Message du groupe Berbéromalien, Tamikrest (remise en ligne, par sympathie pour l’Azawad)

Le groupe Tamikrest est consideré par beaucoup comme le nouvel ambassadeur de la culture targuie. Le terme Tamikrest signifie en Tamashek, jonction, alliance, futur. Le groupe composé de 8 éléments dont 2 femmes  fut fondé en 2006 par l’auteur-compositeur (songwriter), Ousmane Ag Moussa. Aujourd’hui, ils ont à leur actif 2 albums que vous pouvez apprécier à travers les superbes vidéos mises à votre disposition en bas de l’article. Ils avaient tous frequenté l’école Les Enfants de l’Adrar à Tinzawaten prés de Kidal, à 4.5 kms de la frontiére algérienne. Leurs influences: Tinariwen,  Jimi Hendrix, Mark Knopfler, Pink Floyd et Bob Marley. Le producteur et musicien  Chris Eckman disait d’eux:  “là où ils vont, ils portent le desert avec eux”. Ils ont, assez souvent, produit avec le groupe américano-australien, Dirtmusic.

Message de Tamikrest:

1) Pour les jeunes Touareg:
Nous devons tous reconnaître que nous appartenons à une communauté et une culture, et que cette culture est notre force aux  yeux des autres.

Les jeunes Touaregs doivent prêter attention à «l’Azawad» leur patrie, aux villes, villages et  camps dans lesquels vivent  les vrais Touareg.. Le développement de ce territoire et ces colonies est un devoir personnel et collectif pour nous tous. Personne ne va travailler pour la préservation de notre terre si nous ne le faisons pas nous-mêmes. Comme preuve, il vous suffit de considérer les 50 années pendant lesquelles ces États-nations nous ont hébergés, puis jetez un œil aux conditions dans lesquelles nous vivons et l’état d’abandon dans lequel notre peuple et nos terres se trouvent aujourd’hui. C’est une situation qui peut briser en deux n’importe quel cœur qui aime notre peuple.

Nous avons tous un devoir envers  notre peuple. Ce devoir est de préserver notre culture et notre identité, à demander sans cesse nos droits fondamentaux, tant au niveau régional qu’international, et d’insister sur notre droit à l’autodétermination, sans laquelle il sera difficile pour nous de traiter tous les problèmes auxquels nous sommes confrontés.

Les jeunes Touaregs ne doivent pas rester indifférents au fait que nous sommes devenus des étrangers dans notre propre terre. Nos villes ont été envahies grâce à une stratégie de colonisation et de migration, qui nous tue  lentement. La vente de nos terres à des sociétés multinationales, sans notre consentement, est une forme de dépossession. Un peuple sans terre, comme le nôtre, qui, jusqu’à présent, a toujours bénéficié d’un espace de liberté, va inévitablement souffrir de cette dépossession pour l’éternité.

2)Pour le monde:
La communauté internationale ne doit pas faire la sourde oreille à la disparition possible d’un peuple comme le nôtre, le Touareg, qui serait une immense perte pour toute l’humanité. Le monde d’aujourd’hui voit la souffrance des Touareg, mais rares sont les voix qui parlent, ou les oreilles qui écoutent notre peuple qui brûle à l’intérieur avec la souffrance des générations entières de plus d’ un demi-siècle, grâce à la balkanisation de ses  terres par les Etats-nations qui ne le  reconnaissent pas, ces Etats qui poursuivent une politique de discrimination contre notre peuple dans le but de l’ anéantir. Les conditions de vie des personnes dans le Sahara, qui sont plus pauvres que jamais, témoignent de cela.

Le monde doit écouter le cœur des Touareg et les aider à réaliser leur vision, qui n’est autre que ce qui suit: La demande Touareg que l’injustice dont ils sont tous victimes cesse immédiatement, que ce qui est le nôtre en droit nous soit rendu, c’est-à-dire, nos terres et le pouvoir de déterminer notre propre destin. Les Touareg veulent vivre en liberté dans leur patrie et voir la fin de cette forme de colonisation, qui a prévalu depuis cinquante ans, en d’autres termes, pendant beaucoup trop longtemps.

(Traduit de l’Anglais par RC)
Texte original: http://www.tamikrest.net/en/biography.php

Je vous souhaite , chers lecteurs, un excellent weekend en compagnie de ces sons venus du néant, comme le desert l’indique. C’est relaxant. Nos soucis s’évaporent dans l’atmosphére légére  du desert et s’effacent dans l’ étendue  au gré de ces traces-oeuvre-de-vents qu’on appelle les ripple marks.

 

 

 

 

 

 

 

Leave a Reply

Your email address will not be published.