Non pour le meilleur, mais pour le pire, les musulmans imitent les juifs

L’histoire, affirment-ils, regorge de scenarios où des barbaries ont fait disparaitre des civilisations, et toujours de la même manière. A un certain degré, la démocratie est nocive pour la santé d’une république, à force de vouloir dissoudre des barbaries, elle finit par se faire absorber par elles. Les lois de la physique sont inéluctables: quand on met une livre de sucre dans notre marmite de thé, on dira que le sucre est dissout dans le thé ; mais quand on en vide un sac de 50 kilos, on dira que le sucre a absorbé le thé.

Si les choses, en ce monde, n’étaient basées que sur l’imitation, oh! alors ce serait tous les jours fête. (O.Khayyam)

 Tarik Ramadan parcourt le monde à la vitesse du bouraq pour imposer la bourqa.

On se retrouve aujourd’hui, en quelque sorte, entrain de se lamenter sur le comportement des islamistes en Amérique du Nord, à peu près de la même façon que Thomas Edison s’était lamenté sur le comportement juif du début du 20esiècle. En arrivant massivement des pogroms de la Mer Noire sur Elis Island à New York, les juifs ont progressivement affiché leur style de vie et leurs différences à mesure que grandissait leur enracinement dans la société américaine. Il était interdit à tout juif de manger du porc ou de boire de l’alcool. Cela avait conduit à la consommation des soft drinks et des boissons carbonatées. D’où l’émergence des géants comme Coca-Cola. Edison avait tout fait pour que les juifs ne s’emparent pas de Hollywood. Mais en vain. Il avait prévu que celui qui s’emparerait de Hollywood aura le monde entier sous son influence. Edison avait perdu son combat et ainsi le perdra Henry Ford dans les années 20. Le courant anti influence juive soutenu par Henry Ford a conduit à la publication du fameux livre “Les protocoles des sages de Sion (The protocols of elders of Zion) qui étale comment les juifs planifient de contrôler le monde à travers le contrôle des finances, des medias , le changement des habitudes etc…

En 1918, à Philadelphia, est né sous l’égide du rabbin Stephen Wise, ainsi que d’autres juifs, parmi lesquels des sionistes, en association avec la communauté juive immigrée aux Etas-Unis,  le Congrès Juif Américain avec comme objectif no 1, la défense des intérêts juifs partout dans le monde. Par sympathie pour les survivants de l’holocauste, le mouvement anti influence juive devait adopter le profile bas pendant et aprés la deuxiéme guerre mondiale, ce qui a donné libre cours à l’influence juive aux Etats-Unis au point de parvenir à  persuader le président Roosevelt à rentrer en guerre contre l’Allemagne dans le but de protéger les juifs d’Europe contre le nazisme, et aussi d’aider à la creation de l’Etat d’Israel. Aujourd’hui, le congrès américain ferme pendant 2 jours pour le nouvel an juif, Rosh Hashana. De certains avis, les musulmans, ça fait longtemps qu’ils avaient cessé d’inventer quoi que ce soit. Ils sont devenus des suiveurs des juifs, malheureusement, pas dans les finances, les medias, les arts et la science mais dans l’expression sonore de leurs frustrations.

Tarik Ramadan parcourt le monde à la vitesse du bouraq pour imposer la bourqa

Sinon comment explique-t-on que, pas le moindre rabbin aux Etats-Unis ou dans le monde juif n’est aussi célèbre qu’Albert Einstein alors que chez les musulmans Tarik Ramadan et El Karadoui  seraient de loin plus connus que  leur compatriote egyptien Farouk El Baz, ce savant de la NASA, de renommée mondiale, qui a participé comme scientifique clé au programme Apollo , ou alors le pakistanais Mohammed Abdus Salam couronné du prix Nobel de physique en 1979 pour ses travaux sur la force éléctrofaible. Ils sont, pourtant, tous les 4 musulmans  et de la même époque ou, du moins, du même siecle. On peut affirmer sans risque de se tromper que Tarik Ramadan a fait plus de conférences sur le port de la burqa qu’Albert Einstein sur la théorie de la relativité, et que la burqa , elle-même, est entrain de ravir la vedette dans les conférences, les forums et les séminaires  à la célèbre formule E=MC². D’une capitale à une autre, Tarik Ramadan court à la vitesse du bouraq , dans tous les sens, pour offrir à l homme à travers la bourqa,  une liberté en plus, inspirée du droit archaïque pachtounien, de priver la femme de sa part de rayons de soleil. Et, pourtant il a toujours été du sens commun de dire que le soleil brille pour tout le monde. Quand on n’arrive pas à être une part de solution on devient une part de problème. L’essentiel c’est d’avoir une place dans la mémoire des hommes. Quand on n’arrive pas à briller on devient photophobe et on supporte l’obscurité. C’est pourquoi les plus grandes célébrités qu’on puisse entendre dans le monde musulman d’aujourd’hui ne peuvent être que dictateur (Saddam), Prédicateur (T. Ramadan), Imam (Y.El Karadaoui) ou terroriste (Ben Laden). Des Farouk El Baz et des Mohammed Abus Salam, il en existe, mais on les tait du fait qu’ils ne travaillent pas pour le monde pour lequel on travaille : le monde de l’obscurité. Quand des individus décident de mener une vie dans une grotte, dans le noir, on a toutes les raisons de conclure qu’ils sont atteints de photophobie ou de phobie sociale. Une âme charitable tentera à tout pris de les aider à s’extraire de leurs trous et de les préparer à rejoindre le courant normal de la société. Tarik Ramadan, lui, est plutôt quelqu’un qui dira à ces malades que si vous vous y plaisez dans votre grotte, vous pouvez y rester, les ténébres portent conseils et vous minimisent   la probabilité de  commettre des péchés dans ce monde de tentations et de leurres; quelque part y’a un monde meilleur qui vous attend. Pourtant il est dit quelque part dans l’Islam qu’il ne faut pas oublier sa part de la vie ( la tansa maseraka min ed dounia) ou encore “vis ta vie comme si tu vis étérnellement et prépare l’ Au-Delà comme si tu meurs demain”. Mais peut-on vivre une vie saine et heureuse privée le soleil?

Ce qui est permis aux juifs doit être permis à tout le monde

D’autre part, a-t-on le droit de penser, que les autres communautés religieuses ou ethniques vivant au Canada ou aux USA n’ont pas le droit de réclamer ce qui est permis aux juifs ? Doivent-elles se taire devant tous ces privilèges que les juifs se réclament sous prétexte qu’ils sont la Race Elue ? Sous prétexte qu’ils ont tout donné à l’Amérique ? Derrière les revendications musulmanes, orthodoxes ou latino, il y’a les acquis juifs. Et un droit acquis par une communauté de façon controversée conduit à la controverse générale. Les juifs ont décelé plein de contradictions entre la constitution et les vieilles habitudes américaines. Un état qui n’a pas de religion d’état ne doit pas faire jurer ses sénateurs ou ses nouveaux citoyens sur la bible, ne doit fêter aucune fête religieuse ou alors les fêter toutes. Les juifs ont joué sur les lois américaines qui favorisent un modèle d’organisation communautariste et les autres minorités ne font que les suivre. Si l’American Jewish Congress (AJC) peut provoquer, dans les coulisses, la faillite d’un juif pour avoir mangé du porc ou raté sa contribution mensuelle pour le financement de l’état d’Israël, ça n’étonne plus personne de voir les musulmans faire de même. Ils ont depuis longtemps été  dans le besoin d’un congrès islamique avec tout son cortège de tribunaux à faire appliquer la loi islamique aux gens qui se sont inscrits dans la communauté musulmane, et rien de légal ne semble les empêcher de l’avoir dans un système qui favorise l’émergence des communautés et qui fait de la notion de communauté l’une des 3 fameuses valeurs classiques américaines . Les 2 autres étant l’esprit d’entreprise et le travail dur.

Congrès Islamique Américain

Effectivement, en novembre 2001, suite aux événements du World Trade Center, du 11 septembre de la même année, les musulmans avaient, en effet, créé leur Américan Islamic Congress (aic)  à Washington,DC,  pour protéger leur communauté  contre tout le cortége de préjugés et de stéréotypes auxquels ils risquaient désormais de faire face à titre de représailles. Pour, un peu, appuyer leur légitimité dans la société américaine, les musulmans  sont allés jusqu’à soutenir que parmi l’équipage qui avait accompagné Christophe Colomb dans ces voyages, il y’avait  6 juifs et un bon nombre de musulmans. Ces braves gens étaient condamnés à mort par l’inquisition espagnole pour avoir refusé de se convertir au catholicisme. Christophe Colomb a dû payer des rançons pour les libérer de prison et les embarquer avec lui dans son aventure suicide. En contrepartie, ils retrouveraient leur liberté si l’aventure tourne bien.

Mohammed Abdus Salam, physicien pakistanais né au Penjab en 1926.Prix Nobel de physique en 1979.

l’ Occident face aux sanctions de l’ histoire?(La loi de Karma)

Il reste à savoir si les démocraties occidentales, prises au piège de leurs propres lois, vont résister à tous ces tiraillements dans tous les sens. Certains, pessimistes, redoutent bien que non, et affirment que ces démocraties exploseront ou verseront dans l’anarchie dés que leur limite d’élasticité sera atteinte. Le modèle du melting-pot va succomber à l’incompatibilité de ses composants et finir par donner une soupe d’un goût répugnant. La force qui les unit tant bien que mal va se transformer en haine qui les sépare. L’histoire, affirment-ils, regorge de scenarios où des barbaries ont fait disparaitre des civilisations, et toujours de la même manière. A un certain degré, la démocratie est nocive pour la santé d’une république, à force de vouloir dissoudre des barbaries, elle finit par se faire absorber par elles. Les lois de la physique sont inéluctables: quand on met une livre de sucre dans notre marmite de thé, on dira que le sucre est dissout dans le thé ; mais quand on en vide un sac de 50 kilos, on dira que le sucre a absorbé le thé.

Ces dites civilisations mériteraient-elles de disparaitre du fait qu’elles avaient bâti leurs empires capitalistes sur le dos des esclaves et des nations qui vivaient tranquillement à l’époque où d’autres se préparaient, malicieusement à les agresser. Si la voracité des agresseurs s’est exercée dans les limites de l’innocence des agressés, ils (les agresseurs) ne peuvent, de ce fait, échapper à la loi de Karma. Les sociétés des hommes sont, elles, aussi, régies par la loi de l’osmose, le flux migratoire se fait du milieu du manque vers celui de l’abondance, à travers des membranes artificielles perméables qu’on appelle les frontières. Et les hommes, dans le besoin, agissent tous de la même façon. Aux Etats-Unis, on assiste parfois à des scènes très insolites et  drôles dues à des retournements de situations ; par exemple on assiste à une suédoise sans papiers courir après un togolais de citoyenneté américaine, ou une française aux yeux bleus, illégale s’accrocher à un marocain au teint bronzé et aux cheveux bien frisés. Le marocain, au courant de cet amour calculé, appelle, avec humour, sa copine, “la bounioule aux yeux bleus”.

La civilisation  c’est comme la flamme olympique

Les barbares qui avaient détruit Rome ont construit Paris de la même manière que ceux qui vont “détruire” Paris vont construire d’autres Rome sous d’autres cieux. S’il est écrit dans le logiciel suprême que le destin de l’homme est cyclique, le programme de l’humanité ne sera, en fin de compte, qu’une progression de boucles à revivre. La promesse de Lincoln à Gettysburg, tiendra-t-elle le coup ? A nation of the people, by the people, for the people, shall not perish from the earth. …(Une nation du peuple, par le peuple, pour le peuple, ne périra pas sur terre…). 

Farouk El Baz (né en 1938 en Egypte), désigné par la NASA pour l’exploration scientifique de la lune, le choix du lieu de l’allunissage des missions Appolo ainsi que l’entrainement des cosmonautes.

S’il s’avère que l’Amérique et l’occident sont des empires bâtis sur le dos des autres, si le degré de culpabilité de leur agression est supérieur en valeur absolue au merite de colonisabilté des peuples agressés, leur fin est inéluctable. La vérité, on ne la connait pas mais le logiciel suprême la connait bien. La civilisation occidentale qui se résume à une révolution technique s’est accompagnée en quelque sorte d’une dégradation des rapports entre les hommes, ça ne nous étonne pas de la voir, telle la flamme olympique, s’éteindre à New York et Paris pour se rallumer quelque part en Algérie, au Vietnam ou au Zimbabwe. Et dés que c’est fini quelque part, ça recommencera ailleurs selon la loi de conservation de la bêtise humaine. Tant qu’ il n’y aura pas des hommes, tant que l’homme demeure un loup pour l’homme.

Tarik Ramadan, né à Genéve en 1962, professeur à l’université d’Oxford. Petit fils de Hassan El Benna. Il voyage “supersonic” d’un pays à un autre, d’un continent à un autre pour convaincre le monde à voyager sur le courant salafiste, non pas à la vitesse du Bouraq, mais de la Bourqa.

Rachid C

1 comment for “Non pour le meilleur, mais pour le pire, les musulmans imitent les juifs

  1. April 14, 2012 at 17:37

    depuis et qui pourrait Tetre encore)

Leave a Reply

Your email address will not be published.