Discussions ordinaires sur l’Algérie et ses hommes (part V)

Rappel: Cette discussion a eu lieu juste aprés les éléctions presidentielles de 2009, qui ont mis en course le président  Boutef et sa soif radioactive contre les 6 éléments les plus legers du tableau de Mendelièvre. Resultat: Boutef a été reélu avec plus de 90% des voix. Les  coureurs  de carottes comme on les a surnommés, ont decroché au décompte final, chacun, un chiffre inferieur à l’erreur de calcul.

Boutef, du redressement révolutionnaire au “redressement constitutionnel”. Une vie (de pouvoir) faite de ruses, de soif et de coups d’état.

Boutef et le président Lula Da Silva du Brésil. Da Silva est parti qvec tous les honneurs, par souci majeur de respecter la constitution et, par là, le peuple et la nation du Brésil. Boutef, lui, sa soif du pouvoir l’avait poussé à violer la constitution de la même façon qu’un obsédé sexuel violerait une femme sans défense, confiée à sa tutelle.

Boutef, un candidat que nous avons bien accueilli au départ , du moins autour de la table; pour ses 2 premiers mandats, on l’avait vu comme doté de ce don de modérateur à la Georges Washington et qui allait mettre fin aux querelles entre laïcs et islamistes, berbéristes et baathistes, francophones et arabophones. On s’est rendu compte qu’on l’a aimé parce qu’il nous avait tout simplement bien menti. Qu’attendre d’un libéral qui a joué au socialiste rien que pour plaire à Boumediene ? Si la religion, comme disait Voltaire, est née de la première rencontre entre un naïf et un hypocrite, la supercherie politique algérienne serait née de la première rencontre entre Boumediene et Boutef, un duo fait d’un alpha-man et d’un beta-man qui se complètent dans leurs différences pour une destination commune. Pour Boutef, quand on n’arrive pas à voler de ses propres ailes, autant supporter un gars qui a des ailes solides et ensuite s’accrocher corps et âme à ses pieds. Il va nous faire atteindre des hauteurs qu’on ne risque pas d’atteindre par ses propres moyens.

Drôle de rôle pour notre héros dans sa mission impossible d’aller chercher le titre de révolutionnaire dans un endroit où la révolution n’a jamais eu lieu. Était-ce un fait de bonne étoile d’être guidé vers les milieux les plus sûrs ou de se retrouver, au bon moment, au bon endroit ? Tel pompier, aussi volontaire fût-il, est toujours arrivé au lieu de l’incendie quand le feu eût été éteint. Sa maman dira de lui que c’est un porte-bonheur, parce que les bons gars font que les bonnes choses arrivent. En anglais, on dit « good guys make good things happen ». Plus mystiquement, on dira que le bon dieu lui a toujours évité les mauvaises situations (ba3ad a3lih rab el masayeb).

Notre président du massif “bessif” est désormais un président à part. Il est né ailleurs et a grandi ailleurs, son nom de guerre était « Si Abdelkader El Mali » du fait qu’il avait fait sa guerre dans les frontières algéro-maliennes. Une guerre à part car, franchement, faire une guerre dans un désert sans ombre où il n’y a pas l’ombre d’un soldat français dans les parages c’est comme aller chasser le tigre du Bengale du coté de Ain Azal. Comme on dit dans le terroir, in 3al bou es saltane fi ghibtou (j’emmerde le roi en son absence). Tartarin de Tarascon le faisait aussi, il allait chasser du lion là où il était sûr de ne pas le rencontrer. N’empêche, il s’est taillé dans la littérature le titre de chasseur de lion sans jamais n’avoir eu l’occasion d’en rencontrer un seul.

Après les 2 coups d’état-contre le GPRA et contre  Ben Bella- auxquels il avait participé et un autre coup d’état qu’il avait déjoué contre Tahar Zbiri, c’est normal de continuer à exercer dans la vie une chose qui nous réussit si bien. Ibn Khaldoun disait que l’homme est l’enfant de ses habitudes. Le coup d’état de 1965 contre Big Ben, il l’a surnommé le redressement révolutionnaire. Pour mettre un peu de sel dans la plaie de Ben Bella, il fera du 19 juin un jour de fête national. Son coup d’état contre la constitution en 2008 qu’il n’a pas osé appeler “redressement constitutionnel”, il l’a attribué à la liberté d’un peuple à accepter qu’on lui impose un président à vie. C’est comme conférer à un peuple, à titre d’une liberté en plus, le droit de se résigner. Au fait, un autre coup d’état contre Larousse dans sa définition de la démocratie. Il est allé défier tous les grands théoriciens de la démocratie jusqu’à la République de Platon que c’est hautement antidémocratique d’empêcher un peuple de se laisser se faire choisir un président à vie. Comme quoi on a le droit de tromper son peuple si on estime avoir suffisamment d’art pour le tromper sans provoquer sa révolte,  en lui offrant quelque chose qui lui appartient, lui faisant croire que ça vient de votre générosité . « The art of deception » comme disent les Rolling Stones.

En 1990, il avait déjoué un autre obstacle constitutionnel qui l’empêchait de se frayer le chemin vers les fonctions suprêmes. C’est l’obstacle du célibat. Il se maria, alors, avec Amel Triki, la fille de l’ancien premier conseiller à l’ambassade d’Algérie au Caire, Yahia Triki, de la même façon que ce mariage arrangé qui permet à un harrag qui vit au noir en occident de se régulariser vis-à-vis du pays d’accueil. Enfin, on n’a jamais vu notre First-Lady accompagner notre président pour accueillir d’autres couples présidentiels. Un faux et usage de faux ? On ne discute pas la supercherie quand elle s’érige en secret d’état. Cela me rappelle, à l’antipode de l’opacité, dans les années 90, l’interview en public de Bill Clinton avec un journaliste de la chaine MSNBC, Phil Donohue. Les questions étaient si strictes qu’elles n’admettaient pas le moindre détour dans les réponses. Accablé de questions, Bill Clinton se débrouillait bien jusqu’à ce qu’une question regardant ses rapports extraconjugaux venait à le mettre hors de lui. « It’s not your business ! » Répondît Clinton, visiblement emporté. « Je regrette, monsieur le président », répliqua le journaliste, « si j’ai à voter pour vous je dois tout connaitre sur vous. Si vous avez à cacher quelque chose c’est que ce n’est pas beau à voir ». C’est ce qu’on appelle le culte protestant de la vérité inspiré du livre Confessions de Saint-Augustin qui inspirera le protestantisme américain qui se manifeste en permanence dans les interviews américaines et leur obsession à tout connaitre sur leurs dirigeants au point que l’on dise, aujourd’hui, que le président des États-Unis est l’homme le plus surveillé du monde.

Comparaison n’est pas raison dirions-nous et, pourtant, tous les hommes, où qu’ils soient, ont les mêmes rêves et les mêmes aspirations. Si on se réfère à un astre clair et ponctuel comme le soleil, on obtient la lumière et la ponctualité ; si on se réfère à une nébuleuse, on obtient le flou et le noir et… des surprises. Des bonnes et des mauvaises, au petit bonheur la chance, au gré du prix du baril. En Algérie, aucun président n’a fait mieux qu’un autre, aucun président n’a stimulé le génie populaire pour créer des richesses en dehors de celles contenues dans notre sous-sol. On a applaudi Chadli quand le pétrole avait atteint 40 dollars le baril en 1980, on l’a hué et causé sa démission quand le même baril est redescendu à 9 dollars sur l’échelle de Richter. Le président était le même mais les barils sur le marché étaient différents. Dans un système politique fermé, il y a très peu de manœuvres pour qu’un président puisse faire visiblement mieux qu’un autre. C’est, probablement, Georges Politzer qui avait dit que dans la vie on ne renonce pas aux illusions mais on renonce à un système qui a besoin d’illusions. On  a, aujourd’hui bien de bonnes raisons d’avoir peur de tomber dans la logique de Malek Bennabi  qui disait, dans les annees 70, que l’Algérie est une société bloquée et que la seule clef pour une société bloquée , c’est la guerre civile. La guerre civile ? Mais on en a eu déjà une . Et…  Boutef  l’a détournée. (A suivre)

 

2 comments for “Discussions ordinaires sur l’Algérie et ses hommes (part V)

  1. June 1, 2011 at 23:37

    I love http://www.kabyleuniversel.com , bookmarked for future reference

    prohormones

  2. October 20, 2011 at 07:10

    Excellent website! Plenty of helpful information here. I was looking for this.Thanks for sharing!

Leave a Reply

Your email address will not be published.