UN ARABE NOUS ECRIT A PROPOS DU PALAIS DE KOCEILA, NOUS LUI REPONDONS (MISE A JOUR)

MISE A JOUR: LE 31 MAI 2013

1) Au printemps 2012, notre ami et collègue Larbi rentre du Canada au Bled, fait un saut au palais de Koceila, dans la région de Biskra. Choqué de le trouver dans un état si pitoyable, il écrit un article très critique vis-à-vis des autorités panarabistes qui laissent, selon lui, délibérément, la culture berbère s’effacer dans son territoire naturel, et nous l’envoie vidéo à l’appui. Autonomiste, Larbi invite dans sa déception accentuée le peuple berbère à prendre son destin en main et à cesser de le confier à un pouvoir qui a sa tête et sa fierté en Arabie, n’ ayant aucune affection pour tout heritage nord africain qui ne fait  pas le zéle de l’ araboislamisme.‘’ Lire: Le palais de Koceila (Tahouda): quand un état efface délibérément l’identité authentique des Amazighs!’’

2) Après lecture du texte, et visionnage de la vidéo, son ami Ben qui se présente  comme arabe algérien des Ouled Nail, ex recteur d’une université algérienne, qui n’est pas tout à fait de son avis, lui répond par ce texte que nous jugeons honnête et sans detour, bien qu’en revanche, on n’ est pas de son avis, particulierement , en ce qui concerte sa composante idéologique:  http://www.kabyleuniversel.com/2013/05/28/un-arabe-nous-ecrit/

3) Avec l’autorisation de Larbi, KU répond à l’ami Ben par l’article ci-dessous. Nous avons mis à jour cet article en prenant en considération la deuxieme réponse de monsieur Ben, qu’ont republiera dans les jours qui viennent.

Dans notre réponse on va se concentrer sur ce-ci:

”même si je suis…Arabe et que les Kabyles ont maintenant adopté une nouvelle méthode pour faire avancer leur cause : casser et insulter l’Arabe à tout bout de champ.Les Français l’ont fait avant les kabyles et pendant …132 ans. La fin? tout le monde l’a connait.”

 Cher ami l’arabe

Hadj N'Ait sarghintPermettez-moi cette anecdote. On avait un ami qui s’était plaint d’ un autre ami qui ne voulait pas lui rendre ses 100 dinars qu’il lui avait prêtés, disait-il, il y a  6 mois. On avait tous vu cet emprunteur d’un mauvais œil, et ensemble on est allé essayer de le persuader de payer sa dette à son ami le prêteur. Arrivés sur les lieux, l’emprunteur répliqua « comment oserait-il me demander ses 100 dinars alors qu’il ne m’a pas rendu les 1000 dinars que je lui ai prêtés, il y ‘a une année. » Et voici que, soudainement, la culpabilité s’inversa  au quadruple de ce qu’elle était au départ.

Ici, j’utilise le terme arabe, parce que vous l’avez imposé dans votre écrit, mais en réalité on  ne le trouve pas approprié, et ici dans ce webzine, on lui préfère de loin les termes à forte connotation idéologique à savoir ‘’baathiste’’ et ‘’panarabiste’’. Nous considérons que les problèmes que vivent les peuples de l’Afrique du nord ne sont pas de nature raciale mais plutôt idéologique, engendrés par le baathisme et le panarabisme, corollaires du  nationalisme arabe.

 En Algérie, si vous êtes un baathiste des montagnes  des Aurès ou du Djurdjura, vous êtes largement mieux considéré par le pouvoir qu’un arabe de souche, de Laghouat ou de Biskra, qui aurait une quelconque sympathie pour la cause berbère. Autrement dit tous les algériens sont égaux devant l’idéologie arabisante du pouvoir.

 Personnellement, je n’en revenais pas quand j’ai côtoyé des saoudiens, des irakiens, des libanais…et les entendre admettre par évidence, sans même le moindre débat, la berbérité évidente des peuples de l’Afrique du nord. Moi qui croyais que tous nos malheurs identitaires  nous venaient de  « là-bas ». J’ai tout de suite compris que, comme dans le film Resident Evil, les artisans de notre mésentente nationale sont internes à notre chère Algérie. Ils seraient incapables d’unir 2 hommes de la même tribu dans une même tente, alors là, compter sur eux pour unir tant de millions d’algériens sur un aussi vaste territoire.

Revenons à l’anecdote. Vous aussi, monsieur, vous nous parlez de ce kabyle qui insulte “l’arabe” ; ce n’est effectivement pas gentil de sa part, et dans toutes les cultures du monde, il  est condamnable. Cela s’appelle du racisme. Mais si ce Kabyle répond à la communauté internationale qui viendra  le condamner «  j’ai insulté” l’arabe” parce qu’il renie mon droit à l’identité et ma culture en me forçant, moi le berbère, à devenir arabo asiatique comme lui, sur la terre nord-africaine de mes ancêtres de 5000 ans ». Quelle serait d’après vous l’offense la plus forte ? L’insulte du kabyle vis-à-vis de “l’arabe” ou l’effacement racial et culturel de la surface de la terre que veut infliger  “l’arabe” au kabyle ? Comme dans le cas de l’anecdote, si le kabyle doit 100 dollars à “l’arabe” pour l’avoir insulté, “l’arabe” lui doit 10 fois plus pour avoir programmé, de façon systématique, son effacement de la surface du globe, et de surcroit sur la terre de ses ancêtres.

En plus, dans un conflit quelconque, monsieur, on ne sanctionne pas celui qui a causé plus de dégâts à l’autre mais celui qui a le premier déclenché les hostilités. Voyons dans notre cas, qui du kabyle ou de “l’arabe” avait déclenché le premier les hostilités.

Au lendemain de l’indépendance si héroïquement acquise, il faut le signaler, tout le monde il était beau, tout le monde il était gentil en Algérie. On fêtait la fête ensemble de l’est à l’ouest du nord au sud. Dans l’allégresse et la politesse. Nos vaillants hommes du congrès de la Soummam, arabes et berbères,  à leurs têtes, le Kabyle Abane, parlaient comme dans toute nation moderne qui se respecte, de la primauté de l’intérieur sur l’extérieur, du militaire au service d’un pouvoir civil d’une Algérie démocratique et populaire géographiquement délimitée, unie et indivisible et contenant des peuples de différentes cultures et de différentes origines qui s’appellent des algériens et qui vivent ensemble depuis des lustres,  dans le respect mutuel, leurs différences et leurs similitudes et qui n’ont pas où aller en dehors de cette Algérie qui était naturellement la leur et où le hasard et l’histoire les avaient, à une époque ou une autre, aléatoirement parachutés. Une Algérie tout court, à majorité génétique berbère, à majorité linguistique arabe, qui abrite les peuples qui y vivent.

Avec le GPRA qui avait en son sein nos  meilleurs cadres et nos meilleurs révolutionnaires ,aussi bien arabes que berbères, tout allait pour le mieux dans le meilleur monde des mondes de l’ algérianité, et voilà  que d’un coup, un homme né au Maroc qui savait taper comme stoppeur sur un ballon à l’Olympique de Marseille surgit à partir de Tunis pour stopper , comme au football, l’Algérie d’évoluer droit dans son but en criant de toutes ses tripes et en le répétant 3 fois de suite que l’Algérie est  arabe, conformément au bon vouloir de son maître à penser, Nasser.

Voilà, monsieur, l’appel qui a sonné le glas de l’unité algérienne d’une Algérie  souhaitée par tous : unie et indivisible. Il s’en est résulté une plaie  qui n’a pas cessé,  depuis, de se gangrener comme un cancer sans qu’une volonté quelconque n’eusse venue la stopper. Et, depuis, “l’arabe”, en matière de connerie n’a pas cessé de mener au score un à zéro devant le kabyle, en achetant de son petrole, les arbitres. 50 ans plus tard, le kabyle dans ses frustrations consommées, tentera d’égaliser en inventant une autre connerie qui s’appelle le séparatisme. A malin, malin et demie, à connerie, connerie et demie, et nous voici, en plein, dans le raisonnement par le fatalisme et l’absurde. Et dans ce genre de jeu, comme à la guerre, la faute revient toujours, comme il est de règle, à celui qui a commencé le premier.

L’Algérie du GPRA, représentée par des médecins, des pharmaciens, des politiciens et des ingénieurs ainsi que tout ce beau monde qui pensait avec sa tête se voit confiée au moyen d’un putsch par les bons soins de Nasser, à un homme qui pensait avec ses pieds, incapable de définir les vrais intérêts de la nation, pour suffire de prime abord à l’Egypte, conformément à la tristement célèbre formule nassérienne l’Algérie nous suffit  et vous suffit (El Djazair Takfina wa takfikoum).

Et la suite vous la connaissez. Dès lors, l’Algérie a fait une entrée fracassante dans le monde arabe,se disputant via les festivals et toute sorte de symboles le leadership de l’arabité avec les vrais arabes de souche comme le Yemen et l’Arabie Saoudite, au point où être arabe est devenu un prestige, voire, une obsession, tandis que le  berbère est relégué au statut de citoyen de seconde  classe parlant un langage arriéré par nature, propre aux  peuples allergiques à la civilisation.Même son histoire on l’a bannie de l’école , on a eu honte de se rappeler qu’il fut une époque dans l ‘histoire où  l’Algérie n’a jamais abrité d’arabes en son sein. Ce que les vrais fils de la nation tentent de reinstaurer aujour’dhui, c’est la fiereté d’être algérien sans avoir à situer ses origines au Roub3 el Khali, et sans avoir à suffire ni à l’Egypte ni  à la France.

 Dans les pays qui se respectent, les minorités sont considérées comme fragiles, donc nécessitant une compensation protectrice  de la part des autorités. Aux Etats-Unis, par exemple, si un minoritaire noir ou latino traite un blanc de white trash (ordure blanche), de red neck ou de gringo, le fait n’est pas considéré comme potentiellement raciste, mais si un blanc, majoritaire, traite un noir  de negger (nègre) ou un mexicain de Wet Back* (dos mouillé) il a commis un acte raciste qui lui vaudra de la prison, le licenciement de son lieu de travail ou les 2 à la fois. Allez oser insulter un autochtone à Hawaii, c’est le ciel qui vous tombera sur la tête. Les autochtones d’Amérique ne payent pas les taxes, ils sont chez eux. La politique d’affirmative action est une série de programmes de copensation, destinée à aider les minorités à venir à bout du retard que leur a causé par le passé la majorité blanche.

Chez nous, en Algérie, c’est plutôt l’inverse. Si un arabe nous traite de sales Kabyles il le fait au nom de l’unité nationale et si un kabyle traite ”l’arabe” de la même chose il sera considéré comme un séparatiste. Et vous, monsieur, avec seulement 10 millions de kabyles et 200 millions d’arabes dans le monde vous  osez présenter les arabes comme des victimes. Victimes de ces « grosses gueules » de kabyles qui n’ont ni milices, ni généraux derrière leurs revendications, ni pouvoir, ni pétrole, ni medias pour le crier aussi fort que les arabes  le font. « Donnez-nous  vos chars et vos avions nous vous donnerons nos couffins », répliqua Larbi Ben Mhidi aux français.

 Après s’être retirés  dans nos montagnes pour vivre en toute quiétude notre identité et notre culture, abandonnant à tous nos envahisseurs successifs nos plaines et nos terres fertiles, vous venez avec votre technologie importée, nous placer ARABSAT au-dessus de nos têtes, comme par conformité à ce  dicton arabe ana warak wa ezzamane tawil (je suis derrière toi, là où tu vas,  jusqu’à la fin des temps).

 Le peuple kabyle ? Un peuple auquel vous devez reconnaitre son pacifisme, du fait, qu’en 50 ans de revendication, il reste l’un des rares  peuples au monde à ne pas avoir causé de victime au camp adverse malgré les persécutions militaro baathistes qu’il n’a pas cessé de subir.

Autrefois quand j’entendais parler du Massacre de Boston, j’avais imaginé un nombre incalculable de victimes. Plus tard, j’apprendrais, à mon grand étonnement, qu’il n’y en avait que 5.  5 victimes qui ont causé la révolution américaine au bout de laquelle les british, au bout de 8 ans de guerre, devaient quitter l’Amérique. Les Washington, Jefferson et Hamilton avaient répondu aux anglais qui demandaient à re-négocier avec les américains qu’à partir du moment où vous avez fait couler le  sang des américains sur leur propre sol, il n’y a plus rien à négocier.

 Chez nous, les autorités algériennes avaient, durant le printemps noir de 2001, tué 126 jeunes kabyles  et blessé un millier d’autres, sans que personne ne soit désignée comme responsable, ne serait-ce que par sympathie pour ces mères qui ont perdu leurs fils à la fleur de l’âge. Au contraire on a eu un Ouyahia qui a gagné en grade et en assurance, un Betchine plus inébranlable que jamais, un président qui nous traitera de nains à domicile, prenant nos revendications pour du grabuge, nous promettant que notre langue ne sera jamais officielle, justifiant dans son ignorance culottée qu’il n’y a aucun pays au monde qui a 2 langues officielles, et qui bénéficiera, au finish, d’une constitution remodelée qui lui offre une présidence à vie.

 En octobre 88, il y’avait certes plus de morts, mais il y’avait un geste  symbolique des autorités envers les victimes et leurs familles, à savoir la démission forcée de Chadli et de Messadia. Mais en Kabylie, c’est du tuez- y a- rien-à-craindre.

La Kabylie a perdu son image de région frondeuse peuplée d’hommes qui ne se laissent pas faire. Insultée, humiliée  à domicile et observant, impuissante, ses enfants se faire descendre impunément, comme des mouches par un pouvoir qui ne les a pas dans son cœur, la Kabylie entame, tête baissée, une étape historique avec un sentiment de lâcheté qui la poursuivra pour le reste de ses temps à moins qu’ une fibre quelconque, blottie quelque part au fin fond d’elle-même, ne vienne à  lui redonner cette  susceptibilité d’enfanter des hommes qui lui feront effacer cette lâcheté qui lui colle, désormais, à son histoire. Par défaut, l’histoire du  futur se souviendra d’elle comme d’une région qui a laissé ses bourreaux libres et rémunérés,  et les crimes commis à son égard impunis. Et quand de pareils évènements se répètent souvent dans l’histoire, le peuple qui les subit sans réagir finit par se forger une tête à claques. « Mon père, ils nous ont frappés », « mon fils, parce qu’ils nous ont reconnus (dans notre vulnérabilité) », disait approximativement un célèbre dicton kabyle.

Après tant d’efforts et de sacrifices pour arracher l’Algérie africaine à l’empire gaulois de l’Europe, on s’est retrouvé entrain de la céder à l’empire arabe asiatique, non par conformité à ses réalités historiques mais conformément à la façon de voir les choses d’un simple  joueur de Football qui a reçu l’ordre de l’Egypte que les choses se passent ainsi et pas autrement.

L’arabisation de l’Afrique du nord n’émane pas, à l’origine, d’un quelconque prophète ou d’un texte sacré, mais de la vision impérialiste de Napoléon III que les partisans de l’idéologie panarabe ont eu le désir hargneux d’adopter dans l’ inconsideration la plus totale des peuples non arabes de l’Afrique du nord. Et vous osez monsieur, par-dessus cet effet historique marquant,  nous reprocher d’avoir collaboré avec la France pour casser de l’Arabe, et ce, malgré notre engagement révolutionnaire contre la France, qui s’impose comme une évidence que vous ne pouvez pas nier. 

Durant la guerre, la France avait décidé, à un moment donné, d’abandonner cette Kabylie frondeuse à ses montagnes stériles et d’occuper le désert et son pétrole ainsi que l’Algérie des terres fertiles, mais les kabyles avaient refusé, réclamant l’Algérie dans toute sa territorialité. Les Kabyles ont toujours assumé leur rôle fédérateur et se sont toujours battus pour une Algérie algérienne riche et jalouse de son histoire nord-africaine. L’Algérie sera unie le jour où ses dirigeants cesseront d’exhiber leur origine du Yémen et assumeront pleinement et avec fierté leur appartenance nord-africaine, se retireront de l’OUA, de l’OPAEP et des championnats arabes, et cesseront en bons nord africains, de vouloir s’imposer par la seule exhibition de l’élément racial de l’arabité. Vous n’êtes pas arabes, m’a dit un ami de Zanzibar, pourquoi alors participer aux coupe et championnat arabes. J’aurais bien aimé ce jour-là que vous soyez là, monsieur Ben, pour lui fournir une réponse.

L’Amérique n’a été possible qu’avec des peuples qui ont assumé pleinement leur américanité. Si chaque peuple venu de quelque part avait voulu imposé sa race et sa nationalité aux autres, l’Amérique n’aurait jamais été possible. L’Amérique a eu des leaders qui croyaient en l’humanité avant tout et qui ont cultivé l’esprit américain en Amérique. Nous avons eu des leaders dont le souci ultime était de greffer, en bons colons, l’arabité asiatique aux peuples de l’Afrique du nord. Des leaders comme Ben Bella qui n’a jamais lu un livre dans sa vie en dehors de les mille et une nuits. Si vous ne vous sentez pas algérien (dans sa définition baathiste) vous quittez le pays, nous disait approximativement, le président le plus inculte du monde, en l’occurrence Chadli, de cette  espèce de leaders à l’anti-Georges Washington qui ont conduit, à l’antimonde de l’Amérique, leurs peuples, droit vers la queue de l’humanité.

Dans les années 20 est né, en France, au sein de la communauté kabyle émigrée,  le mouvement national algérien. Pour ne pas confiner ce mouvement dans sa kabilité, et par souci de lui donner une dimension algérienne, les instigateurs de ce mouvement indépendantiste, à leur tête, Amar Imache, avaient donné le commandement à Messali Hadj, un tlemcenien. Ce dernier ne s’étant pas senti à l’aise de coopérer avec un peuple qui parlait une autre langue, s’en alla rencontrer en Suisse le druze libanais, Chakib Arslan, qui lui fait prendre la décision de brancher le nationalisme algérien au courant panarabiste, chose qu’il fera  sans avoir préalablement consulté ses collègues algériens d’un autre langage, qui l’ont désigné au nom de l’algérianité, à la tête du mouvement. Un coup de poignard, cette fois ci au sens figuré, d’un arabe sur le dos des kabyles, serait-on tenté de dire. Preuve que la politique du poignard (Es-saif), au sens propre comme au  sens figuré,a toujours  réussi aux fanatiques de l’ideologie araboislamique.

Le kabyle n’a jamais eu de haine envers l’arabe, et d’ailleurs, il est souvent  dit que le comble d’un kabyle c’est de se prénommer Arab. Et même votre ami, l’auteur de ce texte auquel, vous-même, vous  répondez, est un kabyle qui s’appelle Larbi.

Le sentiment d’exclusion des minorités vivant dans le monde arabe, n’est pas un fait exclusivement kabyle, vous pouvez, si vous vivez dans une société suffisamment diversifiée,  demander, autour de vous, l’avis des assyriens, des kurdes, des rifains ou des nubiens sur la question et vous verrez leurs réponses. Les gens du Darfour qui sont très attachés à l’islam accusent les arabes d’un grand péché religieux  à savoir celui de pervertir le message coranique pour, effacer dans l’arabité, des peuples entiers que Dieu lui-même avait créés dans la diversité. Selon eux, Dieu a ordonné ou conseillé de convertir les peuples à la religion musulmane mais nullement à l’arabité.

 Nous avons gobé à la propagande panarabiste et nous n’avions personne pour nous éclairer sur  ce que nous sommes du fait que les putschistes parmi lesquels des berbères  acquis corps et âmes à la cause panarabe ont, en véritable mafia, assassiné, exilé ou réduit au silence les hommes susceptibles de nous renseigner sur notre vraie histoire et notre vraie identité. Le mensonge et la propagande baathistes ont fait du chemin, et qu’une fois qu’on s’est réveillé pour nous reconnecter avec nos réalités, on  nous traite de racistes et de  séparatistes.

 Ce ne sont pas, monsieur les kabyles qui ont un problème avec les “arabes” c’est plutôt les “arabes” qui ont un problème avec les minorités algériennes qu’ils veulent obsessionnellement effacer au nom de l’uniformité de l’empire arabe.

 C’est tout à fait naturel et légitime  que les berbères soient fâchés contre le pouvoir voire même contre leurs compatriotes arabes. C’est naturel de se fâcher contre un ami, un associé ou un  dirigeant qui nous a trompés dans notre sommeil. A notre réveil on s’est rendu compte que notre effacement est à moitié achevé de façon malicieuse et perfide : Des villages périphériques au cœur de la Kabylie  et dans les Aurès qui, il n’y a pas longtemps parlaient leurs langues, ont complètement oublié leurs races et ne parlent plus un seul mot en berbère.

 En tant qu’arabe, intellectuel, digne d’humanité et de respect, ça vous réjouirait vraiment à ce point ? En quoi notre effacement ferait-il- votre grandeur ?

Génétiquement parlant vous êtes peut-être plus berbère que moi ou peut-être je suis plus arabe que vous, mais si on fait un effort de raisonner en intellectuels c’est-à-dire en dehors de la boite du système, on parviendra à localiser nos erreurs qui nous  ont ramenés à destination de la mésentente que nous vivons aujourd’hui indépendamment de nos gènes et de nos différences culturelles.

Mais si nous raisonnons en partisan, c’est à dire dans la boite, les choses ne feront qu’empirer. Nous n’avons jamais été dirigés par les meilleurs de nos hommes  et c’est pour cela qu’on se retrouve, vous, l’arabe, et moi, le kabyle, à discuter des choses qu’on n’aurait peut-être pas eu à discuter aujourd’hui. Le devoir de l’intellectuel algérien, aujourd’hui, ce n’est pas d’être arabe ou d’être berbère, c’est de repenser le système de façon à réapprendre aux algériens à s’aimer, à communiquer, à vivre ensemble, dans le respect mutuel, les uns avec les autres et non les uns aux dépens des autres. Mais si tel n’est pas le cas, comme c’est le cas aujourd’hui, il faut s’attendre à des clivages.

Nous constatons sous nos yeux, aujourdhui, que les nations composées de peuples unis sous la baguette et la justice aveugle d’ un régime dictatorial comme le cas de la Yougoslavie et de l’ URSS , du Rwanda et de l’ Irak ont fini par s’ éclater  tandis que les peuples unis volontairement et spontanement dans le respect des uns les autres, comme le cas de la Scandinavie, de la CE et des Etats Unis,  fondent des communautés de plus en plus fortes et de plus en plus élargies.

 Si vous considérez l’autonomie de la Kabylie comme une maladie nationale, c’est votre droit, mais alors faites quelque chose pour la soigner. Une maladie ça ne se combat pas ça se constate, pour l’éradiquer il faut s’attaquer aux virus qui l’ont véhiculée à savoir, dans notre cas, le baathisme et le panarabisme. Comme disait  Georges Politzer, on ne renonce pas aux illusions mais on renonce à un état qui a besoin d’illusion. Dans notre cas, on ne renonce pas à l’autonomie mais on renonce aux forces qui ont produit et continuent à produire le sentiment autonomiste.

 Et ce n’est pas en interdisant aux berbères de nommer leurs enfants Mazigh, Kahina ou Massinissa et d’accueillir à cœur joie des noms comme Arab, Larbi et des noms de la Djahilia arabe comme Antar, El Khansa et Zouhir… que vous allez empêcher les kabyles d’adhérer au concept de l’autonomie, voire d’indépendance, lequel ne cessera de se renforcer et gagner du terrain à mesure que croit la persistance baathiste à refuser de nous accorder nos droits naturels fondamentaux à savoir notre langue et notre identité.

Vous reprochez à votre ami Larbi son microcosme autonomiste mais vous n’expliquez pas en quoi votre conception de l’état algérien diffèrerait- elle de celle préconisée par Ben Bella. Vous nous avez écrit dans ce blog berbériste pour dénoncer notre microcosme kabyle, nous saluons votre initiative, tout en espérant que vous  ayez  fait ou feriez la même chose avec ces centaines de blogs baathistes pour dénoncer leur  « macrocosme » arabe.

Nos salutations amicales

KabyleUniversel.com

Notes:

*Wet Back, signifie dos mouillé : appellation péjorative donnée par les américains aux ressortissants mexicains qui arrivent illégalement du Mexique après avoir traversé à la nage la rivière du Rio Grande qui dessine la frontière naturelle entre le Mexique et les Etats-Unis.

22 comments for “UN ARABE NOUS ECRIT A PROPOS DU PALAIS DE KOCEILA, NOUS LUI REPONDONS (MISE A JOUR)

  1. barek abas
    June 4, 2012 at 09:20

    J’ai commencé à lire l’écrit de notre “arabe” et je me suis arrêté de polluer mon esprit avec ses ragots indignes. Franchement , je trouve que c’est tellement minable que je suis pris de nausée. Et voici la réponse d’un kabyle “naif” à 18 ans déjà : “Algérien, mon frère Djazaïri” – http://www.facebook.com/​photo.php?fbid=415501352146​1&set=a.1870305525189.1114​20.1467650574&type=1&ref=n​f

  2. barek abas
    June 4, 2012 at 09:21

    Et je rajoute ceci : “Pleure, Algérie bien aimée, pleure !”

    • Mazigh
      June 6, 2012 at 12:41

      Mr ben ce que vous oubliez de signaler c’est que celui qui a financé la mise en valeur du site de okba n’est pas un privé mais un l’état saoudien avec l’argent du peuple d’un pays qui finance tout ce qui peut éteindre la lumière amazighe en utilisant tous les moyens y compris l’islam.

      vous n’êtes pas sans savoir que sans les amazigh ont porté et porte encore l’islam au firmament et la langue arabe au détriment de la leur.

      sans qui n’auraient jamais atteint le niveau que nous connaissons.Et en guise de reconnaissance on cherche à effacer pour toujours leur identité et culture pour se voir affubler DE CELLES des envahisseurs.A présent nous avons compris.

      Quant au sépartisme ,je vous renvoie à l’article suivant qui se trouve sur ce site en pagez 4..
      Les berbères, les kurdes, les nubiens,… sont-ils des obstables à l’Union Arabe?

      Dans le coeur d’Arabie, les Emirats Arabes Unis (EAU) sont une fédération de 2,4 millions d’habitants dont plus de 60% d’étrangers. L’union des 7 émirats s’étend sur une superficie de 83 600 km², avec Abu Dhabi se taillant la part du lion avec ses 67 600 km². Le deuxième émirat en superficie et, premier économiquement, l’émirat de Dubaï, mesure seulement 3840 km² et ses richesses lui appartiennent de facto, en premier lieu, avant de contribuer à la prospérité de la fédération.

      Alors que les 5 autres émirats sont confinés dans un espace de quelques 12 000 km².

      Le plus petit émirat, Ajman, mesure à peine 260 kilomètres carrés. Comparativement, aussi, le Bahreïn qui, rappelons, au passage, avait, depuis 2002 abandonné son statut d’émirat pour celui de royaume, possède une superficie de 665 km².
      A titre de comparaison la superficie de la wilaya de Tizi-Ouzou mesure 3568 km², c’est-à-dire qu’elle peut former à elle seule une fédération de plus de 13 émirats de la Taille d’Ajman ! Soit, aussi, plus de 5 fois la taille du royaume souverain du Bahreïn.
      A titre de comparaison la superficie de la wilaya de Tizi-Ouzou mesure 3568 km², c’est-à-dire qu’elle peut former à elle seule une fédération de plus de 13 émirats de la Taille d’Ajman ! Soit, aussi, plus de 5 fois la taille du royaume souverain du Bahreïn.

      Les EAU sont la seule fédération du monde arabe, chaque émirat est représenté par un émir dont le pouvoir est héréditaire et absolu. Leur économie basée quasi absolument sur l’industrie pétrolière assure aux émiratis la plus grande prospérité économique dans le monde arabe, et leur offre probablement le plus haut revenu au monde par habitant. Malgré des ressources économiques certaines qui offrent aux émirs le luxueux pouvoir d’évoluer sur du velours, et malgré l’absence totale des « agitations » berbère, kurde ou nubienne, l’union des arabes de souche pratiquant la même religion, parlant la même langue et ayant la même histoire n’est pas aussi évidente que ça.

      En 1971 les émirats du Qatar et du Bahreïn qui faisaient partie de la fédération des Emirats Arabes Unis ont pris la décision de faire sécession et d’opter chacun pour sa totale indépendance.

      QUE DIRIEZ-VOUS AUX KABYLES A PROPOS DE CETTE SECESSION?

      seuls les bédouins ont droit sans fioriture à leur indépendance quand on sait que la kabylie a toujour été indépendanTE jusqu’à l’arrivée des français qui ont commencé à les arabiser.

  3. barek abas
    June 4, 2012 at 09:33

    Voici le lien de “Algérien, mon frère Djazaïri” (apparemment corrompu dans mon 1er commentaire ): http://www.facebook.com/photo.php?fbid=4155013521461&set=a.1870305525189.111420.1467650574&type=1&ref=nf

  4. Algérien amazigh
    June 4, 2012 at 12:05

    Magistral, magistral! Monsieur Rachid. Le débat est sain, constructeur. Ta réponse est celle d’un kabyle féru de valeurs universelles. Merci, je me suis régalé.

  5. numide
    June 5, 2012 at 14:33

    tanmirth-ik a raçid, mais croyez vous qu’ils sont compris quelque chose ? non je ne pense pas car la conception des choses elles mêmes différent,nous avons notre propre façon a concevoir et a voir les choses telles quelles sont, et eux (les arabes, sans faire de liaisons)ils ont leur façon de voir et visé comme leur ancêtres le faisait avec les flèches et les sabres.
    depuis toujours ça été toujours ainsi, tout ce qui viendra de la Kabylie en particulier et des berbères en général, est suspect et vite pointer du doigt, alors laissons la caravane passé, les chiens n’arrêteront jamais d’aboyer, ils sont nés comme ça et rien que pour cela.

  6. June 5, 2012 at 15:51

    Excellent, je me suis régalé en lisant cette article. Mon frère kabyle, je tiens à vous remerciez pour cette réponse magistrale !

    • Nadjib
      June 16, 2012 at 05:06

      tu fais pitié

  7. Amnay
    June 5, 2012 at 16:05

    c’est incroyable cette propension qu’on ces arabistes à venir nous reprocher notre microcosme kabyle, alors qu’eux-même nous imposent leur macrocosme arabe depuis 14 siècle et pas avec des mots. quant à nous faire la comparaison avec la France qui a cassé de l’arabe et qu’on a vu comment ça c’est terminé…bah! jusqu’à preuve du contraire, ce n’est pas l’arabe qui a chassé le français…malheureusement pour eux, on a beau parler de “arabes” de la révolution algérienne, il n’empêche que la guerre c’est passée en Kabylie, dans les Aurès et dans la région autonome d’Alger…alors, on pourra toujours dire que ce sont des arabes…
    Il y a un moment, cher compatriote arabe, où il faut arrêter de prendre les gens pour des ânes bâtés…ce discours a fait son temps!

  8. Aksil
    June 6, 2012 at 04:59

    merci pour cette réponse de haute tenue. La Kabylie a besoin de ce genre d’excellence!

  9. Cherche la verité
    June 6, 2012 at 11:06

    Le probleme c’est que l’histoire de L’Afrique du nord est tres mal connue. L’ arabe de souche sont les banu Hillal (bedouins localisés à adrar, djelfa..). croyez moi ces arabes sont beaucoup plus à plaindre qu’a condaner, le veritable probleme sont les berberes. Ben Bella est un berbere (voir l’article el watan), lire aussi l’interview de Mr salem Chaker(site Tamazgha) et la liste est longue.Vous le dite bien que les arabes du moyen orient ne nient pas la berberité de l’Afrique du Nord alors pourquoi s’obstiner à accuser ses arabes.

  10. Berbere
    June 6, 2012 at 11:41

    Vous n’avez pas repondu à des réalités bien améres de notre ami du comportement negatifs et destructifs des kabyles – refus de passage sur leur proprieté de tous projet (electricite; gaz ;eau..
    – fermetures des routes pour des problemes mineurs,
    Pour votre information, je suis resté dans ma region bejaia pendant 10 ans à bejaia à occuper le meme poste de travail, alors il suffit qu’un jour j’ai decidé de quité ma région, je me retouve aprés trois ans avec un poste plus important dans une région arabophone.

  11. zi
    June 11, 2012 at 15:24

    Permettez moi de commenter les trois commentateurs
    Larbi … un kabyle naif qui découvre la tromperie dont son peuple est victime. Il avoue son ignorance et s’exprime en toute simplicité. Quoi de plus naturel ue de se révoltevant l’injustice ?
    Ben, l’arabe … un pseudo arabe ou un arabe préfabriqué tellement embobiné dans le système qu’il réduit une question identitaire à un objet de marchandage entre arabes et kabyles.
    Le kabyles se lamentent , les arabes profitent, voila bien une vision séparatiste (peut être inconsciente ) d’une société qu’il veut plurielle.
    La réponse de kabyleuniverselle.com … Je la trouve démesurée devant la faiblesse des arguments de Ben, il aurait fallu juste lui rappeler ses contradictions.

    Zi

  12. tyro
    June 15, 2012 at 06:19

    Mais ma parole on se croirait dans un hopital psychiatrique…

    La paranoia doit faire des ravages parmi les kabyles…

  13. tyro
    June 15, 2012 at 07:08

    L’auteur de l’article,on l’occurence Mr Ben, a omis volontairement ou non de mettre en

    evidence qui detenait le pouvoir en Algerie de 1965 a 1979…A moins que l’on veuille jouer

    a saute mouton…

  14. Anonymous
    September 8, 2012 at 05:47

    nous serons tranquille lorsque les arabes retournent en arabie c’ set simple !

  15. Algerien
    February 24, 2013 at 09:09

    Tout le monde est fautive et bien arrêtons il y a très peu d’arabe et moi même en fouillant bien je me suis découvert des origines berbère par ma mère.Je donnerais simplement un exemple dans chaque région du pays les réactions des algériens est la même concernant tout ce qui touche la politique ,l’économie ,la nation.Bizarrement nous avons tous les même réflexe ,le même gêne de gueulard et de râleur.Salut ou Salem a tout ceux qui se reconnaissent algerien avant tout .

  16. tilmatine
    June 1, 2013 at 06:02

    ce débat et toutes ces discussions n’ont pas lieu d’être.
    les arabes sont forts, beaux,intelligents ,humains et solidaires.
    les kabyles ont l’esprit petit, ils se jalousent entre eux et que sais je encore.
    tout cela fait que nous n’avons plus rien à faire ensemble.
    qu’ils nous foutent la paix et nous ferons de même avec eux.
    le divorce existe, c’est même un droit.

  17. June 6, 2013 at 13:47

    un algerien peut-il acheter une maison en kabylie? non bien sur s´il est arabe, le terrain ne se vend qu´a un kabyle, par contre dans les régions arabes constantinois,oranie,sud…ect c´est possible pour un kabyle? alors je crois qu´il faut avancer a visage découvert si les revendacations kabyles sont d´ordre politiques elles sont dans ce cas nobles et il faut en débattre, s´il y a un fond raciste de la société kabyles surtout envers les arabes il faut également en parler.

    • illeli
      October 21, 2013 at 11:27

      sait-tu pourquoi zdimoh ,l’assimilé vacciné?
      v
      ous oubliez deux choses. Sais-tu au moins que des kabyles ont donné du terrain gratuitement aux arabes travailleurs .De nos c’est la colonisation par le nombre qui est recherché ;ce n’est pas Bouteflika et c’est pairs qui font l’occupation par des transferts d’arabes en Kabylie pour justement éviter une majorité uniquement kabyles. Demandez aux citoyens déportés du séisme de d’EL ASNAM pourquoi l’état les a expédié en Kabylie et non réhabilité sur place dont nous venons de voir les premières escarmouches entre kabyles et arabes. Signe annonciateur de gros conflits à venir si les kabyles ne se réveillent pas car l’objectif et bien plus pernicieux que celui d’habiter une région.
      C’EST LA FIN DE LA KABYLIE…ce que tu oublies zdimoh l’arabisé…. tous les peuples du monde ne cherchent qu’à vivre dans la diversité sauf les arabes et leurs aliénés qui veulent toujours imposer leur dogme pour vous effacer là où ils s’installent.
      Regarder l’Europe ,le monde.
      vous refusez de voir la réalité pour accuser l’autre de raciste car pour vous ,il faut toujours plus, par contre où l’arabe ou son assimilé comme vous gouverne c’est normal que même le colonisé autochtone s’efface devant lui pour laisser place à son grand maître esclavagiste.J’invente rien, voyez le monde occidental le comportement de vos semblables.

      POUR VOUS C’EST LOGIQUE, PAS POUR MOI.

  18. Awthem
    April 17, 2016 at 16:39

    EN FRANCE, UN BERGER ARABE A MORDU UN VOLEUR ALLEMAND.

    Hormis les mosquées de France et les associations islamistes, financées par de très riches pays pétroliers, l’islamisation et arabisation des Kabyles de France se poursuit avec acharnement, au point où c’est l’état français qui prend le relais via sa ministre d’éducation nationale.
    L’islamisation et l’arabisation poursuit le Kabyles même en Europe et aux Amériques, curieusement les Kabyles restent pacifiques face aux agressions culturelles arabes “aux pays des droits de l’homme”
    autrefois, les chameaux arabes ne grimpaient pas aux montagnes, mais maintenant le pétrole arabe franchit même les océans et les airs, tu n’as pas où aller pauvre kabyle (les mahométans gonflés au pétrole/gaz sont partout) !

  19. citoyen-steppe
    September 19, 2016 at 18:16

    Nous la majorité des Algériens exceptés les débiles néo nazis du MAk mégalomanes-schizophrènes savons que notre diversité raciale est une richesse et que c’est à l’union que nous appelons et que les séparatistes racistes dont leur figure de proue le chanteur renégat sachent que leurs violences verbales et leurs écrits nauséabonds ne sont que les preuves de ceux qui ont tort . Assa-Azka l’Algérie démeurera unie dans sa diversité amazighe-arabe à majorité musulmane.Continuez d’aboyer jusqu’ à perdre vos cordes vocales ,personne ne prêtera attention à votre comportement d’enragés et d’éternels persécutants- persécutés tout en sachant que les Kabyles ont toujours été les gâtés des différents régimes algériens et la France vous dit “Fakou” j’ai le problème corse sur le dos et pour clore je vous conseille d’aller voir du coté de Oued-Aissi vous trouverez la solution qui vous conviendrait et merci pour avoir participé à raffermir les liens de fraternité entre Algériens en cette conjoncture difficile.

Leave a Reply

Your email address will not be published.