Couleurs de petit déjeuner de week-end

 

 

Elle remue déjà son café noir
Du bout de ses doigts roses
Dans la porcelaine blanche
Aux rythmes bariolés de son cœur
Les volutes cotonneuses chatouillent
Ses narines cramoisies de son arôme
Qui gonfle encore plus ses seins roux
Sous sa nuisette rouge
Ses lèvres violacées par la passion
D’une torride nuit arc-en-ciel 
Sirotent l’écume caramel
Sous ses paupières nacrées
Comme une prière bleue
« Prends donc ton petit déjeuner… »

Dehors il fait une journée radieuse
De printemps multicolore
Les volets gris sont encore clos
Et la nuit encore plus longue
Plus belle qu’un champ de coquelicots
Au creux du lit défait où je grignote enfin
Ma brioche dorée 
Entre ses doigts impatients

© Barek ABAS – Béjaia, le 22 Avril 2012.
Tous droits réservés.

Leave a Reply

Your email address will not be published.