LE SOMMET DE L’INSOUTENABLE

 On aura tout vu  QUAND BOUTELIKA ET LE DRS …USENT,ABUSENT POUR LEGITMER ET GARDER LEUR POUVOIR.  UN JOUR DE VOTE DEVIENT FERIE POUR CERTAINS…

Contribution de Amrane Bacha

L’administration balaie toute contrainte susceptible d’empêcher les citoyens de se rendre aux urnes.

Écoles fermées à partir de mardi, fonctionnaires et salariés des administrations et des entreprises en congé payé : l’Algérie s’arrêtera de fonctionner jeudi 10 mai pour les élections législatives.

Les fonctionnaires seront libérés de toute obligation. Une autorisation spéciale d’absence rémunérée a été décidée pour la journée du jeudi 10 mai. Elle concernera l’ensemble des personnels des institutions et administrations ainsi que les établissements et offices publics, indique l’Autorité chargée de la Fonction publique et du ministère du Travail, de l’Emploi et de la Sécurité sociale.

Les travailleurs du secteur public et privé sont également concernés. « Cette décision concerne également les personnels des entreprises publiques et privées tous secteurs et statuts juridiques confondus, y compris les personnels payés à l’heure ou à la journée », précise la même source.

Les institutions, administrations, établissements et organismes précités ainsi que les entreprises publiques et privées sont tenus toutefois de prendre les mesures nécessaires pour assurer la continuité des services organisés en mode de travail posté.

Les élèves aussi seront dispensés des cours. Les écoles seront libérées quarante‑huit heures avant le début du scrutin pour qu’y soient aménagés les bureaux de vote. Une circulaire a été adressée aux directeurs d’établissements pour libérer les élèves à partir de mardi 8 mai.

Pas de cours pour les écoliers jusqu’à dimanche prochain ! Du jamais vu ! Le ministre de la Santé, Djamel Ould Abbès, a mobilisé le personnel médical pour veiller au bon déroulement du scrutin.

Au plan sécuritaire, un impressionnant dispositif est prévu pour assurer la sécurité du scrutin. « Tous les moyens humains et matériels de la Gendarmerie nationale ont été mobilisés pour garantir la sécurité et le bon déroulement des élections législatives du 10 mai prochain », a indiqué ce lundi le commandement de la Gendarmerie nationale dans un communiqué.

La Direction générale de la Sûreté nationale (DGSN) a prévu, de son côté, de déployer 60 000 policiers sur le terrain pour écarter toute tentative visant à perturber le processus électoral. La décision du gouvernement d’organiser les législatives le jeudi 10 mai, un jour ouvrable, coûtera très cher au contribuable algérien.

 Amrane Bacha

1 comment for “LE SOMMET DE L’INSOUTENABLE

  1. AZAFAN
    May 10, 2012 at 06:03

    LE FLN ET SES PAIRS DANS TOUTES SES HORREURS…

    ÉCHOS DU SCRUTIN EN FRANCE

    Votre voix contre un billet gratuit sur l’Algérie

    Un citoyen algérien, qui s’était présenté la semaine dernière au consulat de pantoise pour retirer des papiers administratifs, s’est vu abordé, lui et tous ceux qui attendaient avec lui, par un candidat, tract à la main et informant que tous ceux qui voteront pour sa liste auront droit à un billet gratuit pour l’Algérie et ce, chaque année.

    La carte d’électeur au bar du coin

    La tête de liste du MJD nous a appelé pour nous «signaler l’inqualifiable », nous a-t-il dit : un consulat de la région parisienne n’a pas trouvé mieux que de remettre à un responsable d’association une masse de cartes d’électeur.

    Et lorsque ces électeurs venaient s’inquiéter de la non-réception de leur carte, on les renvoyait sur le bar du coin, propriété du chef de cette association.
    On scelle bien les urnes

    Au consulat de Pantoise, toujours, le candidat d’El Moustakbel n’aurait pas trouvé mieux, nous apprennent certains candidats, que de sceller lui même les urnes, la veille du scrutin. Terrain conquis ?

    Démasqué, il a dû retirer son scellé.
    En zone 2, motion pour invalider le vote de deux bureaux

    Grand branle-bas de combat mardi à Marseille, où trois bureaux de vote étaient ouverts aux électeurs. Les bureaux 1 et 2 ont dû subitement fermer pendant plus d’une heure, sous la pression des observateurs des partis concourant. La raison ? 6 à 7 bus, venus on ne sait comment et commandés par on ne sait qui, ont déversé une masse d’électeurs, ce qui a empêché les représentants de partis d’observer ce qui se passait à l’intérieur des bureaux 1 et 2.

    Mardi soir, nous apprenions qu’une pétition circulait pour ne pas comptabiliser le vote de ces deux bureaux. La pétition aurait reçu l’assentiment de tous les partis, sauf celui du FLN et du RND.
    K. B.-A.

    Témoignage de monsieur Hamid Belkaid

    « Le mercredi 8 mai 2012, à la fermeture du bureau de vote, J’ai demandé le nombre de votants du bureau 1 et 2, et non pas le taux de participation comme stipulé dans la réponse du consul. Ce dernier a refusé. J’ai insisté en lui indiquant qu’il serait opportun de connaître le nombre de bulletins inscrits sur l’urne avant de signer le PV.

    Il s’est montré catégorique, puis il m’a dit “belaâ foumek”, je lui répondu qu’il n’avait pas le droit, en tant que diplomate, d’user de ce genre de langage.

    Il m’a ensuite menacé, puis c’est un autre fonctionnaire qui me répéta la même chose (belaâ foumek). »
    Par ailleurs, en dehors des militants FFS, de nombreux témoignages, pour certains déjà publiés par la presse algérienne, font état de distribution de tracts à l’intérieur des consulats par les représentants du FLN. Pour notre part, nous avons réalisé des photos et des vidéos pour les remettre à qui de droit et les mettre si nécessaire en ligne sur le Net et les réseaux sociaux.

    Enfin, votre consulat étant par ailleurs équipé d’un système de vidéosurveillance, je vous mets au défi de procéder au visionnage en présence de la presse.
    *Représentant du FFS à l’étranger, candidat de la Zone 1
    Samir Bouakouir*

Leave a Reply

Your email address will not be published.