubaï. De fait, MM. Ben Ali et Moubarak avaient l’ambition d’adouber un membre de leur famille comme successeur et M. Saleh n’avait pas caché, jusqu’à récemment, son souhait de voir son fils prendre sa place.

Cette transmission de pouvoir dynastique, en principe étrangère au régime républicain, a permis au président syrien Bachar al-Assad de succéder en 2000 à son père Hafez. Et aujourd’hui le régime de Damas doit, lui aussi, faire face à un début de contestation.

En Algérie, le président Abdelaziz Bouteflika, au pouvoir depuis 12 ans, est confronté à une opposition croissante qui lui reproche d’agir en potentat. Il prévoit de briguer un nouveau mandat de cinq ans en 2014 et de tout faire pour l’emporter.

En Libye, une rébellion armée, avec le soutien de pays occidentaux et arabes, tente de mettre fin au règne de plus de 40 ans d’un leader autoritaire, Mouammar Kadhafi, dont le fils Seif Al-Islam apparaissait comme l’héritier désigné.

“Les gens se révoltent aussi contre des dirigeants arrivés au pouvoir comme des révolutionnaires et qui sont devenus à la longue des tyrans”, souligne Jamil Mroué, journaliste et commentateur, basé à Abou Dhabi. Outre la colère des peuples, l’intervention des armées qui se sont rangées en Tunisie, en Egypte et partiellement au Yémen aux côtés des manifestants est apparue essentielle pour que ces dérives monarchiques soient contrées.

Les monarchies comme le Maroc, la Jordanie ou les royaumes pétroliers du Golfe ont, elles, mieux résisté aux mouvements de colère populaire et les armées qui défendent ces régimes n’ont pas montré de signe de nervosité. A Bahreïn, la contestation de la dynastie sunnite par des manifestants chiites a été réprimée lorsque les exigences des protestataires à plus de participation politique se sont transformées en appels à la chute de la royauté.

“Les monarchies bénéficient d’une plus grande légitimité et d’une plus grande stabilité, liées à leur ancrage dans des sociétés traditionnelles”, assure M. Shaikh.

En outre, le processus de transmission du pouvoir, même s’il est opaque et souvent l’objet de tractations internes, n’est pas remis en cause. “Un roi a le droit de transmettre le pouvoir à son fils ou à son frère”, commente M. Ani. Pour autant, ajoute-t-il, “les monarques, s’ils veulent survivre, doivent conduire des réformes. Leur légitimité historique ne les protégera pas toujours.”

Les monarchies du Golfe bénéficient d’un atout supplémentaire, estime M. Shaikh, face à la nécessité de se réformer: l’Occident, et en premier lieu les Etats-Unis, ne cherchera pas à précipiter les événements. “En terme de pétrole et de ressources énergétiques, il y a trop d’intérêts en jeu”, assure-t-il.

(Nouvel Obs du 26 03 11)

 

 

3 comments for “Selon le N.Obs, Boutef prévoit de “brigander” un 4eme mandat.

  1. May 19, 2011 at 15:10

    Thank you for the good writeup. It in truth was once a enjoyment account it. Look complex to more brought agreeable from you! However, how can we be in contact?

  2. May 20, 2011 at 15:46

    I would like to convey my respect for your generosity in support of women who absolutely need guidance on your field. Your personal dedication to passing the message up and down ended up being really important and has really empowered individuals just like me to get to their targets. Your helpful guideline can mean a great deal to me and even more to my fellow workers. Best wishes; from all of us.

  3. July 3, 2011 at 21:02

    Great written post. Keep up the good work and your visitors will be sky-rocket and I will keep coming back.

Leave a Reply

Your email address will not be published.