Tinariwen séduit l’Inde, Idir séduit le Maroc et la Tunisie.

Le monde éléctronique des artistes  contre le monde nucléaire des politiciens.

Si les religions, les politiques et les nationalismes ont fragmenté la famille humaine, l’art et la musique s’efforcent, tant bien que mal, de  recoller les morceaux.

D’où  vient qu’une jeune femme du Penjab s’emballe au même rythme, dans le même wagon artistique qu’un gars du Nord du Mali, fils  errant des dunes et du reg aux couleurs du reniement identitaire ? D’où vient qu’une grand-mère   indienne  s’alignerait par télépathie prokaryotique sur le sentiment d’une grand- mère du Mali pour tenter de tuer dans l’œuf  un amour naturel qui naitrait entre cette jeune artiste indienne et l’un des éléments de Tinariwen, pour des prétextes artificiels de type religieux ou culturel? Sans se voir ni se connaitre.

Cette répulsion protozoaire  qui remonterait jusqu’ au Big Bang, avait- elle enfanté les religions, les nationalismes  pour venir empêcher via l’eternel enfantillage de l’humanité, incarné par l’esprit de grand-mère, de s’effondrer  en Big Crunch, les  amoureux de la Terre  les uns dans les bras des autres ? Cet esprit de Grand-mère dont ont hérité les descendants de l’étroitesse de l’homme, tels que les  religieux et les nationalistes, a conduit sous l’effet de leurs barrières morales, qui se traduit sur le terrain en frontières physiques ayant  pour but de diviser la terre en compartiments appelés nations ou pays, à tenter de  castrer les hommes dans leur rêves et aspirations  pour la liberté, le contact entre les peuples et  leur communication.

Si on a à situer la place de chacun dans un atome, on dira que les politiciens habitent le noyau et les artistes sont les électrons libres qui permettent le contact entre le monde extérieur et le monde subatomique. Les politiciens veillent à  ce que l’atome ne dégénère pas,  leur siège  est régi par les forces nucléaires dites fortes .C’est aussi la source de l’énergie nucléaire, il n’ya donc pas matière à badiner, le protectionnisme y est pratiqué  jusqu’au risque de l’apocalypse.

Quand on voit Idir chanter au Maroc, on dira qu’il fait son travail normalement, il fait dans la communication et le rapprochement entre les peuples dans son espace infini qui est le sien et qu’il ne doit pas céder dans son devoir d’artiste aux politiciens qui tenteront, de part et d’autres des frontières, de  le lui restreindre  sous le prétexte de la barrière morale du Sahara Occidental.

Malheur à une république où les politiciens, confinés par les lois de la nature  dans leur demeure infinitésimale achètent les artistes destinés aux  espaces infinis, où les artistes  n’affichent pas de résistance aux attractions alléchantes  des politiciens qui, de nature, détiennent le gros du  lot énergétique de l’atome. L’équilibre de l’atome dépend d’une part de la capacité intelligente du noyau à conférer le nombre optimum de degrés de liberté aux électrons  tout en leur délimitant une distance de proximité critique en deçà de laquelle ils ne peuvent se trouver, et , d’autre part, de la capacité des électrons à jouir de cette liberté et à résister aux tentations attractives du noyau pour éviter ce qu’on  appelle en physique politique la corruption nucléaire. Faute de quoi, les électrons chargés négativement s’effondreront sur le noyau chargé positivement pour réduire l’atome (la nation) à une grossière particule passe-partout,  électriquement neutre et sans éclat, qui n’attire ni ne s’ attire : le neutron.

Je vous souhaite un excellent week-end en compagnie de ces artistes de talent.

http://www.youtube.com/watch?v=aRALPf9DAtc

 

1 comment for “Tinariwen séduit l’Inde, Idir séduit le Maroc et la Tunisie.

  1. June 2, 2012 at 03:57

    Fantastic points altogether, you just won a logo new reader. What would you suggest about your submit that you just made a few days ago? Any certain?

Leave a Reply

Your email address will not be published.