Bonnes fêtes, les Ombres

Par Barek Abas

(A tous les déshérités , les SDF du monde entier)


Dans la nuit la ville grise grouille d’ombres
Se faufilant sous la pluie de Décembre
Qui s’abat très froide sur les réverbères
Comme pleut sur les pavés leur jaun’lumière

Les ombres passent, passants bien humains
Se pressant les autres contre les uns
Sans se toucher ni du cœur ni de vue

Les ombres passent, désespérés plissés
Plissant dans leur âme, en paquet froissé,
Tous leurs rêves et leurs espérances déçus

Les ombres passent, communs et bien mortels
Qui meurent encore un peu plus sur l’autel
Des misérables fins d’année et de mois

Les ombres passent, banquiers gras et graisseux
Qu’engraissent déjà ceux-là bien trop osseux
S’endettant pour une bûche, laps de joie

Des jeunes bouillonnent, amoureux du futur
Main dans la main vers cette belle aventure
Où de Soleil fleuriront les pavés

Sur le seuil d’une vitrine achalandée
De chocolats en ronds en doigts en dés
Un bébé contre sa mère SDF, nu
Lèche ses babines et joue avec Jésus

Ombre témoin, je suis là dans la rue
Et quand j’ai glissé ce maudit Écu
Ma larme a, dans sa main tendue, bavé

Barek ABAS – Béjaia,le 24 Décembre 2011.

1 comment for “Bonnes fêtes, les Ombres

  1. barek abas
    December 26, 2011 at 02:08

    Prière rectifier la dernière strophe comme suit :
    Ombre témoin, je suis là dans la rue
    Et quand j’ai glissé ce maudit Écu
    Ma larme a, dans sa main tendue, bavé

Leave a Reply

Your email address will not be published.