Arabe, arabophone, kabyle… les fondements philosophiques

DANS LE CADRE DE LA MEME POLEMIQUE, PROVOQUEE PAR BEN, AU SUJET DE NOTRE ARTICLE ET DE NOTRE VIDEO SUR LE MAUSOLEE DE KOCEILA, ABANDONNE A LUI-MEME DANS LE DESERT DE BISKRA,AU RYTHME DE L’EFFACEMENT DE NOTRE MEMOIRE.

Si tu lis Descartes, Mouloud Feraoun, Mohammed Arkoun, Al Djabiri, Ibn Arabi, Mouloud Mammeri, Mohammed Dib, Voltaire, Si Mohand Ou Mhand, Bourdieu, ou même Taha Hussein ou Adonis, etc., tu comprendras qu’un islam d’Indonésie n’a rien à voir avec celui du Maghreb, parce qu’il a subi d’autres sociologies, d’autres histoires, d’autres lectures, etc. De la même façon, si tu lis que l’histoire est faite par des hommes, avec leurs qualités et défauts, leurs grandeurs et laideurs, tu comprendras que les grabataires, les semi-combattants du déshonneur, qui gloussent encore le mythe d’avoir chassé des chars avec des frondes, nous ont inventé un pays à leur image, c’est à dire en forme d’immenses œillères et dénué de la moindre imagination. Si bien que l’on finit naturellement par aboutir à cette conclusion : l’Algérie est belle quand elle vierge. Le fou-sage de notre village, Al Ousfour, lui, le dit plus subtilement : l’Algérie ils l’ont détruite en la construisant!

      Tout est perspective, tout, vraiment tout. Les idées, toutes les grandes pensées ne viennent pas du ciel, ne naissent pas du néant. Tout puise dans le Je, dans l’autobiographie, dans les savoirs sus ou emmagasinés à l’insu, vécus et intériorisés. C’est tout cela que nous apprend Nietzsche, c’est tout cela sa révolution ontologique. Façon autre de dire que le Pascal qui disait que son âme était pervertie par le péché originel, ne l’était en vrai que par son christianisme. C’est-à-dire, s’il n’était pas chrétien, nous apprend Nietzsche, il ne se serait même pas posé la question…

Avons-nous entendu un père qui dise à son fils de suivre une autre religion que la sienne? Jamais. Pourquoi je raconte ceci? Suivez-moi!

Si j’étais né au Tibet par exemple, pour sûr que je ne serais pas l’homme que je suis aujourd’hui; ni de confession, ni d’idées ni de dieu sait quoi. Tout cela pour venir au sujet des savoirs intériorisés, des capitaux symboliques qui nous emplissent, qui définissent et prédéfinissent nos identités, nos innombrables ou uniformes identités, fussent-elles salvatrices ou meurtrières comme disait Amin Malouf.

 

Le Kabyle et l’arabophone religieusement :

Pourquoi, un autre exemple, en Algérie, il est plus facile – en général- pour un Kabyle de dé-jeuner en plein ramadan que pour un arabophone? Parce que chacun des deux a intériorisé une somme considérable de référents et de symboles qui peuvent parfois être différents, voire diamétralement opposés. Le premier pense à l’enfer ou au paradis, le deuxième ne pense ni à l’un ni à l’autre, et même s’il est croyant, il ne pense pas que dieu guette de son tisonnier près d’un inextinguible feu. Le premier a de la facilité à imaginer un dieu comme celui-là, le deuxième pense que dieu ne peut aucunement, loin s’en faut, être celui-là. Mais une question en découle cependant: qu’est-ce qui a fait que l’arabophone dans la majorité des cas pense attenter aux divinités quand il fume au milieu du ramadhan et que le kabyle non? Personne des deux ne le fait exprès pourtant. Eh bien, on peut aller du côté de la philosophie, de l’histoire et de la sociologie pour y répondre : le premier par exemple a intériorisé un dieu personnel, c’est-à-dire un dieu antinomique de nous : nous sommes faillibles, il est infaillible; nous sommes petits, il est grand; nous sommes ignorants, il est omniscient; nous sommes en bas, il est en haut; nous sommes de faibles créatures, il est l’omnipotent, nous sommes éphémères, il est eternel… Et puis, il pense, eu égard à une autre mytho-histoire, que parce que la langue du paradis est l’arabe, il doit faire plus attention. Bref, grâce entre autres au système fondamental, il a intériorisé tant de choses, comme le châtiment tombal, les serpents abracadabrants, Gog et Magog ( Hajouj wa Majouj)… Si bien qu’il n’arrive plus à distinguer s’il accomplit l’acte pieux par peur de dieu ou par amour pour lui. Parce que la question est aussi et surtout celle-là : si tous les pieux savaient que de toute manière, la finalité était le paradis, combien resterait-il de jeûneurs? Le panarabisme et l’islamisme procèdent de la même démarche. Du reste, ils se complètent : si l’on votait demain en Algérie et que nous ayons le choix entre un parti islamiste et un parti laïc, la majorité voterait islamiste. Pourquoi? Seraient-ils vraiment convaincus de vouloir un état à l’image de celui instauré par les talibans? Non, assurément. Il y a plutôt une autre mécanique intérieure : la peur de l’enfer y serait l’un des éléments essentiels ! Des siècles d’intériorisation mythique et mythologique. La preuve, chez les islamistes, pour convaincre leurs ouailles, les prêcheurs et téléprédicateurs n’hésitent pas à faire le lien entre le bulletin dans l’urne et la clé dans la serrure du portail du paradis! Souvenons-nous du fameux Allah Ouakbar au laser au dessus du stade du 5 juillet!

 

La langue arabe : de la langue de la rationalité à la langue des muphtis :

Inversement, qu’est-ce qui a fait que le Kabyle d’Ighzer Amokrane, qui a été surpris avec une cigarette en plein ramadhan et qui en a été parait-il

La statue d’Averroes à Cordoue ( قرطبة Qurṭuba)

emprisonné, pense que ce n’est pas du tout grave? La sociologie, l’histoire et la philosophie. Probablement que du côté où il habite, on peut généraliser sur toute la Kabylie, qu’il a plutôt lu Spinoza qu’Al Karadaoui, qu’il a lu Mammeri et Kateb Yacine pour s’enquérir de leur humanisme plutôt qu’Ibn Taymia ou Mohammed Al Ghazali qui pensait que seul un musulman, fût-il étranger à l’Algérie, pouvait être enterré ici et qu’un algérien qui ne soit pas musulman, fût-il Kateb Yacine, ne mérite aucunement d’être enterré dans son propre pays.  Probablement qu’il a lu Ibn Rochd et Arkoun au lieu de lire Al Bouti et El Chaaraoui… Et puis, un détail fort important sociologiquement. Dans quelle langue il a le plus lu? Le français, la plupart du temps. Est-ce parce que l’arabe est une langue arriérée. Non, et pour preuve, elle était l’outil d’une grande civilisation, elle était la langue un peu comme l’anglais aujourd’hui pendant plusieurs siècles dans l’espace méditerranéen. Pourquoi alors? Parce que c’est tout bonnement une langue qui a arrêté de réfléchir depuis le treizième siècle. Depuis la mort de l’immense penseur Ibn Rochd, elle était devenue cette langue qui ne produisait plus rien d’autres que des fatwas débiles. Finis les Ibn Arabi, les Avicennes, les Khayyâm, les Al-Fârâbî, finis les penseurs rationnels, les philosophes, les débats, les cercles de lecture et de la parole, finis la diversité des courants de pensée… Désormais, la langue, le symbole est aux mains des Karadaoui, des Omro Khaled et consorts. En avant toutes les fatwas sur l’allaitement de l’adulte ou sur l’importance de couvrir le machin du baudet! Le Mufti saoudien Abd Al-Aziz Ibn Baz a déclaré que tous ceux qui disent que la terre tourne en orbite autour du soleil sont des apostats. Voici la réponse du philosophe syrien connu Sadik Jalal Al-Azm : «Et oui, la terre ne tourne pas autour du soleil, c’est plutôt le soleil qui fait le tour de la terre. Il nous fait revenir à l’astronomie ancienne, à la période pré copernicienne. Bien sûr, dans ce livre Ibn Baz déclare que tous ceux qui disent que la terre est ronde et tourne en orbite autour du soleil sont des apostats. En tout état de cause, il est libre de penser ce qu’il veut. Mais la grande catastrophe c’est que pas un seul des religieux ou des institutions universitaires dans le monde musulman, de l’Orient à l’Occident, de Al-Azhar à Al-Zaytouna, de Al-Qaradhawi à Al-Tourabi au cheikh Ahmad Kaftaro, et des départements d’étude de la charia – pas un seul n’a osé dire à Ibn Baz à quel non-sens il s’accroche au nom de la religion islamique. Le fait que vous me dites que c’est un sujet sensible – cela signifie que je ne peux pas répondre aux paroles d’Ibn Baz quand il dit que la Terre est plate et ne tourne pas autour du soleil, mais se lève et se fixe selon l’antique manière. C’est une catastrophe. La plus grande catastrophe est que nous ne pouvons même pas répondre. Les fonctionnaires des institutions religieuses, d’abord et avant tout Al-Azhar, les facultés de la charia, les départements de décrets religieux, et ainsi de suite sont dans un état de complète stérilité intellectuelle. Ils ne produisent rien sauf des décisions comme celle de l’allaitement maternel des adultes, le hadith de la mouche, la bénédiction avec l’urine de Mahomet, et la flagellation des journalistes. Le domaine a été abandonné à l’idéologie fondamentaliste des djihadistes, car c’est la seule qui soulève des pensées dignes d’être examinées et rejetées. C’est à cause de la stérilité des grandes institutions officielles qui sont considérées comme exemplaires.»[1]

Jeûner ou dé-jeûner pour ainsi dire est une question personnelle. Seulement quoi? Pour que nous puissions nous nous supporter, nous nous accepter, il faut que tout redevienne sujet à discussions, â débats… Un ami m’a dit : même le hadith, même le coran? Oui, j’ai dit. Il ya des hadiths comme des versets qui n’ont aucune raison aujourd’hui d’exister. Un exemple : couper une main, lapider, flageller, l’arabe est la langue du paradis, enseigner les califes comme de l’histoire et non pas comme de la mytho-histoire. Comment? C’est contradictoire! me dit-il. Ce qui serait contradictoire avec la foi, serait que l’on soumette cette histoire, ce qui est le propre de l’histoire, à de l’étude scientifique… La croyance et du domaine de la foi, l’histoire, elle, est du domaine de la science.

 

La cause palestinienne et la question kabyle dans les imaginaires :

À vrai dire, tout ce que je raconte ici est pour aboutir à cette question : les turcs ont un gouvernement islamiste à leur tête; Erdogan est considéré par les arabes un peu comme le calife de l’époque. Tant et si bien que beaucoup d’islamistes de par le monde trouvent enfin la possibilité d’un mariage entre la charia et la laïcité, et ce, bien qu’ils se trompent de fond en comble. Parce que pour moi, si Erdogan continuait encore à saper la laïcité turque, bientôt, ce pays ne serait plus que cette légende mnémonique que l’on se rappellerait avec des larmes et des regrets.  Eh bien, l’une de relations économiques les plus fécondes de par le monde entre deux pays que l’on peut citer, il y a à juste titre celle de la Turquie avec Israël. A-t-on jamais entendu un algérien dire qu’il faut boycotter la Turquie pour ses relations avec Israël? A-t-on jamais entendu que l’on ait dénoncé la poignée de main célèbre de Boutef? Mais, objectera-ton, où en est la relation? Ferhat complote avec l’ennemi…

Mammeri: l’intellectuel au centre de la question sociale

J’ai toujours considéré que la cause palestinienne est juste, celle défendue par les progressistes bien entendu, mais, je me suis posé cette question simple et précise : est-ce que pour moi, en tant que Kabyle algérien, c’est Tel Aviv qui m’a fait plus de mal ou bien Alger? Malheureusement, dans la mémoire collective kabyle, poser la question, c’est y répondre. Car, 126, chiffre de sinistre mémoire d’un génocide; le génocide d’autant plus tragique, plus innommable, plus lâche qu’il n’est même pas considéré comme un génocide. 126 jeunes kabyles morts pour tout simplement avoir revendiqué le droit de téter dans les seins de leur maman et non pas dans ceux de la marâtre; 126 morts, une hécatombe, et pourquoi? Pas pour un complot avec l’ennemi, pas pour vendre leur patrie, tant s’en faut, suffit de lire les statistiques de la guerre de libération pour se convaincre du contraire. 126 est un chiffre que récitent même nos mioches.  Le chiffre du génocide tu, l’apocalypse à quoi s’est rajoutée l’omerta intellectuelle : hormis une infime minorité, tout le monde trouvait normal que l’on nous massacrât. Personne n’a levé le doigt… Et vous êtes outrés que Ferhat aille en Israël. Je me souviens encore d’un collègue de travail qui m’a dit :

– Mais qu’est-ce vous arrive, pourquoi vous cassez les lampadaires?

Ferhat y est allé pour attirer votre attention, pour vous dire que c’est grave ce qui arrive aux kabyles… vous êtes outrés qu’il aille là-bas, alors que vous ne réagissez même pas pour le génocide physique de 126 personnes, et culturel de 50 ans.

 

L’ENTV ou la programmation du reniement de soi :

Voulez-vous que je vous dise la question qui doive étonner? C’est celle-là : comment se fait-il que toute manifestation en Algérie soit interdite sauf celles pour soutenir la Palestine? N’aurait-il pas été plus commode que l’on ait le droit de revendiquer tout ce qui nous sied de démocratique en sus, bien tendu, de la cause palestinienne?

Complot suprême, a dit l’ENTV. Ça veut dire quoi au juste? Que la vérité et le bon sens sont toujours le contraire de l’ENTV. L’ENTV ne nous dit-elle pas chaque soir que le pays est la petite maison dans la Prairie? Que nos ministres sont des génies, que Boutef est un messie, que la crise économique a sauté le pays… Vous voulez la vérité? C’est simple, tout le contraire de ce que disent les scieurs de bois de la muette panarabiste inique et unique.

Un autre exemple. Le 14 juin 2001. Les Kabyles ont marché en direction d’Alger. C’était une marche historique. Qu’est-ce que l’ENTV a raconté? Les voyous saccagent le pays. Était-ce vrai. Poser la question encore, c’est y répondre. Les voyous c’est ceux-là qui nous violent, nous volent, détournent, mentent, fraudent, corrompent chaque jour. Le contraire de ce qu’a dit L’ENTV quoi!

C’est-à-dire quoi! Que le système algérien a programmé bien des cerveaux. Tant et si bien qu’ils sont estomaquées qu’un bonhomme algérien aille en Israel et qu’ils sont entièrement indifférents que les terroristes islamistes  génocidaires d’hier soient gratifiés de villas et de salaires, qu’un homme, à lui seul, fasse du pays le cimetière de toute belle idée et qu’il ait voté une constitution qui stipule la fierté du peuple à voir un despote à vie lui intimant l’ordre de respirer ou de mourir, qu’un nom dans une liste électorale pour l’inévitable fraude soit monnayé à coup de milliards…

Boualem Sansal aussi est allé en Israël. Une question : quel est l’homme qui fait le plus de bien à l’Algérie dans le monde? Un écrivain qui revendique la possibilité algérienne de Abane, la possibilité d’un pays féru de valeurs  et de vertus universelles, capable d’aller vers l’autre et de le recevoir aussi cordialement ou un homme, un tyran, un président pour lequel si on t’en posait la question tu hésiterais plusieurs minutes avant de dire que c’est lui, tant tout le monde sait que le pétrole algérien est vendu aux américains en contre partie du droit total de disposer pleinement comme d’un troupeau de brebis de son peuple?

C’est une question de perspective, je disais. Je ne partage pas entièrement les idées de Ferhat, mais je le considère comme un grand homme militant pour la Kabylie et par voie de conséquence pour une Algérie démocratique et plurielle. Ah! Il veut diviser l’Algérie!

 

Sommes-nous plus démocratiques que les pays démocratiques pour qui la question de l’autonomie ne se pose même plus?

Tiens! L’Algérie est-elle plus riche, plus démocratique, plus humaine et humaniste, plus égalitaire, plus juste que le Canada, les USA, la Suisse, l’Allemagne, l’Australie, l’Autriche, la Belgique, le Brésil, le Mexique… Tous des états fédéraux, des pays où la question de l’autonomie n’est même pas un sujet de discussion. De la même façon que le programme scolaire de l’Alberta, province anglophone de l’ouest du Canada, ne peut être imposé au Québec, province francophone du Canada,  de la même façon exactement et naturellement les kabyles ont le droit de revendiquer une éducation qui ne soit pas la même que celle de Biskra ou d’Annaba.

Pourquoi, moi, en tant que Kabyle, je dois connaître l’histoire de l’Arabie Saoudite et du Bahreïn et que l’on m’interdise le droit de connaître mes ancêtres? Poser la question c’est encore y répondre.

Qu’El Chourouk ou Al Khabar crient à l’outrage irrémissible ou que toutes les Quasmas nationales rédigent une charte nationale ( Mythaq Watani), je sais que la question est Nietzschéenne, autobiographique, une question de schèmes sociohistoriques et culturels intériorisés, prêchés par un système éducatif archaïque est suranné, tonné par le panarabisme, une idéologie funeste et schizophrène qui considère que nous sommes asiatiques alors que nous habitons en Afrique, que nous avons mille quatre cents ans d’histoire alors que nous en avons 5000, déblatéré par un régime aux abois qui pense que les algériens sont incapables d’abriter dans leurs cerveaux deux neurones.

La perspective philosophique est celle-là : tu lis à l’école Al-Bouhtouri, tu finis par te considérer arabe; tu apprends Ibn Badis, tu finis par renier ton histoire et considérer le génocide avec deux poids deux mesures : la maman palestinienne si elle pleure la mort horrible de la prunelle de ses yeux c’est grave, ma maman  qui pleure ma mort ce n’est pas grave! Tu lis un manuel scolaire qui te dit que c’est une honte de te considérer arrière enfant de la Kahina parce qu’elle a combattu les arabes et les musulmans, eh bien, c’est simple, tu finis par penser que quelle que soit la légitimité de la revendication kabyle, parce que tu as eu déjà ton cerveau curé, vaut mieux le paradis que l’enfer, parce qu’on t’a expliqué que lutter pour la langue arabe, c’est être musulman en mieux, c’est quintupler ses Hassanates, c’est être le peuple le plus proche du trône céleste.

 

La sociologie de la lecture : entre lire Al Bouhtouri ou Si Mohand Ou Mhand.

A l’inverse, pour revenir encore à la perspective, si tu lis Descartes, Mouloud Feraoun, Mohammed Arkoun, Al Djabiri, Ibn Arabi, Mouloud Mammeri, Mohammed Dib, Voltaire, Si Mohand Ou Mhand, Bourdieu, ou même Taha Hussein ou Adonis, etc., tu comprendras qu’un islam d’Indonésie n’a rien à voir avec celui du Maghreb, parce qu’il a subi d’autres sociologies, d’autres histoires, d’autres lectures, etc. De la même façon, si tu lis que l’histoire est faite par des hommes, avec leurs qualités et défauts, leurs grandeurs et laideurs, tu comprendras que les grabataires, les semi-combattants du déshonneur, qui gloussent encore le mythe d’avoir chassé des chars avec des frondes, nous ont inventé un pays à leur image, c’est à dire en forme d’immenses œillères et dénué de la moindre imagination. Si bien que l’on finit naturellement par aboutir à cette conclusion : l’Algérie est belle quand elle est vierge. Le fou-sage de notre village, lui, Al Ousfour le dit plus subtilement : l’Algérie ils l’ont détruite en la construisant! Un ancien semi-combattant, –je dis semi-combattant, parce que les vrais tout le monde les connaît et n’auraient jamais accepté que l’on fasse cela au pays payé très cher- qui t’imagine une patrie? Ou le pays est une prison ou alors, s’il est plus imaginé, une prison sans barreaux, c’est-à-dire pire qu’une prison, puisque la prison est d’autant plus profonde et plus horrifiante qu’elle est en toi, dans ta tête, dans ton cœur; tu l’as traines partout, tu prêches la prison en croyant que c’est cela la liberté. Mais, la finalité, est toujours la même : chaque citoyen est par définition coupable, son oxygène est rationné, son savoir suinte en compte-gouttes, sa pluralité ou sa différence incommode les divinités. Un pays où la faute est toujours aux autres; un pays qui ne rêve pas, n’imagine rien, détruit le beau, dévaste l’horizon, un pays rêvé comme un tube digestif… Circulez! Y arien à voir, ici s’entassent toutes les merveilles des Souk El fellah! Pouvait-on lire à une certaine époque, dans une certaine cité universitaire, sur la porte d’un WC.

Vous me diriez, ce faisant, je suis aussi programmé historiquement et culturellement pour dire cela. Je vous dirais oui, et c’est tant mieux. Car, moi au moins, moi et ceux qui pensent comme moi en tout cas, le pays auquel je rêve, auquel nous rêvons, contiendra tout le monde; le nord et le sud, le croyant et l’incroyant, le berbère, l’arabe et l’arabophone, le musulman, le chrétien, le juif et le bouddhiste, l’hétérosexuel  et l’homosexuel, le noir et le blanc…

Si Mohand OU Mhand: le grand poète kabyle

Je suis convaincu qu’une belle Algérie passe par un système éducatif qui expliquera aux gens, pour arrêter de s’entretuer et s’abstenir de débiter des âneries que la philosophie aide à comprendre les mécanismes qui font que l’on croit ou ne croit pas, que la différence est inhérente à l’homme, à la nature; que l’histoire, la vraie, c’est-à-dire celle que l’on peut juger, vilipender ou critiquer, aide à définir comment une société évolue dans l’histoire, comment elle interagit avec son espace lieu et temps; comment par exemple l’islam de l’Arabie saoudite a produit le Salafisme et comment celui du nord africain a produit, lui, le soufisme; quand on explique aux enfants qu’un désert ne peut produire la même culture qu’une terre fertile, que l’Égypte ne peut être l’Algérie, comment un imaginaire tangue davantage pour la chanson de Vava Inouva ou Chikha Rimiti que pour la chanson d’Oum Kaltoum  ou de Fayrouz… C’est seulement là que nous pouvons aspirer à un état qui peut contenir tous ses enfants… Mettez-lui une cassette d’Ait-Menguellet! disait le professeur au père d’un enfant, le même Boussebsi, assassiné par ceux-là qui ont été formatés dans l’idée qu’Ibn Badis était né l’année des géants (Âam Al Ôudhama!)…

Vous me diriez, mais où en est la relation? Quand on t’explique toute ta vie que le complot judéo-chrétien commence par l’acculturation, quand on t’explique que des amulettes ou des Roukias guérissent mieux que la médecine, quand on t’explique que la planète toute entière te déteste, quand l’imam fanatique  te dit que tous ceux qui ne sont pas musulmans finiront en enfer, que toutes leurs croyances sont idolâtres, eh bien, un zeste de discours de Abdelhamid Kechk, un peu de Zendani, un morceau de cerveau en moins, et tu finis par penser que Boussebsi ne mérite pas de vivre!

Ce qui me choque moi, est comment peut-on continuer à croire des gens qui ont conçu un état à l’image de l’apocalypse dans une terre aussi belle, comment est-on arrivé à croire que nous étions plus arabes que les arabes de souche? Comment peut-on faire tout ce tintamarre pour la visite de Ferhat et que l’on taise le génocide quotidien commis par quelques algériens contre tous les algériens?

 

Pourquoi beaucoup d’arabophones considèrent que Mouloud Kacem n’Ait Belkacem est le plus grand intellectuel algérien?    

Un autre exemple. La plupart des arabophones algériens universitaires avec qui j’ai discuté pensent que Mouloud Kacem n’Ait Belkacem est le plus grand intellectuel algérien. Pourquo, il est indéfendable, car, n’ayant rien produit hormis des discours chargé émotionnellement qui glorifient l’arabité, ils ne peuvent me dire parce qu’il est Kabyle. Kabyle et en plus défenseur intrépide du panarabisme. J’insiste toujours, qu’a-t-il produit qui mérite que vous le hissiez ainsi à la voute céleste de l’intellect? Rien toujours.

Pourquoi je raconte cette histoire? Pour vous dire le syndrome de l’école fondamentale et islamiste maintenant. Mouloud Kacem N’Ait Belkacem est un grand intellectuel nous disait l’enseignant Chaoui. Point. Parce qu’il l’a dit. Soit! Et l’enseignant a failli être un prophète! Voyez-vous un autre adage qui noyaute les cerveaux pour en expurger les neurones aptes à produire du sens et de la pensée. C’était comme cela qu’il était des tribus où les seigneurs, les marabouts, avaient jusqu’au droit seigneurial du cuissage (dormir avec la nouvelle mariée avant le mari!).

Et toi, me disent mes amis, lequel? Je réponds : pas en tout cas un bonhomme qui a produit de sa vie deux livres Révolution Algérienne et décolonisation ou Personnalité algérienne et son autorité dans le monde avant 1830. Pas en tout cas quelqu’un qui a nié L’Algérie et qui a stipulé contre toute intelligence que l’Algérie est une wilaya saoudienne. Mais qui? Je réponds : si je dis Mohamed Arkoun, il me suffit de citer une discipline scientifique qu’il a imposé au monde entier : L’islamologie Appliquée en sus de son travail colossal sur l’anthroplogie et l’histoire de l’islam; si je dis Kateb Yacine, il me suffit de vous dire que Nedjma est considéré comme l’un des plus grands romans modernes; si je vous dis Mouloud Mammeri, je vous dirai qu’au-delà du romancier et du militant berbériste, il était d’abord un écrivain universel et un anthropologue qui a eu le mérite d’exhumer une civilisation qui a failli disparaître sous les décombres du panarabisme et de l’amnésie; si je vous dis Slimane Ben Aissa, je vous dirai que son théâtre est joué mondialement, qu’il représente une Algérie plurielle et démocrate dans des planches de renom; si je vous dis Mostapha Lacheraf, je vous dirai qu’il a accompagné l’histoire moderne de l’Algérie; je pouvais en citer encore des dizaines, y compris des arabophones… Mais, je sais que Mouloud Kacem n’Ait Belkacem n’est ni plus ni moins qu’un mythe sablonneux, usiné par une idéologie qui s’appelle le Baathisme et l’islamisme!

 

Seul un état démocratique et laïc peut tous et toutes nous contenir.

Le tout est donc perspective. Tout dépend du piédestal duquel nous regardons. Tu restes au fin fond d’un hameau perdu à la marge du temps et des routes, blotti derrière un troupeau à chasser les mouches qui virevoltent et forent autour d’un nez liquoreux, ta seule perspective est ton morceau de galette pour casser la croute que tu accompagnes d’une bouteille de Javel pleine de petit lait, l’ENTV, avec son armada d’aras laids, t’a toujours dit que l’Algérie, sans que tu sois allé plus loin que le hameau d’à côté, est le plus beau pays du monde, sa révolution la plus accomplie, Boumedienne, Ben Bella et Boutef dieu t’en as béni, que ton agriculture rivalise avec les luxuriances et fragrances du paradis, que ton équipe nationale est capable de remporter la coupe du monde, que les oiseaux atteints de la maladie H1N1 ne traversent pas, tant s’en faut, ton pays, que le logement à la télé, offert pour une famille aux mioches innombrables avec à leur tête deux grabataires qui crânent qu’après Boutef c’est le déluge, que le pays n’a jamais fraudé, que des gens se convertissent à l’islam par millions, que les kabyles venus le 14 juin 2001 à Alger veulent chasser tous les algériens de l’Algérie, eh bien, tu viendras nous dire que nous voulons détruire le pays, que nous le détestons et que nous ne connaissons rien et que Ferhat, le fils d’un martyr, est un traitre…

Taddart: un village de haute Kabylie

À l’inverse, si tu penses qu’il aurait fallu d’un petit hasard pour que tu sois un Kabyle et que tu raisonnes comme raisonne un Kabyle progressiste, si tu penses que ce que raconte l’ENTV mérite d’être comparé avec ce que disent les autres sans que tu les désignes d’ourdisseurs de complots ou d’échafaudeurs de l’effacement, que de la même façon que d’aucuns disent leur langue être celle du paradis, d’autres pensent la leur celle des dieux, que si tu penses que ta religion est la seule qui soit juste et vraie, d’autres pensent la leur au même titre, c’est à dire la seule qui soi juste et vraie, que si tu crois en dieu c’est parce que toutes les conditions étaient réunies pour que tu y crois, comme que si tu n’y crois pas c’est parce que les conditions contraires étaient réunies; que si tu penses que tu aimes l’Algérie parce que tu la penses arabe et musulmane, d’autres l’aiment parce qu’ils la pensent mieux algérienne et laïque pour contenir tous ses enfants sans aucune ségrégation linguistique, culturelle, religieuse ou même sexuelle.

 

 

PS. Le débat est sain. J’ai aimé l’échange hautement intellectuel, j’ai aimé aussi la réponse de notre ami Ben. Mon humble participation est pour essayer de voir le sujet d’un certain angle, le capital symbolique en nous en l’occurrence, dont la religion, la langue, la géographie, bref, tous des détails qui forgent en nous une façon ou une autre de voir, de regarder le monde qui nous environne. Par ailleurs, mon utilisation pour des mots comme Arabe, des pronoms personnels comme Tu, etc., ne sont pas pour désigner quelque personne, encore moins pour blesser ou pour enchérir sur les hostilités, tant s’en faut. J’estime que nous avons été un grand peuple, nous ne le sommes plus hélas, nous pouvons cependant reconquérir notre liberté et vivre notre pays dans la grandeur, dans la réciprocité, dans le partage et enrichissement mutuel.  Mais, pour y parvenir, je suis convaincu que seule une école citoyenne, tout le contraire de la nôtre, peut éduquer les cœurs et nous élèver vers l’espace citoyen du beau vivre ensemble.  

Cordialement…

 

 

H. Lounes

3 comments for “Arabe, arabophone, kabyle… les fondements philosophiques

  1. Jugurtha
    June 11, 2012 at 18:04

    Vous n’avez cité aucun pilier de la philosophie ni Aristote, ni Platon, ni Kant, ni Hegel…
    Voltaire le libertin je veux bien m’enfin c’est léger. Quand aux khorotos no comment.

  2. MAZIGH
    June 13, 2012 at 12:37

    En voilà une bonne nouvelle..

    Le barreau de New York désavoue le plan d’autonomie marocain
    Par La Rédaction 12/06/2012 |

    L’Ordre des avocats de New York a confirmé l’illégalité de tout plan excluant l’option d’indépendance dans l’exercice du droit à l’autodétermination des Sahraouis et a soutenu que la limitation du choix au plan marocain d’autonomie seul «n’est pas conforme au droit international».
    Ce sont les conclusions auxquelles a abouti l’Ordre des avocats de New York dans une étude publiée lundi et intitulée « les questions juridiques liées au conflit du Sahara occidental ».
    Dans son rapport de 107 pages dont une copie a été transmise à l’APS, le barreau de New York retrace minutieusement la genèse du dossier du Sahara occidental depuis sa colonisation successivement par l’Espagne et le Maroc, le processus engagé par l’ONU pour le traitement du conflit entre le Front Polisario et le Maroc, et l’aspect juridique de la question sahraouie en vertu des principes du droit international qui constitue la plus grande partie consacrée par cette étude.

    A ce propos, l’Ordre new-yorkais des avocats précise avoir mené cette étude » afin de donner aux décideurs politiques américains quelques conseils sur cette question lors de l’élaboration de leur politique à l’égard de ce différend » entre le Front Polisario et le Maroc.
    Après avoir passé à la loupe les conditions juridiques permettant la revendication du droit à l’autodétermination, les options valables aux territoires non autonomes en général et l’application de ces principes sur le cas du Sahara occidental, le barreau de New York conclut qu’en vertu du droit international, «le droit à l’autodétermination exige que les Sahraouis aient la possibilité de déterminer librement leur statut politique et que cette détermination doit inclure l’option de l’indépendance».
    Un travail au profit du Département d’Etat
    Les moyens par lesquels le peuple sahraoui doit être autorisé à exercer ce droit à l’autodétermination «doivent veiller à ce que la libre volonté de la population du Sahara occidental soit respectée et ne peuvent entraîner la restriction d’options à celle qui peut être favorable aux objectifs du Maroc», préconise-t-il.

    En conséquence, ajoute le barreau new-yorkais, «l’exercice de l’autodétermination, quelle que soit la forme qu’elle peut prendre, doit inclure, entre autres, l’option que le statut définitif du Sahara occidental sera l’indépendance». Il rappelle également que la Cour internationale de Justice a déjà statué que «le Maroc n’a aucune souveraineté territoriale sur le Sahara occidental».

    «Ainsi, tout plan qui élimine l’option d’indépendance pour l’exercice de l’autodétermination des Sahraouis est illégale au regard du droit international», insiste cette organisation new-yorkaise des avocats. En conséquence, insistent-ils, «Nous mettons en garde la communauté internationale pour qu’elle s’abstienne d’imposer au peuple sahraoui, sans son consentement, un plan excluant l’option de l’indépendance».
    Par ailleurs, l’étude observe que si certains différends internationaux avaient été, certes, résolus sans l’option de l’indépendance, de telles situations ont eu lieu en dehors du contexte colonial. Or, note-t-elle, «il est incontestable que le Sahara occidental s’inscrit parfaitement dans un contexte colonial classique et selon les exigences spécifiques de la résolution 1514 qui prévoit l’option de l’indépendance».

    Le plan d’autonomie non conforme au droit international

    En conséquence, poursuit-elle, « l’Ordre des avocats de New York conclut que la limitation du choix du peuple du Sahara occidental au plan marocain d’autonomie ne se conforme pas au droit international».

    A la lumière de tous ces principes, cette organisation préconise plusieurs démarches qu’elle décrit comme «compatibles avec le droit à l’autodétermination des Sahraouis en vertu du droit international».
    Elle propose notamment l’exécution du Plan de règlement ONU-UA selon lequel «le référendum doit être mené par la MINURSO en conformité avec les dispositions du Plan de règlement convenu par les parties en conflit, avec une liste des électeurs établie par la MINURSO, sous la supervision du Conseil de sécurité et de l’UA».

    L’autre solution suggérée par les avocats new-yorkais est de «mener des négociations avec des conditions préalables qui exigent toutes les options pour l’autodétermination dont celle de l’indépendance, avec un calendrier pour ces négociations, après quoi, si aucun accord n’est atteint, un référendum sera organisé avec toutes les options disponibles».
    Selon les avocats new-yorkais, « il y a une incohérence entre le principe d’autodétermination, confirmé à plusieurs reprises par les résolutions de l’Assemblée générale de l’ONU sur la question d’inclure l’option de l’indépendance, et les actions du Conseil de sécurité, en se bornant à demander aux deux parties au conflit de poursuivre les discussions pour une solution politique sans conditions préalables».
    Incohérence du conseil de sécurité
    En conséquence, expliquent-ils, «étant donné les positions inconciliables des parties sur la souveraineté sur le territoire, cette approche (de l’ONU) permet à chaque partie de maintenir sa position, mais passe sous silence le fait que la position du Front Polisario est compatible avec la jurisprudence, alors que celle du Maroc est incompatible avec les précédents juridiques».
    Rappelant le cas de l’Accord de paix global entre le Soudan et le Sud-Soudan qui, après six années de négociations pour un règlement politique du conflit, la population du Sud-Soudan a obtenu le droit à un référendum dans lequel l’indépendance était une option, ils avancent qu’«une approche similaire au conflit du Sahara occidental serait compatible avec les principes du droit international».
    Sans de telles actions, « le différend va se poursuivre et le statu quo sera maintenu au profit du Maroc qui contrôle la majorité du territoire sahraoui», observe l’Ordre des avocats de New York qui affirme que « les membres du Conseil de sécurité et de l’Assemblée générale de l’ONU ainsi que la communauté internationale ont l’obligation de faire respecter les principes du droit international et de faciliter la résolution du différend sur le Sahara occidental d’une manière conforme à ces principes.

  3. HAFID
    June 19, 2012 at 00:00

    Le grand Maroc est-il un Mythe ? Qu’en disent les historiens ?

    1.CARTE DE L’AFRIQUE en 1899
    http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/5/5d/Muhammadan_Africa-1899.jpg

    2.CARTE DU MAROC entre 1553 et 1912 (Université Internationale de PRINCETON USA)
    https://qed.princeton.edu/getfile.php?f=Trade_and_empire_in_Africa,_1500-1800.jpg

    3.Pourquoi les Marocains considèrent que le Maroc a toujours partie intégrante de leur histoire ?

    http://www.yabiladi.com/forum/sahara-maroc-relation-seculaire-2-5011242.html

    4.Pourquoi les colonisateurs espagnols ont créé la notion de Peule Sahraoui ? Analyse de l’Historien Espagnol Barnabé LOPEZ GARCIA.

    http://real-polisario.blogspot.fr/2010/02/le-polisario-refuse-le-recensement-dans.html

    5. Polisario créé par le FLN selon les Services Secrets Espagnols et un ancien officier algérien

    http://www.fmes-france.org/documentation/conflits-et-crises/835-des-documents-confidentiels-des-services-secrets-espagnols-revelent-comment-le-polisario-avait-ete-cree-par-larmee-algerienne

    http://www.youtube.com/watch?v=no3Pwv068uc

    6.Polisariens et Sahraouis Pro Maroc et les suites du rejet de Ross

    http://archives-lepost.huffingtonpost.fr/article/2010/05/29/2092323_le-pere-du-president-du-front-polisario-hospitalise-a-rabat.html

    http://www.jeuneafrique.com/Articles/Dossier/ARTJAJA2577p022-030.xml4/front-polisario-ralliement-rasd-sahara-occidentalque-sont-ils-devenus.html

    http://www.jeuneafrique.com/Articles/Dossier/ARTJAJA2577p022-030.xml1/algerie-maroc-ambassadeur-mohammed-vila-longue-marche-d-ahmedou-ould-souilem.html

    http://www.hrw.org/fr/news/2010/09/23/sahara-occidental-le-polisario-arr-t-lun-des-rares-dissidents

    http://www.polisario-confidentiel.com/news/1/211-ross-le-polisario-divise-sur-les-consequences-de-la-decision-marocaine-.html

    7.HISTOIRE de L’ALGÉRIE, du Marocain l’Emir Abdel Kader :

    http://www.larousse.fr/encyclopedie/divers/Alg%C3%A9rie/185573

    8.Histoire du Sahara par l’Historien Bernard LUGAN
    http://www.youtube.com/watch?v=fAaXUi7gLY4&feature=related

    9.Carte et Histoire de l’Algérie après 1830 Vidéo Youtube, copie de l’Emisson TV5 ” les dessous des cartes ”
    http://www.youtube.com/watch?v=BIydY03EhIU

    10.La douloureuse colonisation Turque de 300 ans en Algérie.

    http://www.slateafrique.com/81641/turcs-francais-algerie-colonisation-histoire

    11.Les Turcs considéraient les Algériens et leur métis comme des êtres inférieurs.
    http://www.lesoirdalgerie.com/articles/2012/01/04/article.php?sid=128186&…

    12.Les Mensonges du FLN sur l’Histoire et la Prédation de l’Etat FLN

    http://www.alterinfo.net/Un-ex-Senateur-Algerien-met-en-cause-une-partie-de-l-historique-de-l-Algerie_a69099.html

    http://www.youtube.com/watch?v=GcAm7YWZcBo

    http://www.afrik.com/article20722.html

    13. BEN BELLA remis en cause en Algérie.

    http://algerienetwork.com/info/index.php?option=com_k2&view=item&id=1835:alg%C3%A9rie-lhistorique-ben-bella-callomni%C3%A9&Itemid=646

    14. L’Algérie vue par le sociologue Emmanuel TODD
    http://www.youtube.com/watch?v=ycmpRxt11I4

Leave a Reply

Your email address will not be published.