La révolution du poème

 

 

Une fleur qui parlait des bribes

De parfum

Une rosée qui sanglotait dans les yeux

Du matin

 

Une mélodie qui sculptait dans l’argile

Du silence

Un amour qui battait dans un tambour

D’enfance

 

Le jour est une torche qui allume

Un peu de nuit dans l’univers

L’aube incendie l’œil

Le crépuscule sa paupière 

 

La pluie qui chausse un nuage

Est la preuve que le ciel dort avec la terre

Dans la couche de l’arc en ciel

La foudre est leur gémissement suprême

 

L’arbre a besoin de vent

Pour chuchoter au fruit son secret

Comme a besoin le jour de la nuit

Pour l’annoncer

 

Révolution du poème! 

 

H. Lounes

Leave a Reply

Your email address will not be published.