L’islam politique est-il postmoderniste ?(IV)

Écrit par Kaidi Ali, docteur et professeur en philosophie (quatrieme partie)

…cet acte d’ultime barbarie, non seulement il ne fut  pas dénoncé pas les islamistes modérés, mais l’un de leurs  plus grands représentants, le savant Mohammed Al-Ghazali, a trouvé utile de le justifier publiquement  par la charia.

Des penseurs arabo-musulmans ont  été menacés et accusés d’apostasie  pour des opinions moins critiques à l’idéologie dominante et à la religion  que celles  des postmodernistes envers tout genre de totalitarisme y compris celui des religions. Le professeur de philosophie Hassan Hanafi a subi des menaces de la part  des islamistes pour  avoir  osé comparer dans une conférence  le Coran  à  un supermarché afin d’expliquer  le  problème des contradictions  de certains versets coraniques. Ainsi à cause d’une simple métaphore  le ciel lui tomba  sur la tête, car sa réflexion est passible de mort, heureusement pour lui et malheureusement pour la liberté d’expression, il était  accusé par des intellectuels islamistes  d’être un marxiste athée, et pourtant il est l’un des sympathisants de l’islam politique, le malheureux  a eu la chance que  ses propos soient jugés  proches de l’apostasie et non pas d’apostasie.

                   Mais, ce n’était pas le cas de Farage Foda qui fut accusé par Al Azhar d’apostasie pour avoir osé  critiquer ouvertement les islamistes et revendiquer la laïcité, une accusation qui ne tomba pas dans l’oreille d’un sourd : des adeptes de l’islamisme radical aveuglés par leur idéologie nihiliste, ont mis en exécution cette sentence, ainsi  il fut  assassiné le 8 juin 1992 par des jeunes analphabètes qui appartiennent à la gamaa islamiya. Ce qu’est encore plus grave, c’est que cet acte d’ultime barbarie, non seulement il ne fut  pas dénoncé pas les islamistes modérés, mais l’un de leurs  plus grands représentants, le savant Mohammed Al-Ghazali, a trouvé utile de le justifier publiquement  par la charia. Ce qui est révélateur du double langage des modérés,  c’est que paradoxalement, ce  même savant «modéré»  a été appelé par  les autorités algériennes, justement  pour sa« modération», afin de freiner la montée de l’islamisme radical des années quatre-vingt, qui ressemble à celui qu’était derrière l’assassinat de  Farage Foda . Cet affreux événement nous pousse à poser cette question : Où est la différence entre l’idéologie qui a condamné et  exécuté Farage Foda et l’idéologie des modérés tel que celle de  El  Ghazali et de  El Karadaoui ?

                        Complicité entre modérés et extrémistes

L’egyptien,Dr Nasr Abu Zeid

On peut répondre à cette question en reprenant les propos de Gille  Kepel au sujet des relais de la mouvance islamiste qui intervenaient dans des affaires de violence et d’intolérance commises par ces derniers  pour les justifier, selon lui  « elles témoignaient également d’une complémentarité entre «modérés» et «extrémistes», les seconds exécutant les victimes qu’avaient désignées les premiers»(6). Donc, souvent les modérés épousent la même idéologie que les fanatiques, ils différent d’eux en réalité que sur des sujets qui ne sont pas fondamentaux.

Cette complicité entre les modérés et les extrémistes contre la liberté d’expression s’est manifestée aussi dans l’affaire Nasr Abou Zeid: Cet universitaire  égyptien laïque a été accusé par les intégristes musulmans d’apostasie pour ses écrits , et par conséquent on le condamna de se séparer de sa femme musulmane. Menacé de mort suite à cet insensé  procès, il était contraint  de quitter son pays pour s’installer en Europe

 Pire encore, au Soudan , en 1985, avant l’arrivée des islamistes au pouvoir,  un tribunal  qui applique la charia  déclara Mahmud Taha- le penseur soudanais,  et  le militant pour un islam moderne, connu pour ses positions contre l’islamisme- coupable d’apostasie et le   condamna à mort par  pendaison dans une indifférence qui témoigne de la  complicité passive et suspecte  des musulmans modérés du monde entier.

       La haine intégriste assassine même les morts.

 L’Algérie a connu, dans les années quatre-vingt-dix, une décennie noire d’obscurantisme islamiste qui a réussi à armer une partie de la population contre une autre au nom d’Allah. Beaucoup d’intellectuels, journalistes et artistes  ont payé par leur sang  parce qu’ils ont osé critiquer ouvertement  l’islam politique que le FIS représentait, ou juste parce qu’ils représentaient  la liberté de penser et d’expression, un droit auquel les islamistes ne croient pas, mais  ils sont conscients de ses conséquences négatives sur leur utopie totalitaire.

Ils ont tué   les deux  journalistes écrivains Tahar Djaout , Bakheti Benaouda, le sociologue Djilali Yebes, les deux grands  dramaturges Abdelkader Alloula et Azzedine Medjoubi, juste parce qu’ à leurs yeux ces hommes sont  des communistes donc ils sont passibles de mort selon leur interprétation de la charia. Bien d’autres hommes et femmes de culture connus ou moins connus, la liste  est longue, furent assassinés sauvagement  par des algériens musulmans aveuglés par l’idéologie islamiste.

La  haine ou la peur ou les deux ensembles, ressentis à l’égard des intellectuels qui s’opposèrent publiquement à l’islam politique ont poussé  ses militants armés à agir avec une  violence inouïe  et une absurdité inimaginable. L’histoire de l’écrivain Rachid Mimouni qui a écrit un essai dans lequel il a critiqué l’islamisme intitulé De la Barbarie en général et de l’intégrisme en particulier, illustre bien  cette état d’esprit qui habite les islamistes. Cet écrivain avait la chance de quitter son pays pour se soustraire à  la menace de mort lancée contre lui  par des islamistes armés, sa condamnation a été affichée  au mur d’une mosquée pas loin de sa maison  .Mais la mort le rattrapa à l’exile, car il mourut d’une hépatite aigue  ,et l’absurdité  c’est  que sa mort naturelle  n’a pas assouvi le ressentiment idéologique des islamistes, elle ne lui a pas épargné la haine et la violence des islamistes, car ils l’ont suivi jusqu’au fond de sa tombe, comme si ils ont voulu l’assassiner même mort..

 …les orientalistes les plus euro-centristes voient dans le colonialisme une mission civilisatrice humaine juste parce qu’il fut   le produit des États modernes

Philosophe francoalgerien. (El Biar 1930, Paris 2004)

Combien d’intellectuels et de journalistes ont été forcés de quitter leur pays pour sauver leurs vies et exprimer leurs idées librement.

En fait, il est insensé de penser  que des philosophes comme Althusser, Foucault,  Dérida et Lyotard   rejoignent  les thèses de l’islam politique sur la légitimité des châtiments corporels, de l’inégalité des droits entre les hommes et les  femmes, le statut des minorités religieuses et le traitement réservé aux personnes qui choisissent de  quitter  l’islam pour épouser une autre religion ou d’être simplement agnostiques ou athées.

Quoi qu’il en soit,  ces différences n’empêchent pas les défenseurs de l’islam politique de surfer sur la vague des thèses postmodernistes, et aussi  certains intellectuelles d’associer l’émergence de l’islam politique  dans le monde arabo-musulman au postmodernisme, d’ailleurs c’est dans ce sens que Muqtedar Khan  affirma en 2002 dans une interview,  que   «dans le monde musulman, le postmodernisme se manifeste sous la forme d’un regain de religiosité qui rejette des institutions modernes telles que la laïcité et le nationalisme, et prône, en lieu et place, une éthique politico-morale et une union politique autres (la ’ummah(7).Mais en réalité , cette attitude qui se croise avec le relativisme culturel que les postmodernistes prônent  révèle qu’au nom du droit à la différence et la singularité par apport à la suprématie de la culture occidentale, l’islam politique revendique d’une façon  indirecte le droit du monde arabo-musulman d’être  en marge du progrès  . En fait cette position envers le monde moderne justifier  les thèses des orientalistes les plus euro-centristes qui voient dans le colonialisme une mission civilisatrice humaine juste parce qu’il fut   le produit des États modernes.

…A suivre

Notes

6- Gilles Kepel, Jihad. Expansion et déclin de l’islamisme ,( Paris : Gallimard, , 2000 ),p. 28

7- Muqtedar Khan ,« L’Islam, la postmodernité et la liberté», Interview traduit de l’anglais par Marcel Charbonnier,  Discourse Magazine (octobre 2002), Source: http://www.ijtihad.org/discourse.htm p.

Part I , Part II, Part III

3 comments for “L’islam politique est-il postmoderniste ?(IV)

  1. SALAH-EDDINE
    July 19, 2012 at 04:37

    are we still believing that the 1990 algerian tragedie is partly becouse of the it is sad and innacurate to state that ,i challenge any of you to give us a proof that ,the assasination of TAHAR DJAOUT ,ABDELKADER ALLOULA,DJILLALI LYABES,AZZEDDINE MEDJOUBI,DR FLICI, SMAIN YEFSAH, YAMAHA, CHEB HASNI, HACHANI,CHEIKH BOUSLIMANI, CHEIKH MOHAMED SAID , MATOUB .IF YOU HAVE THE PROOF THAT THESE ASSASINATIONS BEHIND THEME ARE SO CALLED THE ISLAMISTS .
    .I CAN CONFIRM THAT YOUR NEWSPAPER IS A SERIOUS WORK OF JOURNALISM, OTHERWISE, YOU ARE JUST LIKE ANY OTHER BAKER WHO TRY TO SELL HIS CROISSANT ,

    AMICALEMENT

    ELECTRON LIBRE

    THANMIRTH

  2. Kaidi Ali
    July 19, 2012 at 12:36

    Cher lecteurs, vous m’excusez pour mon style direct qui semble dérangé certaines convictions qui essayent de dédouaner les islamistes en semant le doute. Je n’ai rien à prouver, d’abord ce n’est pas mon rôle, et ensuite tout ces actes ont été revendiqués par les islamistes. En fait, il suffit de faire l’effort et revenir aux discours et littératures des leaders islamistes d’avant 1991 pour ce rendre compte que les terroristes n’ont fait qu’appliquer ce que les islamistes revendiquaient et condamnaient dans les détails les plus horribles.
    Ali Kaidi

    • salaheddine
      July 20, 2012 at 04:57

      je dedouane pas les islamistes est je ne sement pas le doute la logique dit que si vous dites que l’obscurantisme islamiste a reussi a arme une parti de la population contre une outre ou nom d’allah.vous confirmez que l’assasinat de nos valeureu intelectuelles,du a leur position critique,de l’islam politique,or toute l’algerie d’en bas est convaincu que le mot terroristes est lier ,a la fameuse le qui tu qui. en 1991 le peuple a voter est il a choisi .pis vous me deranger pas du tous au contraire sa me fait plaisire de poser des arguments je n’apartien a aucune ideologie,ni a aucune confrerie je suis un citoyen du monde libre ,tous les acte revendiques par les reste a prouvez mon cher doctorate

      my best regards

      bonos

Leave a Reply

Your email address will not be published.