La Peur de l’Autre

Par Barek Abas

Elle pointe son doigt vif sur ton voisin de pallier
Dont tu ne traverses que l’ombre dans l’escalier
Cette silhouette plus noire que sa couleur de peau

Elle hérisse tes poils blonds en plein jour dans la rue
Quand une main affamée quémande un rien d’écu
Cette main de l’enfant gitan aux cheveux corbeau

Elle troue tes iris sur l’innocence des bambins
Quand Salut dit Shalom et Salam A demain
Cette espérance que tu souilles des plus hideux freins

Elle perce ton ouïe au son des prières mystiques
Venues de ces contrées lointaines et exotiques
Ces louanges adressées au même Dieu que le tien

Elle compte tes sous que tu n’aurais jamais gagnés
A vider tes poubelles des denrées gaspillées
Cette sueur des éboueurs penses-tu qu’on t’a prise

Elle hurle dans tes rêves à réveiller les démons
Ceux-là même qu’hier t‘ont pris dans leur tourbillon
Ces cris « gammés » battant le pavé d’âmes grises

Elle crache sa haine dans ton cœur à dose mortelle
En t’isolant de l’Autre dans ta citadelle
Sais-tu que ta peur est un revolver pointé
D’abord sur la tempe de ta propre humanité

Barek ABAS – Béjaia, le 06 Mai 2012.
Tous droits réservés

(Illustration : «La peur » de Michel Lacoste)

Leave a Reply

Your email address will not be published.