Le lobby sioniste aux Etats-Unis

Une bonne partie d’Américains se questionne sur l’excès d’influence que le lobby sioniste a sur la politique étrangère américaine. Dans le silence des lobbies, le lobby sioniste est classé largement en tête, suivi loin derrière par les lobbies arménien et cubain.

Le lobby sioniste, cependant, est un sujet qu’on n’ose pas discuter ouvertement en Amérique. De plus en plus d’Américains soupçonnent l’existence de forces quasi-occultes qui poussent l’Amérique à agir à l’encontre de ses intérêts et dans le sens des intérêts d’Israël. Chaque année, l’Amérique débourse, à titre d’aide, une somme de 3 milliards de dollars à l’État d’Israël, soit 500 dollars par citoyen israélien. Malgré son ascension à la catégorie des pays industrialisés avec un PNB égal à celui de l’Espagne et de la Corée du Sud, l’État hébreux demeure, à ce jour, l’État le plus privilégié au monde par l’Amérique. À cela s’ajoute une variété de marchés et d’arsenaux diplomatiques en tout genre en faveur d’Israël. Cette aide, “moralement justifiée”, du fait qu’Israël ait joué un rôle stratégique aux cotés de l’Amérique lors de la guerre froide, ne se justifie plus aujourd’hui du fait que l’État hébreux devient un véritable fardeau dans la lutte contre le terrorisme ainsi que pour l’image de l’Amérique dans le monde.

Il faut noter tout de même qu’un juif n’est pas forcément sioniste et qu’un sioniste n’est pas forcément juif. Beaucoup de juifs en Amérique sont contre le lobby sioniste, d’autres par contre, non juifs, comme la Christian Evangelicals, le soutiennent corps et âme.

Le lobby sioniste n’a pas une direction centrale ni un leadership déterminé. D’où la difficulté à le saisir. Il consiste en des organisations unies par des groupes d’intérêts politiques communs légitimés par le système politique américain. Ses organisations croient fermement que leurs intérêts sont indissolublement liés aux intérêts indissociables de l’Amérique et d’Israël.

Leur influence au niveau de l’exécutif (Maison Blanche) et du législatif (Congress), quoique masquée, demeure aux yeux de beaucoup, on ne peut plus évidente. Elle consiste à enrober de sympathie la politique et les actions israéliennes vis-à-vis de l’opinion publique américaine. À cet effet, le lobby finance des campagnes électorales visant à encourager les candidats à prendre des positions en faveur d’Israël et déclenche des campagnes de presse pour discréditer ou marginaliser tout politicien qui s’oppose au soutien américain à Israël. Parmi les présidents qui ont fait les frais de la campagne sioniste, on cite très souvent les présidents Nixon et Clinton.

The American-Israel Public Affairs Committee (AIPAC) est l’organisation lobbyiste la plus puissante aux États-Unis. Son influence est centrée sur la politique US au Moyen Orient. Pour beaucoup d’Américains, l’AIPAC est, sans aucun doute, derrière l’invasion de l’Irak et est en train de pousser les néoconservateurs au pouvoir à se donner de bonnes raisons d’attaquer l’Iran.

En dépit de la puissance nucléaire et l’importance de l’arsenal militaire de l’État d’Israël, le lobby sioniste américain ne veut pas entendre parler d’un Iran nucléarisé. Pourtant, ce même lobby qui, soi-disant, œuvre pour la mondialisation et le bonheur de la planète, n’avait pas manifesté d’objections à la bombe atomique pakistanaise. Sans doute, parce que la bombe pakistanaise est destinée, plutôt, dans le pire des cas, à frapper l’Inde, comme si ces deux pays antagonistes appartiennent à une autre planète.

Slogan anti AIPAC

Voyages en Israël pour les parlementaires nouvellement élus

Envers tout  parlementaire nouvellement élu, l’AIPAC  fait montre de sa generosité prometteuse en lui offrant un séjour d’une semaine en Israël à titre de “bienvenue à la cooperation”. Disposant de dossiers detaillés sur tout politicien, l’AIPAC redouble d’attention sur tout politicien dés l’instant où il presente sa candidature à la Chambre ou au Senat. Le plus souvent, le nouveau candidat est invité à une entrevue pour  lui faire reveler  ses sentiments vis-à-vis de la politique d’ Israël.

 

Leave a Reply

Your email address will not be published.