LE REVEIL SONNE

 Par Barek Abas

La 99ème chaine de télé numérique algérienne, en réalité la Une de l’ENTV clonée
pour la nième fois annonce l’assassinat de Djaout, le Poète;
Un tôlier lui enfonce un clou dans la tête ;
A bout portant.
Puis, Liabès, le Docteur, avant lui.
Et encore, Boucebsi, le Professeur, après lui.
Le commentateur qui est Orson Wells m’a donné des sueurs froides
A première vue, les personnages sont authentiques, en chair et en os;
Les balles sont réelles et le sang aussi.
Mais, heureusement, tout n’est que trucages et simulations.
Encore un tour de Wells et de l’électronique digitale.
C’est de la réalité virtuelle : la technique de mise en scène du XXIème siècle.
D’ailleurs, c’est vrai, Djaout n’est pas mort :
Je viens de l’avoir au visiophone et on s’est fixé rendez-vous à Bgayet, ex-Béjaïa,
ex-ex-Bidjayatoun, ex-ex-ex-Bougie, ex-ex-ex-ex-Saldae, ex-ex-ex-ex-ex-X,
pour le festival de la Poésie qui s’y déroule traditionnellement en Juillet depuis plus
de 4 siècles.
Il parait que cette année la poésie d’expression Amazigh n’est pas dominante et
que des poètes s’exprimant en Esperanto sont à l’affiche.
Et puis, un tôlier qui tue un poète !??
Primo, dans ce pays digitalisé et robotisé à outrance, les tôliers, quelques
nostalgiques du marteau préhistorique, se comptent sur le bout des bits d’un
octet.
Secundo, il faut vraiment être dans un pays qui enfante des ministres qui « parlent
aux avions » pour qu’une telle absurdité se produise.
C’est vrai, Boucebsi, n’est pas mort :
Ma fille qui est astronaute, en se rendant ce matin à la base de lancement spatial
Cap Bab-Ezzouar, l’a rencontré;
Il venait s’enquérir du moral des Sitelles Kabyles, ces oiseaux en voie de
disparition, avant leur embarquement dans la navette spatiale Tassilia pour une
expérience psychogénétique dans les conditions de gravitation nulle.
C’est vrai, Liabès n’est pas mort :
Algiers Times que j’ai sous les yeux titre à la une que le Docteur est à l’ONU où il
donne une conférence sur la “théorie des résidus”, ce concept révolutionnaire
inventé par le gouvernement algérien pour instaurer un Nouvel Ordre Mondial.
Les assassins sont de gentils gorilles déguisés en bandits;
Les militaires sont des enfants du peuple habillés en justiciers.
Les militaires ne tombent pas sous les balles des terroristes.
Les terroristes qui prennent en faux otages une population de figurants
Ils font juste semblant.
Comme dans un film ; le plus long que l’on ait jamais tourné ni vu.
Pour amuser et distraire nos pauvres gosses que l’école laïque surmène avec ses
cours extrêmement rationnels et savants : philosophie, mathématiques,
intelligence artificielle, robotique, génétique, et tant d’autres “tiques”.
Pour les “décrocher” de leurs ordinateurs et de leurs jeux de laser immatériels et
leur redonner le sens des choses et de la rue.
Parfois, on se dit qu’ils ont raison les défenseurs de l’école endormeuse et
radoteuse : ces réformateurs qui ne finissent pas de déformer le système éducatif
dans l’intérêt suprême des nos enfants; nos enfants seraient ainsi ordinaires et
non plus exceptionnellement surdoués au point où les japonais nous les envient.
Le Président immortel Boudiaf qu’on appelle affectueusement, l’oncle Boudy, le
père fondateur de la RFA, cette République Fédérale d’Algérie florissante,
moderne, démocratique, cultivée et jalousée par les autres nations, fête son
99ème anniversaire. Le jeune président, son dauphin âgé exactement de moitié, le
décore majestueusement de la Médaille de Prospérité devant les 12 millions
d’algériens
Des femmes et des hommes, des bébés et des enfants, des jeunes et des moins
jeunes rajeunis ;
Tous gais comme des canaris,
Beaux comme le printemps,
Fraternels comme des lionceaux.
Que le temps passe vite ! L’oncle Boudy n’a plus un cheveu mais sa voix et son
allure sont aussi vives qu’avant. Pour un homme qui a mené tant de batailles dans
un pays rongé par la superstition, le tribalisme, l’ignorance, l’archaïsme,
l’obscurantisme, c’est un record que de conserver ainsi sa vitalité et ses facultés !
Qui ne se rappelle pas ses révolutions dont la plus importante est la révolution
sexuelle?
C’est lui-même, en personne, qui sillonnait les villages les plus isolés comme un
pèlerin, les valises pleines de contraceptifs masculins et féminins, pour expliquer à
ses concitoyens la nécessité et l’urgence de l’espacement des naissances et de
l’émancipation des mœurs. Les fruits de sa sueur sont palpables aujourd’hui :
au moment où les autres pays crèvent sous le fardeau d’une démographie effrénée et
d’une misère avilissante, sa République dont le PNB par habitant est le plus élevé
de la planète ne compte qu’une dizaine de millions de citoyens…
Le réveil sonne.
Je me réveille.
Je rêvais….
Je me rappelle que je devais prendre ma vieille voiture toute cabossée chez tôlier.
Je ne le ferai pas. Jamais plus.
Désormais, j’ai horreur des tôliers.
J’ai horreur des tôliers.
Les fracasseurs de têtes.
Les briseurs de rêves.
Barek ABAS

Leave a Reply

Your email address will not be published.