Les hommes obèses fabriquent moins de spermatozoïdes

 

Selon une étude française présentée lundi 5 juillet à Stockholm dans le cadre ducongrès de l’European Society of Human Reproduction (ESHRE), le sperme des hommes obèses est moins riche en spermatozoïdes, ce qui risque d’avoir un impact direct sur leur fertilité.

L’étude a été conduite fin 2010 sur 1 940 personnes par une équipe conduite par leDr Paul Cohen-Bacrie, directeur scientifique du laboratoire de biologie médicale d’Eylau-Unilabs, à Paris. Il s’agit de “la plus vaste étude jamais menée” sur le sujet, selon Unilabs, un groupement de laboratoires de douze pays européens, fondé en Suisse.

“Le surpoids entraîne une modification des paramètres du sperme, du fait probablement de désordres hormonaux, avec des déficits en nombre, en mobilité et en vitalité, ce qui entraîne des pertes de possibilité de conception”, a précisé le Dr Cohen-Bacrie. Les chercheurs ont analysé le volume de sperme, son pH, la concentration des spermatozoïdes par millilitre de sperme, leur nombre total, leur mobilité, leur vitalité, le taux de formes atypiques, etc. Des coefficients de corrélation ont été établis entre ces paramètres et l’indice de masse corporelle (IMC), qui définit la corpulence.

UNE “DONNÉE IMPORTANTE” POUR TRAITER L’INFERTILITÉ

Il est apparu que plus le surpoids est important, plus la qualité du sperme diminue, particulièrement en ce qui concerne la concentration et le nombre total de spermatozoïdes. Ainsi, la concentration en spermatozoïdes baisse de 10 % pour les patients en surpoids par rapport à ceux de poids normal, et de 20 % pour les obèses, chez qui la mobilité des spermatozoïdes baisse de 10 %. Le compte total de spermatozoïdes, de 184 à 194 millions par millilitre (M/ml) chez les gens de poids normal, baisse à 164-186 M/ml chez ceux en surpoids, et à 135-157 M/ml chez les obèses.

Le nombre de personnes souffrant d’une absence totale de spermatozoïdes (azoospermie) passe de 1 % quand le poids est normal à 3,8 % chez les obèses.

Quand l’âge augmente, l’effet de l’IMC, l’indice de masse corporelle) sur la concentration et la numération reste le même, mais la mobilité des spermatozoïdes chez les obèses diminue significativement. On savait déjà que la femme obèse ou trop maigre peut avoir des troubles de l’ovulation. Mais “quand un couple cherche à concevoir, il faut aussi regarder le poids de l’homme, une donnée importante”, souligne le Dr Cohen-Bacrie.
Elément réconfortant, il a pu constater, sur trois cents patients, que le problème est réversible, et qu’en maigrissant on récupère les paramètres perdus.

En agissant sur le poids et sur d’autres données comme la consommation du tabac, on peut, “par des actions simples, parvenir à des conceptions naturelles et éviter la procréation médicalement assistée”, note ce spécialiste de la procréation médicalement assistée.

L’IMC décrypté

Avec un IMC (poids divisé par le carré de la taille) inférieur à 18, la personne est considérée comme maigre. Entre 18 et 25, le poids est normal. Entre 25,1 et 30, il y a surpoids, et obésité au-delà de 30.

Source: http://www.lemonde.fr/planete/article/2011/07/04/les-hommes-obeses-fabriquent-moins-de-spermatozoides_1544749_3244.html

Leave a Reply

Your email address will not be published.