QUI SONT LES PERES BLANCS?

peresblancs_grand

PERES BLANCS, EN ANGLAIS, WHITE FATHERS. AINSI NOMMES DU FAIT DE LA COULEUR DE LEURS HABITS

En 1873, il y’a eu 3 équipes de Péres Blancs en Kabylie : Tagmount Azouz, Tawrirt Abdallah (Les Ouadhias) et Iberkanen (Beni Arfi). 2 autres postes seront fondés assez rapidement : Beni Ismail et Beni Menguellat. Les Péres Jésuites, pour leur part, seront présents dans 2 missions: Djemaa Saharidj et Ait Larbaa.

CHARLES MARTIAL LAVIGERIE, FONDATEUR DE LA SOCIETE RELIGIEUSE DES PERES BLANCS (1825-1892)

Les Pères blancs, dont le nom officiel est Missionnaires d’Afrique [M.Afr.], forment une société de vie apostolique de missionnaires fondée à Maison-Carrée (actuelle El HarrachAlgérie) en 1868 par Mgr Lavigerie (18251892), archevêque d’Alger, créé cardinal en 1882.

Aux trois serments (chasteté, pauvreté et obéissance), les Pères blancs ajoutent un autre serment, celui d’œuvrer à l’évangélisation de l’Afrique, selon les constitutions et lois de leur société. Les Pères blancs ne sont pas un ordre religieux au sens strict du terme, mais un institut missionnaire de droit pontifical, ils font donc des serments et non des vœux.

Une branche féminine est fondée en 1869, les Sœurs Missionnaires de Notre-Dame d’Afrique.

Les Pères blancs se sont distingués par leurs travaux d’ethnographie et géographie africaines. Ils ont souvent été à la pointe de l’exploration scientifique du continent africain.

C’est à l’époque de la famine de 1867, qui laisse un grand nombre d’orphelins dans la région côtière de l’Algérie, que Mgr Lavigerie, est nommé évêque d’Alger.

Le 6 juin 1868, Pie IX le nomme préfet apostolique du Sahara-Soudan. Mgr Lavigerie fonde sa Société des Missionnaires d’Afrique, avec son noviciat à Alger, pour dans un premier temps instruire et catéchiser les enfants et fonder des villages chrétiens à partir de familles formées par les anciens orphelins baptisés, et dans un second temps évangéliser les populations du Sahara et d’Afrique centrale (1868)1. Il le fait cependant dans un contexte d’opposition de l’administration coloniale dès le début.

Lors de la révolte de Kabylie de 1870-1871, la société traverse une crise et tous les séminaristes la quittent. Elle se reconstitue en 1871, lorsque le séminaire ouvre à nouveau ses portes à Maison-Carrée, sous la direction du jésuite François-Joseph Desbillons. Par la suite, le supérieur général réside à Maison-Carrée et le noviciat est transporté à Carthage2.

La société va se développer rapidement (le premier chapitre général a lieu en 1874). Ses constitutions sont acceptées en 1879 et approuvées définitivement par Rome en 1908, alors que la Société est dirigée par Mgr Livinhac. Jusqu’après la Seconde Guerre mondiale, elle sera l’une des sociétés missionnaires francophones des plus célèbres, souvent évoquée dans la littérature ou le cinéma de l’époque3.

Le costume religieux des pères consiste traditionnellement en une soutane blanche ou gandoura avec un burnous blanc, un rosaire et une croix autour du cou, mais aujourd’hui les missionnaires sont en civil.

Les Pères blancs ont ouvert leur première maison en France métropolitaine en 1874, en Tunisie en 1875, en Afrique de l’Est en 1878, en 1884 enBelgique, en 1894 en Allemagne et au Soudan français, en 1901 au Québec.

En 1892, Mgr Lavigerie décède, Prosper Auguste Dusserre est nommé évêque d’Alger, mais c’est Léon Livinhac qui lui succède comme supérieur général des Pères blancs, jusqu’à sa mort en 1922.

Les premières missions

Les premiers vœux sont prononcés en octobre 1872, et dès 1876, des postes de mission sont installés peu à peu en Kabylie et au Sahara, parfois au péril de la vie des missionnaires:

  • en 1876, les PP. Ménoret, Bouchand et Paulmier qui devaient se rendre à Tombouctou sont trahis par leurs guides touaregs et massacrés;

  • en 1881, les PP. Richard, Pouplard et Morat, partant de Tripolitaine pour se rendre au Soudan, traversant le désert pour se rendre du sud de l’Algérie au Soudan, et tombent dans une embuscade et sont assassinés;

  • en 1886, c’est le martyre des chrétiens de l’Ouganda;

Le 24 février 1878, Léon XIII confie l’Afrique équatoriale aux Pères blancs: dix missionnaires quittent Alger pour fonder les missions du Victoria-Nyanza et du Tanganyika qui forment aujourd’hui les archidiocèses de Kampala, Gitega et Tabora et les diocèses de Kigoma, Lilongwe et Kalemie-Kirungu.

En 1883, Léon Livinhac installe sa résidence à Kamoga, dans le Bukumbi,(actuelle Tanzanie), région située au sud du lac Victoria. Puis deux ans plus tard, à Karema, au bord du lac Tanganyika.

La mission du Soudan français (aujourd’hui au Mali) est fondée en 1894. C’est aujourd’hui l’archidiocèse de Bamako. Deux caravanes arrivent à Ségou (Mali) en 1895, la troisième va en Guinée.

Jean-Joseph Hirth (1854-1931) est quant à lui le fondateur de l’Église au futur Rwanda.

http://fr.wikipedia.org/wiki/P%C3%A8res_Blancs

7 comments for “QUI SONT LES PERES BLANCS?

  1. January 30, 2016 at 02:19

    I want to know where can I find the beni menguellet mission archives.

  2. November 3, 2016 at 09:18

    bien des réligieux aux service des autres

Leave a Reply

Your email address will not be published.