On a désigné un jeune homme de 74 ans à la tête de l’APN

Un KDS en chasse un autre? Est-ce pour faire partir Ouyahia qu’on nous désigne un autre Kabyle?

Les  septuagénaires au pouvoir, se justifient:

Qui te dépasse d’une nuit te dépasse d’une ruse (li fatek b’lila fatek b’hila)
Ce n’est pas au vieux singe qu’on apprend à faire la grimace
La jeunesse se flatte et croit tout obtenir; la vieillesse est impitoyable (La Fontaine)
La jeunesse croit beaucoup de choses qui sont fausses ; la vieillesse doute de beaucoup de choses qui sont vraies. (proverbe allemand)

Mirages de vieillesse

Un jeune homme de 90 ans assis sur une petite pierre en bois, lit son journal non imprimé à la lueur d’une bougie éteinte, regarde à travers les volets fermés, sous un ciel bleu et pluvieux, les éléphants qui sautaient de branche en branche (Source: Mon ex prof de français, K. Lamnouar)

La valise ou le dentier !

par Kamel Daoud

C’est fait : le nouveau Président de la nouvelle assemblée est élu après avoir été désigné. Et il a 74 ans. C’est-à-dire votre âge à vous qui êtes nés après l’indépendance, qui êtes si nombreux que vous en tombez dans la mer, qui êtes la force vive et le bras ballant de la nation. C’est comme dit par un collègue, le sens exact du discours de Sétif, sur le jardin vide et la génération qui transmet le flambeau et les allumettes et les torchères des raffineries de pétrole, surtout. 

C’est donc cela le changement comme dit, il y a des jours : choisir des hommes entre 80 et 70 ans. Fervents de la langue arabe qui n’écoute pas votre pays mais seulement ses propres ancêtres, descendants vaniteux et intolérants des «nous sommes arabes» par trois fois. Donc, c’est là, sous les yeux, visible sur la télévision : le changement. Explosif pour les jeunes étudiants morts par le gaz à Tlemcen. Doux pour les autres. Donc, c’est ainsi : il n’y a que la mort et le désordre pour faire changer un pays en un pays vrai. Un club de vétérans en une nation. Donc, cela continue : le même pays, avant Bouazizi ou après. Avant Moubarak ou après. Car après les dernières législatives, le pays n’est pas attaqué par l’OTAN, selon les affirmations d’Ouyahia, mais par la calvitie. 

L’Algérie n’est pas visée par un complot, mais par un vieillissement plus terrible. 

La nation n’est pas menacée par l’Occident mais par les fausses dents. 

Donc on continue comme avant : fausses réformes, petites libertés, grandes corruptions et disco troisième âge. Des rumeurs, des journaux, des hausses de prix, puis des chiffres et des coups d’Etat entre partis et chefs de partis. Cette lourde fiction qui vous fait tourner le visage vers la mer, s’asseoir au bas de l’immeuble, soupirer, prier, se laver de la terre et de l’histoire nationale puis dormir. Comme dit il y a des jours, il semble qu’il n’y pas d’issue : la valise ou le dentier. 

Ils finiront tous en noms d’aéroports et nous en ailes cassées peut-être. Non, il y a mieux et meilleure image : un pays où les jeunes donnent leurs noms aux chaloupes, et les vieux guerriers donnent leurs noms aux aéroports. C’est cela la poésie. Naufrage et décollage.

 http://www.lequotidien-oran.com/?news=5168865

Leave a Reply

Your email address will not be published.