Bon week-end avec EnigMalika, Knocking on Touareg’s doors

Image choisie par Malika Domrane

 

 

Malika Domrane tend la main à Tamanrasset

J’accroche le panneau “STOP” aux travaux du chantier entrepris pour le démarrage de l’album en cours. Ainsi je réponds aux sollicitations et aux invitations à des concerts.

De retour du pays où j’ai chanté à Alger puis à Tizi et Bgayet saluant yemma Gouraya, je me suis à peine assise qu’il faut que je reparte aux pas de course, survolant la méditérranée.

En réponse à l’appel des organisateurs, je prends mon envol, telle une blanche colombe pour aller regagner Tamanrasset où je retrouverai mes frères et mes soeurs touareg.

Je m’impatiente à l’idée de renconter titargiyin que j’ai envie d’interroger sur moult thémes qui me tiennent à coeur, en tant que femme et en tant qu’artiste.

Je rendrai hommage à ces mères qui ont su préserver leur identité et leur culture: la transmission de la langue maternelle orale et surtout écrite à leurs enfants dans un patrimoine inaliénable.

De l’Atlas à l’Aures et du Djurdjura au Hoggar, je chante dans ma langue maternelle que je chérie autant que je chérie mes fans et mes spectateurs.

Du zénith de la cime de ces montagnes, je porterai ma voix aussi haut à l’écho des ondes des dunes de sable de ce grand désert que je peuplerai de mes chansons “fleur bleue” à l’écoute des femmes de ces hommes bleus.

Là haut- gare aux montagnes porteuses de messages: Elles peuvent se rencontrer et communiquer entre elles dans leur propre langue qui se trouve être la mienne. Quelle communion! Quelle union, plutôt quelle unité!

Le peuple amaziɣ est un et indivisible.

Pour ma part, je vous donne rendez-vous ce dimanche 18 décembre 2011 à Tamanrasset au festival de la chanson amaziɣ.

Malikalement

Malika Domrane

Enigma: Knocking on forbidden doors

 

 

Chanson Romantique de Malika Domrane

 

Leave a Reply

Your email address will not be published.