Le Peuple “Touareg” : La Nouvelle Poudrière.

Le Peuple “Touareg” : La Nouvelle Poudrière. Les Touaregs connus sous le nom du “Peuple Bleu du Sahara” sont une branche des Berbères, ces peuples autochtones les plus anciens de l’Afrique du Nord jusqu’aux limites les plus reculées du Sub-Sahara. Les Touaregs vivent éparpillés sur plusieurs pays : Mauritanie, Algérie, Mali, Niger, Burkina Fasso, Libye, Tchad.

Depuis des millénaires, ce peuple en majorité nomade, se déplace libre comme le vent sur ce large territoire. Ce n’est qu’au 19ème siècle durant la colonisation française de cette partie du globe que les restrictions de mouvements des Touaregs ont commencé à apparaître avec l’apparition de frontières dessinées arbitrairement par la puissance coloniale. Ces restrictions se sont accentuées davantage à partir des années 60, ère post-décolonisation, où chacun de ces états a hérité des frontières coloniales. Les Touaregs se sont retrouvés morcelés en autant de nationalité qu’il y’a de pays sub-sahariens avec toutes les contraintes liées.

Les régimes autoritaires qui ont gouverné ces états depuis leur indépendance ont toujours marginalisé ces populations “minoritaires”. Réduits en “curiosité folklorique” pour attirer des touristes comme les Indiens des réserves d’Amérique du Nord, leurs conditions économiques, sociales, sanitaires et culturelles sont insupportables. De Mauritanie jusqu’au Tchad en passant par l’Algérie et le Burkina-Fasso, ces peuples n’ont jamais cessé de revendiquer leurs droits à vivre dignement en se rebellant contre les pouvoirs centraux qui, généralement, répondent par la répression comme ce fut le cas en Algérie sous le régime de Boumediène en particulier et en Libye sous le régime du sanguinaire Kaddafi.

Au Niger et au Mali, par contre, les Touaregs ont été contraints de prendre les armes carrément pour arracher leur autonomie voire leur indépendance. Ceci depuis des années déjà jusqu’aux derniers évènements tragiques que connait actuellement le Mali. Ces dernières semaines, les Touregs maliens sont passés à l’offensive et viennent après des luttes acharnées déclarer, aujourd’hui le 06 Avril 2012, l’Indépendance de leur territoire au Nord Mali, le pays Azawad, le pays de l’unique peuple bleu au monde où l’homme est voilé et la femme dévoilée, le peuple où l’homme danse et la femme chante !

La communauté internationale (Union Africaine et France pour le moment) et les gouvernements des pays voisins, sourds depuis des décennies, aux malheurs des Touaregs sortent de leur coma et entament leur danse de ventre : non reconnaissance de l’Azawad, respect de l’intégrité territoriale du Mali, menace d’ingérence armée par les pays de la Cédéao, main mise d’Al-Kaida sur l’Azawad,… Il est clair que le séparatisme Touareg au Mali réveillera les autres Touaregs des pays limitrophes comme l’Algérie dont, déjà, des diplomates de son Consulat à Gao viennent d’être kidnappés. Un camouflet de plus à la diplomatie algérienne qui regardait passive les révolutions démocratiques des pays voisins et surtout celle de la Libye. C’était prévisible, sauf pour les dirigeants algériens sourds-muets, que cette poudrière Touareg embrase la région tôt ou tard. Voici un extrait de mon article daté du 12/08/2011 (voir lien à la fin de ce billet) : “L’autre menace qui guette l’Algérie à plus ou moins long terme, c’est ce que je nommerai, le « syndrome de Kurdisation » dans les régions du Grand Sud, frontalières du Niger, Mali, Libye,… La colonisation française a morcelé le Peuple Targui éparpillé sur 5 ou 6 pays, à l’instar du Peuple Kurde en Asie. Cette atomisation maintenue évidemment dans le respect des frontières héritées après les indépendances a déstructuré totalement ce « peuple bleu » dans ses fondements ancestraux. Les rebellions des Touaregs dans les pays limitrophes sont là pour en témoigner. Il n’est pas à exclure que tôt ou tard des mouvements séparatistes voient le jour en vue de la création d’un Etat Targui autonome et souverain. Le pouvoir algérien en est conscient puisque à chaque fois que les choses bougent dans ce sens, la médiation algérienne accoure pour diffuser sa lotion magique. Mais jusqu’à quand ? Je ne détiens point de solutions mais un traitement spécifique viable avec tous les régimes des pays concernés en collaboration avec les Touaregs est envisageable et le plus tôt possible. Déjà, que toute la région commence à se transformer en un « no man’s land » livré aux trafiquants et aux drogués et rebus de Ben Laden.” Lire : “Ainsi, vous mourrez, Monsieur Bouteflika….”http://www.facebook.com/photo.php?fbid=2334384806881&set=t.1467650574&type=3

 Barek ABAS – Béjaia, le 06 Avril 2012.

Leave a Reply

Your email address will not be published.