Le Rastafarianisme ou méditation sur l’humble désir d’ un retour à soi (MISE A JOUR)

UN ETHIOPIEN NOUS REPOND (tout en bas)

J’AI CRU ECRIRE CE TEXTE, ICI-BAS, POUR PARLER DE L’ETHIOPIE DANS TOUTE SA FASCINATION, SA MYSTIQUE ET SURTOUT LA BRAVOURE LEGENDAIRE DE SON PEUPLE. JE SUIS SUR D’AVOIR RACONTE UN TAS DE BELLES CHOSES SUR L’ETHIOPIE MAIS IL A SUFFI, AU PASSAGE, D’AVOIR EVOQUE UN PETIT MYTHE ETHIOPIEN COMME TOUS LES PEUPLES DU MONDE EN POSSEDE UN, ET D’UNE BLAGUE ALGERIENNE QU’ON SE RACONTAIT A TITRE D’HUMOUR NOIR SUR LA SECHERESSE ETHIOPIENNE DES ANNEES 80 , POUR PROVOQUER LA COLERE D’UN LECTEUR ETHIOPIEN QUI ME REPOND (VOIR LE TEXTE PLUS BAS) DANS LES LIMITES DE LA CORRECTION PASSANT OUTRE TOUTES CES BELLES CHOSES QUI DURENT ET QUI COMPTENT QUE J’AI RACONTEES SUR SON RESPECTABLE PAYS.
LES CATASTROPHES NATURELLES, Y’A PAS DE QUOI EN ROUGIR, ELLES FRAPPENT L’HUMANITE TOUTE ENTIERE SUR TOUTE LA SURFACE DU GLOBE SANS SE SOUCIER DES VICTIMES. L’ALGERIE A AIDE L’ETHIOPIE DANS SES DURS MOMENTS DE SECHERESSE COMME ELLE S’EST FAITE AIDER PAR TOUT LE MONDE A LA MEME EPOQUE LORS DU TREMBLEMENT DE TERRE QUI A DETRUIT LA VILLE D’EL ASNAM (CHLEF) EN 1980. ET EN ALGERIE, DE L’HUMOUR NOIR IL Y’EN A EU, ET SUR L’ETHIOPIE ET SUR EL ASNAM.
LORS DE LA DESTRUCTION DE LA NOUVELLE ORLEANS PAR L’OURAGAN KATRINA, LES AMERICAINS AVAIENT RECENSE PLUS DE 300 BLAGUES. L’HUMOUR NOIR NE CHOQUE PAS QUAND IL EST ACCOMPAGNE DE COMPASSION ET DE SOLIDARITE. IL FAIT PARTIE DE CES CHOSES POSITIVES QU’ON EXTRAIT DES CHOSES NEGATIVES DE LA VIE. ET AINSI VA LA VIE NON SEULEMENT POUR LES ETHIOPIENS ET LES ALGERIENS MAIS POUR LES PEUPLES DU MONDE ENTIER.

EN CHIMIE HUMAINE, MON CHER AMI, L’ELECTRONEGATIVITE D’UN HOMME EST UNE GRANDEUR PSYCHO-CHIMIQUE QUI DETERMINE SES TENDANCES A NE CAPTER QUE LES CHOSES LES PLUS NEGATIVES (ELECTRONS) DE LA VIE. (Rachid C)

 

Quelques figures éthiopiennes de l’histoire universelle

Les couleurs du drapeau de l’Éthiopie impériale de Haile Selassie  sont  également celles du mouvement rastafari

L’Ethiopie, pour ceux qui ne le savent pas, est le seul pays en Afrique à ne pas avoir été colonisé. Un capital inépuisable de fierté qui fait marcher les éthiopiens la tête haute malgré le poids de la misère qui les incite à se courber. Même Hollywood ne lésine pas sur les éloges pour rappeler au monde leur étiquette de noblesse à travers l’histoire. Dans Les 10 Commandement, ils [les éthiopiens] ont entretenu de bons et loyaux rapports commerciaux avec Moise. Dans le film Spartacus, le gladiateur éthiopien, Draba, vainqueur de Spartacus, par un acte de bravoure inouï, avait sacrifié sa vie pour sauver celle de son adversaire d’infortune: Pendant que Spartacus était au sol sous la lance sordide de Draba, la foule criait au vainqueur éthiopien de l’achever, conformément à la règle du combat. Draba, après un instant d’hésitation, sous l’effet combiné de rage et de révolte, lança son arme, de toutes ses forces sur un spectateur de l’élite romaine et le tua sur le coup. L’Ethiopien fût tué immédiatement par le général Marcus Crassus, sa mort, depuis, ne cessa de contribuer à alimenter à nos jours et pour toujours le mythe de la bravoure éthiopienne. Devenu empereur Marcus Crassus serait reconnu comme l’homme le plus riche de tous les temps.

 Dans la mythologie grecque, l’éthiopienne Cassiopée, femme de Céphée, roi d’Éthiopie, eut un jour la vanité de se croire plus belle que les néréides. Ces nymphes sensibles, piquées au vif par une telle prétention, supplièrent Poséidon de les venger d’un défi aussi colossal; le dieu livra population et bétail à la fureur d’un  monstre marin sur les côtes de Syrie. Comme préalable à la délivrance, Céphée enchaîna sa fille Andromède sur un rocher, et l’offrit en sacrifice au terrible monstre. A l’ultime moment où elle allait être dévorée, elle fût sauvée par le héros grec Persée, monté sur  son cheval Pégase, qui tua le monstre  après l’avoir affaibli en lui présentant la  tête hideuse de Méduse qu’il venait de tuer plus tôt dans un autre combat héroïque. Persée se maria avec Andromède bien qu’elle fût promise à Phinée, le frère de Céphée. Après sa mort, Andromède fût élevée  au ciel par Athéna  pour être placée parmi les constellations, près de Persée et de Cassiopée.

Dans l’histoire d’Arabie,  Antar et son frère Chaiboub occupent une place dans l’héroïsme légendaire arabe. Antar, né d’une relation illégitime entre  Cheddad et une esclave éthiopienne, est rentré dans la légende par son héroïsme guerrier, son excellente poésie et sa fascinante histoire d’amour avec sa cousine Abla,

Dans l’Islam, l’esclave  Bilal El Habashi n’avait pas renoncé à sa foi musulmane malgré le terrible supplice que lui a fait subir son maitre, Umayyah ibn Khalaf ,le terrible ennemi de l’islam et du prophète Mohammed. Bilal libéré, sera  désigné par le prophète, lui-même,  comme le premier muezzin musulman. Cet acte  servira d’argument à tous les musulmans du monde comme évidence de  « non- racialité » dans l’Islam, et contribue, aujourd’hui, à la ruée massive de la communauté noire américaine vers la religion musulmane.

Elévation de Halie Sélassié au rang de Messie

Marcus Garvey (1887- 1940) surnommé Black Moses (Moise Noir). A Harlem, il avait un journal qui s’appelait The Negro World.

En Jamaïque, était née, au début du 20eme siècle, dans les ghettos de la pauvreté, la religion noire  suite à une prophétie  du journaliste mystique jamaïcain Marcus Garvey selon laquelle la communauté noire connaitra  en Ethiopie un prophète noir du nom de Rasta Fari.  Dans cette prophétie, il disait  « Regarde vers l’Afrique où un roi noir devrait être couronné, du fait que le jour de la délivrance est proche ». En 1930 en Ethiopie, sera couronné, conformément à cette  prophétie, l’empereur Halie Sélassié né Rasta Fari.   En amharique, le terme Rasta signifie leader ou seigneur et Tafari signifie celui qui sera craint. Tandis que le terme Haile désigne puissance et le terme Sélassié désigne trinité. Ce mouvement qui préconise le retour en Afrique (Sion) de la communauté noire américaine  sera connu sous le nom de Rastafarianism ou Back to Africa Movement (le Mouvement pour le retour en Afrique). Cette nouvelle  religion consacre  Halie Sélassié, l’empereur d’Ethiopie qui  règnera de 1930 jusqu’à sa mort en 1974 comme le Messie Noir qui est apparu en chair et en os pour délivrer les noirs de l’oppression des blancs ,et que l’Ethiopie est la Terre Promise des noirs. Halie Sélassié se considère comme direct descendant du roi David et le 225eme chef d’une lignée ininterrompue de rois éthiopiens dont le départ remonte au temps du roi Salomon et de la reine de Saba. L’exode des falashas, population juive éthiopienne, en 1984 et en 1991 vers Israël où ils ont été reçus comme  citoyens israéliens  affecte  ces croyances d’une autorité biblique.  Les Rastas considèrent le christianisme comme une religion blanche et rejettent l’idée que Jésus était un blanc. Certains Rastas considèrent le ganja (Marijuana) comme leur herbe sacrée dont la consommation permet de rentrer en meilleure communication avec dieu (Jah),  à peu prés comme les romains  et les grecs qui croyaient que l’ivresse procurée par la consommation d’alcool permet de se donner en possession à Bacchus, le dieu du vin, qui correspond à  Dionysos chez les grecs. Le professeur de Harvard Timothy Leery prenait, lui aussi, du LSD pour atteindre des hauteurs spirituelles. Parmi les Rastas, on trouve ceux qui ont adopté l’Etoile de David et le Lion de Judée comme symboles religieux.

Le seul livre qui retrace la spiritualité éthiopienne de Salomon au Negus (Halie Selassie) s’appelle le Kebra Negast. Il est très prisé par les rastas qui considèrent l’Ethiopie comme leur Sion (en anglais Zion) ou Terre Promise ; il  a été la principale source d’inspiration pour les artistes du Reggae. Leur mode de vie appelé le livity s’inspire du lévitique  biblique. Si, souvent, la référence est faite à Gandhi et Martin Luther King par les artistes comme Bob Marley et Jimmy Cliff, ce n’est pas le cas pour Peter Tosh, souvent qualifié de Malcolm X Rasta, qui ne croit pas en une  paix sans que justice ne soit faite.

Pourquoi l’Ethiopie ?

ARCHE DES ALLIANCES TRANSPORTEE PAR LES PRETRES D’ISRAEL

Les Rastas voient en l’Occident la Babylone des temps modernes. Un empire  qui doit fondamentalement  disparaitre comme avait disparu l’empire babylonien car, bâti sur la même matrice  satanique, à savoir  l’humiliation, les peines, les souffrances infligées au faible par le fort. Les rastas croient, que, de la même façon que les juifs avaient été arrachés d’Israël, leur Terre Promise, par les babyloniens, pour les disperser en Diaspora à des fins  purement esclavagistes sur l’ensemble de l’empire de Babylone, les africains ont été arrachés à leur Zion (l’Afrique)  par la Nouvelle Babylone occidentale pour les mêmes raisons. Pour mieux comprendre cette référence des rastas à l’Ethiopie, il faut remonter jusqu’ à  Makheda la reine de Saba qui aurait, selon la tradition,  visité le roi Salomon dont elle aurait eu un fils, Ménélik  qui se trouverait au centre du mythe de l’Arche de l’Alliance que Salomon avait confiée par tradition hébraïque à son fils ainé pour la protéger des convoitises. Cette arche  dont la bible a perdu la trace après la mort de Salomon contient les Tables de la Loi et le Bâton d’Aaron, frère ainé de Moise. La tradition éthiopienne croit que cette arche avait, au fait, été ramenée par Ménélik en quittant Jérusalem à destination de l’Ethiopie en compagnie de plusieurs prêtres de haut rang, dont les falashas, juifs noirs éthiopiens, sont les descendants. Selon les Rastas cette arche se trouverait dans une chapelle de l’église orthodoxe éthiopienne. Ce qui explique le choix de l’Ethiopie comme Terre Promise des noirs.

Rastafari Soufi

Il existe aussi chez les musulmans le Rastafari Soufi qui est représenté par le Mouvement Niassene, né au Sénégal, et qui est une branche de la confrérie de la Tidjania.
La confrérie des Mourides avait donné  naissance, quant à elle, toujours au Sénégal,  à une autre branche de soufisme à travers le Mouvement Baye Fall.

L’élite noire américaine

rastafari11Le mouvement Rasta  a été repris par l’élite noire américaine dans le légendaire Cotton Club du quartier de Harlem durant la belle époque du Jazz Age qui désignait la décennie prospère des années 20 connues aussi sous le nom des Roaring Twenties. Ce club nommé après la plante de coton de triste mémoire pour les noirs qui en font le symbole de l’esclavage,  était fréquenté par l’intelligentsia noire, parmi lesquels, Duke Eddington, Ella Fiedzgerald, Louis Armstrong, Cab Calloway, Bessie Smith ….Le but était la recherche d’une identité noire débarrassée des critères de standardisation et de jugement imposés aux américains de couleur par l’Amérique blanche. La communauté Rasta se dit aujourd’hui compter un million d’individus dans le monde dont  5% de la population jamaïcaine.

Le mythe de la supériorité de la race éthiopienne

Mais les éthiopiens se considèrent-ils réellement comme noirs? La réponse est tout-à-fait non.
Aussi faramineuse que la famine puisse paraître, un mythe religieux éthiopien considère la race éthiopienne comme ni blanche ni noire mais bien cuite dans le four de la création, à la convenance du seigneur.

Au commencement, disait le mythe, quand le seigneur a conçu le design final de l’homme, il a mis celui-ci dans un four pour cuir. Comme l’imagination éthiopienne n’était pas suffisamment développée pour doter le four du seigneur d’une minuterie, le seigneur, trop occupé à faire autre chose, oublia sa créature dans le four. La créature avait  grillé. Putain! Dira le seigneur qui jeta cette créature à l’emporte pièce. Ainsi était né l’homme noir, un être indésiré pour avoir trop cuit. Le bon dieu refait la même chose avec la même pâte. Il met sa créature au four et alla faire autre chose. Il revînt plus tard vérifier la cuisson de sa créature, mais il s’était rendu compte être revenu trop tôt. Sa créature n’avait pas bien cuit. Re-putain! dira le seigneur qui prend sa créature et la jette au hasard en direction de nulle part. Ainsi était né l’homme blanc, tout comme l’homme noir, résultat d’une déception divine, pure et simple. Au troisième essai, le bon Dieu arrive à temps. Très satisfait de la cuisson, il sort la créature du four, lui jette un sourire de satisfaction et la pose délicatement quelque part en Ethiopie. Ainsi était né l’éthiopien. Un être bien cuit, à la convenance du seigneur. Ni trop noir ni trop blanc.

… Aussi faramineuse que la famine puisse paraitre.

Libertés  religieuses Versus libertés démocratiques

Dans les pays comme les USA qui mettent le droit de pratiquer sa religion librement, au centre du concept de la démocratie, les choses se compliquent de plus en plus. Les rastas se trouvent  confrontés à un problème de légalité dans leur droit religieux de consommer librement leur herbe  sacrée, la marijuana. De même pour une secte de mormons qui pratique la polygamie ou des musulmans qui exigent d’être jugés selon les lois de la charia. C’est à se demander si à un certain degré de mélange, le melting-pot ne risque t-il pas de donner une soupe explosive impropre à la consommation collective. Et si des milliardaires américains décident de ressusciter, au goût du jour, la religion d’Andromède, avec des dieux lunatiques  et complexés, genre Apollon, qui exigeront  de leurs adeptes, pour la réparation de leurs  péchés, le sacrifice de leurs  êtres les plus  chers. Et si cette religion se trouve avoir des millions d’adeptes, comment réagiront les lois de la république au non du sacré droit de pratiquer sa religion librement, à de tels sacrifices ? Jusqu’où iront les religieux dans leur défiance des limites d’élasticité des concepts démocratiques qui nous assurent, tant bien que mal, la notion du « vivre- ensemble »?

Le malheur éthiopien et l’Humour noir algérien

Enfin, je termine sur une note d’humour noir qui a eu cours dans l’Algérie des années 80, illustrant la triste famine qui avait frappé durement l’Ethiopie à cette époque.

Ida3at ethiopia touqadim lakoum chab el dji3ane fi oughniyat « atwahchtak ya matlo3 » (Radio Ethiopie vous présente  le jeune « L’Affamé » dans sa chanson «  je te veux ma chère galette »).

Sans méchanceté et Sans rancune, pour nos amis éthiopiens.

A méditer

 REPONSE DE L’ETHIOPIEN

Salut à toi cher e homme/femme. Une question me vient tout de suite à l’esprit: ne serais tu pas vexé dans ta fierté du fait que l ethiopie ait resisté à la colonisation + plus ait eu une histoire plus ancienne avec un passé imperiale plus glorieux que ta pauvre algerie soumise à l autorité blanche francaise durant des decennies ?. Et puis l histoire de la famine franchement. Ne sait tu pas que quand les medias ont un os à rongés ils en font tt un plat ? (Exuz du jeune mot)
Et pr ton info egallement la famine a eu lieu au 20e Or la fierté d une population pour sa patrie se base sur des temps plus anciens que cela. Comme par exemple l empire d axoum, l empire d abbyssinnie et la conquéttes de terres. Je voudrait de te rappelé que l empire ethiopien à soumis le Yemen et une partie de l arabie, jadis. Alors si l histoire de ton pays se resume à la colonisation c est ton prblm mais ne t attaques pas aussi sauvagement et froidement à un pays tel que l ethiopie riche de culture qui remonte au moyenne age pendant que tu etais dominé par des puissances etrangere ! Voila voila j espere que tu es eclairé. Et puis pour l histoire des cuisson (comique) sache que c est ce qu on raconte aux enfant qui se posent des questions sur la diff de pigments entre les individus. Donc si tu crois qu on se base sur un conte enfantin pour fondé notre fierté et bhaaa c est ton choix ecoute mais ne polu pas le net avec ta propagande extrapolatrice. Et sache aussi que meme dans la religion musulmane on nous respecte : lors de la guerre sainte musulmane, seul les non musulmans d ethiopie seront épargnés” donc une telle faveur à forcement une cause et puis est surrement noble donc il y a la encore une cause pour etre fiere d etre ethiopien. Dieu est grand mon amis soumet ton espris egaré à lui et il te guidera . A+

l’axoumitte

1 comment for “Le Rastafarianisme ou méditation sur l’humble désir d’ un retour à soi (MISE A JOUR)

  1. l'axoumitte
    March 3, 2013 at 20:23

    Salut à toi cher e homme/femme. Une question me viens tt de suite à l espris: ne serais tu pas vexé dans ta fierté du fait que l ethiopie ait resisté à la colonisation + plus ait eu une histoire plus ancienne avec un passé imperiale plus glorieux que ta pauvre algerie soumise à l autorité blanche francaise durant des dennies ?. Et puis l histoire de la famine franchement. Ne sait tu pas que quand les medias ont un os à rongés ils en font tt un plat ? (Exuz du jeune mot)
    Et pr ton info egallement la famine a eu lieu au 20e Or la fierté d une population pour sa patrie se base sur des temps plus anciens que cela. Comme par exemple l empire d axoum, l empire d abbyssinnie et la conquéttes de terres. Je voudrait de te rappelé que l empire ethiopien à soumis le Yemen et une partie de l arabie, jadis. Alors si l histoire de ton pays se resume à la colonisation c est ton prblm mais ne t attaques pas aussi sauvagement et froidement à un pays tel que l ethiopie riche de culture qui remonte au moyenne age pendant que tu etais dominé par des puissances etrangere ! Voila voila j espere que tu es eclairé. Et puis pour l histoire des cuisson (comique) sache que c est ce qu on raconte aux enfant qui se posent des questions sur la diff de pigments entre les individus. Donc si tu crois qu on se base sur un conte enfantin pour fondé notre fierté et bhaaa c est ton choix ecoute mais ne polu pas le net avec ta propagande extrapolatrice. Et sache aussi que meme dans la religion musulmane on nous respecte : lors de la guerre sainte musulmane, seul les non musulmans d ethiopie seront épargnés” donc une telle faveur à forcement une cause et puis est surrement noble donc il y a la encore une cause pour etre fiere d etre ethiopien. Dieu est grand mon amis soumet ton espris egaré à lui et il te guidera . A+

Leave a Reply

Your email address will not be published.