Tchin-Tchin

Nos Condoléances à notre ami Barek

Par Barek Abas

On se retrouvait souvent accoudés au bar
Tu préférais sobrement un petit Ricard
Parait-il çà t’ouvrait l’estomac à minuit
Tandis que je brûlais le mien de secs whiskies

Je te narguais tapotant ta grasse bedaine
Tu espérais au sport à faire l’année prochaine 
Tu t’esclaffais comptant presque un à un mes os
Je me rassurais d’être plus léger qu’oiseau

Tu m’emmerdais avec tes impôts et affaires 
Je t’ennuyais de la rime manquant à mon ver
On savait qu’on peut l’un pour l’autre rien se faire 
Mais il faut bien parler de riens autour d’un verre

Tu me prédisais de rejoindre le ciel bientôt
Comme les cigarettes que je fume jusqu’au mégot
Je me marrais te rétorquant que je n’ai sous
Comme tes héritiers souhaitent t’enterrer debout

Ce soir je suis là tout seul accoudé au bar 
Sur ton tabouret j’ai posé un p’tit Ricard
Je sais que là haut sur une étoile toi aussi
Tu m’as réservé le meilleur des secs whiskies
Alors tchin-tchin !

(A un ami que je viens de perdre, parti à la fleur de l’âge, à peine 60 ans)

Barek ABAS – Béjaia, le 17 Janvier 2012.

Leave a Reply

Your email address will not be published.