Bretagne & Kabylie: Esprits Claniques, Colonisations et Mythes

Cet article nous a été envoyé par notre confrére  iẒuRaN, nous le publions  pour compléter notre article sur les celtes.

NOV 18

Posted by iẒuRaN

Je débute ce sujet sensible que j’ai auparavant abordé sur un réseau social internet, mais qui me semble encore d’actualité, par deux citations de deux Grands Hommes. La première est de Mahatma Gandhi, la deuxième est de Albert Einstein:

1- La règle d’or de la conduite est la tolérance mutuelle, car nous ne penserons jamais tous de la même façon, nous ne verrons qu’une partie de la vérité et sous des angles différents.

2- N’essayez pas de devenir un homme qui a du succès. Essayez de devenir un homme qui a de la valeur.

Depuis de très nombreux mois, notamment à l’approche de certaines commémorations concernant plus particulièrement nos deux nations, bretonne et kabyle, j’ai vu apparaître sur divers réseaux sociaux internet des écrits, groupes, pages, appelant à l’autonomie de laKabylie, appelant à la révolution, s’indignant de façon agressive de l’utilisation de l’image de tel ou tel personnage célèbre par d’autres algériens, etc. Mais surtout n’arrêtant pas, chacun dans leurs clans, d’insulter et de salir les “clans” adverses, de crier haro sur les colonisateurs, notamment français, et ce de plus en plus souvent de manière haineuse. Ce qui me navre profondément.

– Nul besoin de rappeler combien je suis profondément attachée aux cultures kabyle et bretonne;
– Nul besoin de rappeler combien j’ai soutenu un temps, dans l’ombre, et avec mes modestes moyens, l’engagement et l’action de kabyles militants qui m’étaient proches;
– Nul besoin de redire combien la Kabylie m’est chère, tout autant que la Bretagne.

Aussi je souhaite que ce que je vais écrire soit bien compris.

Nos deux nations, ainsi que d’autres, ont connu à travers l’Histoire, des migrations, des invasions, des colonisations sous diverses formes (religieuses, armées, etc.). Les français furent les avant-derniers présents en Afrique du Nord (Car que dire de la “colonisation” islamisante arabe?), mais doit-on rappeler l’histoire à tous ceux qui y vont de leurs discours sectaires et haineux? À chaque fois, les envahisseurs, colonisateurs ont su utiliser les failles de nos organisations sociétales, à savoir les organisations claniques, et continuent de l’utiliser.

L’invasion et la colonisation françaises ne furent pas les seules de nos respectives histoires.

Nous, habitants de l’actuelle Armorique, fûmes ainsi envahis par les Romains en Bretagne Insulaire, les Bretons de l’île de Bretagne (Grande-Bretagne actuelle) qui ont émigré en Armorique avec leurs coutumes claniques et leur langue, sous pression exercée par d’autres peuples celtes tels que les Scots d’Irlande. Ces migrants se mêlèrent aux 5 peuples locaux (Osismes, Vénètes, Coriosolites, Riedones, Namnètes). Par la suite, ce qui devint un duché, fut destabilisé par les Vikings, puis devient ainsi un enjeu important entre France et Angleterre :

Les relations entre le duché et ses voisins dépendaient essentiellement des rapports personnels qu’entretenaient leurs chefs. Les nombreuses erreurs politiques et alliances contre le roi de France ainsi que l’opposition des clans de la noblesse bretonne entraînent sa défaite en 1488. Puis son rattachement en 1532 à la France, l’autonomie étant dissoute par les révolutionnaires français de 1789 (en fait le responsable principal de la perte de notre autonomie en 1789 fut Le Chapelier, d’origine rennaise! Ce que la monarchie française n’avait jamais tenté contre les libertés de Bretagne, le 4 août et plus particulièrement des représentants du peuple breton l’ont réussi en une nuit!).

Les Berbères, quant à eux, virent arriver dans leurs contrées Romains, Vandales, Byzantins, Arabes – notamment Hilaliens – Espagnols, Ottomans, Francais… (Eux, mieux que moi, sûrement, pourront compléter cette liste.)

Nos deux nations avaient la particularité d’être organisées en CLANS!

En breton, les koskoars (cf organisation des peuples de la Bretagne Insulaire, puis de la petite Bretagne= en grande partie la Bretagne actuelle).

En ce qui concerne la Kabylie, il nous est dit que Kabylie dérive de Kabyle, dont l’étymologie la plus courante fait une déformation de l’arabe «al-Qabā’il», pluriel de «al-Qabila» (القبيلة), «tribu». Au sens premier, les Kabyles seraient donc simplement les «gens des tribus».

Et souvent ceux qui voulaient nous soumettre ont su utiliser la présence de ce système sociétal, le manque d’unité d’ une nation qui est ainsi organisée, et donc souvent incapable de réagir unitairement à des menaces externes.

Qu’est ce qu’un clan?

Un clan est un ensemble de familles associées par une parenté réelle ou fictive, fondée sur l’idée de descendance d’un ancêtre commun. Même si leur filiation exacte n’est pas connue, tous les membres d’un clan connaissent cette origine qui prend un caractère mythique. Des individus ou des familles étrangères peuvent être adoptés par un clan qui leur donne ses ancêtres, on parle alors d’affiliation ou de réaffiliation.

L’appartenance à un clan se traduit par des droits et des obligations de solidarité envers les autres membres du groupe, en particulier l’assistance et la vengeance. Un clan peut être considéré comme un sous-groupe d’une tribu, qui elle-même est un sous-groupe d’un peuple ou d’une nation. Les sociétés segmentaires présentent une telle organisation.

Dans les pays d’Europe d’influence celtique, Écosse ou en Irlande, Bretagne, un clan désigne une famille ou un groupe d’individus ayant des liens de parenté très forts vivant sous la conduite d’un chef particulier( appelé chief, chieftain, mear en breton). Le terme vient du mot gaélique clannad signifiant famille.

Qu’en est-il de ce système clanique?

1- Le système clanique n’existe plus chez nous, dans les faits, mais perdure dans les inconscients rendant impossible toute unité de notre peuple. C’est ce qui a permis à l’état français de nous supprimer notre autonomie il y a à peine 220 ans, ce qui lui a permis de casser les mouvements autonomistes a la sortie de la seconde guerre mondiale au cri de collaboration avec l’ennemi (allant jusqu’ a rapprocher notre triskell de la staviska!), etc. C’est ce qui fait que, au XXI siècle, malgré toute sa vitalité en maints domaines et ses potentialités en matière d’innovations, malgré sa diaspora importante, la Bretagne ne sera jamais plus autonome.

2- Le système clanique a persisté et persiste en Algérie, à quelque niveau que ce soit, quelque soit la région que nous observons:

A – Regardons les organisations politiques des gouvernements au pouvoir au “Maghreb” : ne sont-elles pas claniques?
B – Remontons un peu dans une histoire récente, celle de ces derniers mois : les fils de l’Algérie ont-ils réussi a s’unir comme leurs voisins Tunisiens, Egyptiens, …?
C – Remontons un peu plus en arrière: À ces [colonisation française + guerre d’Algérie] qui émaillent tant de posts sur les pages de divers réseaux sociaux…

Pour mémoire, le terme de harka qui vient du mot arabe “haraka” signifiant littéralement “mouvement”, utilisé au sens figuré, désignait de petits affrontements, guerres, barouds entre tribus, ou contre un ennemi extérieur.

Ainsi, sans remonter trop loin dans le temps, nous savons que les études et observations dePierre Bourdieu sur ce sujet furent savamment utilisées au moment de la guerre d’Algérie, pour des actions sur le terrain, et notamment pour l’enrôlement de “harkis” (à noter que ces sentiments et rivalités claniques pouvaient tout aussi bien amener un homme à être soit dans le maquis, soit dans les troupes françaises), pour la recherche de renseignements, etc.

Force est de constater, que colonisations mises en avant ou pas, si cet esprit clanique semant discorde et division entre frères ne s’efface pas, il n’y aura sans doute jamais assez d’unité des citoyens en Bretagne, tout comme en Algérie, pour aboutir à une autonomie, voire à une indépendance, et ce quels que soient les actions de la diaspora, de la population, les projets et les discours.

Vous m’en voyez navrée, mais il m’est permis de souhaiter et d’espérer que les utilisateurs de réseaux sociaux “voient” un peu plus au travers d’un kaléidoscope[1] et non par le petit bout de la lorgnette[2] via des discours pseudo-intellectuels émaillés de références pompeuses mal “digérées”.

Patricia Méar
Bretagne, le 17 novembre 2011


Notes

[1] Le kaléidoscope: il a inspiré de nombreux écrivains et philosophes. Dans la mesure où il possède à la fois un nombre fini d’éléments dans un espace fini (clos) et où il autorise pourtant un nombre indéfini de combinaisons, il donne une illustration concrète, symbolique, de la façon dont on peut créer quelque chose de nouveau par un simple réagencement de ce qui existait déjà auparavant. Il donne ainsi une figure réconciliant les termes apparemment opposés de la permanence et du changement, de l’identité et de la différence.

[2] “Voir les choses par le petit bout de la lorgnette”: Ne voir des choses qu’une petite partie, qu’un aspect accessoire dont on exagère l’importance, au point de négliger l’ensemble. Avoir des vues étriquées, un esprit étroit.

2 comments for “Bretagne & Kabylie: Esprits Claniques, Colonisations et Mythes

  1. Yabder
    February 9, 2012 at 06:46

    Le titre de votre article m’incite à vous mettre sur une piste historique tres importante pour comprendre les ressemblances et les points communs entre les Kabyles et les celtes:
    Le berbere Septime Severe devenu empereur de Rome(197-211)ap.jc.a fait la conquete des iles britanniques avec des contingents de soldats berberes(Kabyles surement)qui s’y sont établis en véterans;lui meme est mort en Angleterre et son fils Caracarlla lui succeda sur place.Veuillez consulter l’histoire du regne de cet empereur traitant de cet évenement.
    Des temoignages font état de la presence de nombreuses tombes de ces soldats en Irlande et en Ecosse avec des épitaphes mentionnant leur origine nord africaine.

Leave a Reply

Your email address will not be published.