Inasliyen: un monument de la chanson kabyle moderne

Raveh Inasliyen

Que dire de Raveh Inasliyen hormis qu’il a porté haut, très haut, l’expression Kabyle dans la chanson. Car, ses chansons ne sont pas que des chansons, mais d’abord des hymnes au beau, des cris déchirants témoins de la tentative vaine de nous aliéner, des appels sincères pour que nous outrepassions outre la condition, les conditionnalités qui nous sont faites. Thilelli (la liberté), Thiloufa (les questions), Aatar (le mendiant), Thidet (la vérité), Axanav (le traitre) et autres, des chansons, des chefs d’œuvre puisés dans la quintessence de l’âme kabyle, berbère, universelle. Sa guitare, rien que sa guitare, laboure en nous des sillons aptes à féconder le firmament; elle gratouille dans les fils pour en extraire le poème incurable de la révolte, de l’envie de nous surpasser. Délectons-nous de cette grappe succulente de chansons plutôt! 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

H. Lounes

Leave a Reply

Your email address will not be published.