Guerre d’ascenseurs sur un parking

Chawki Amari et Kamel Daoud

Un peu de jasmin dans un champ d’épines. C’est simplement vêtu d’une chemise blanche, sans cravate, que Moncef Marzouki a pris ses fonctions de nouveau président de la Tunisie. Un Président arabe réellement civil, élu sans trucage et sans le concours de l’administration, des militaires et des médias publics. Mais surtout, le nouveau premier magistrat de la Tunisie a tout d’un nouveau symbole ; médecin et écrivain, membre très actif de la Ligue des droits de l’homme tunisienne pendant les années de torture, à la tête d’un Comité national pour la défense des prisonniers d’opinion et d’une Organisation panarabe pour les libertés, il aura fait carrière dans la société et non dans les dorures du sérail, sous un parasol, à l’ombre du système.

C’est donc le premier, et la Tunisie aura réussi, par ascenseur, la première phase de sa post-révolution. Valeur d’exemple pour les autres ? Pas vraiment, tant que les Présidents de la région aiment encore à être parachutés en costume paramilitaire et ne sont pas l’émanation d’un choix sociétal ou populaire. Qui sont-ils ? L’un est fils de roi, un autre est fils de son père et un autre encore est un ex-ministre des Affaires étrangères qui ne comprend toujours pas le sens du mot opposition ou élection. Point commun : aucun d’entre eux n’est passé par la case société, n’a fait de véritables études ou encore n’a écrit de livre. Quoi d’autre dans la région ?

Si, un général putschiste mauritanien, qui vient d’ailleurs de terminer une visite officielle à Alger, reçu par le président Bouteflika. Qu’ont-ils dû se dire ? Probablement qu’il faut tenir et que la démocratie est une invention maléfique de l’Occident. Et, peut-être, à l’occasion, se promettre d’écrire un livre collectif. Un manuel à l’usage des mécaniciens : «Comment serrer les vis du contrôle de la population et renforcer avec une clé de 12 les boulons d’un fauteuil présidentiel»…

Chawki Amari (El Watan du 14/12/2011)

Leave a Reply

Your email address will not be published.