Non, Monsieur Bugingo, les défenseurs de la charte de la laïcité ne sont pas des nazis

Le débat sur la charte de la laïcité proposée par le Parti Québécois a le mérite de soulever des questions, de confronter les opinions des uns à celles des autres, d’éprouver les convictions profondes des hommes et femmes pour qui il importe de vivre ensemble harmonieusement. Entre les partisans d’une laïcité ouverte, multiculutraliste, qualifiée souvent de communautariste, et pour qui la liberté de religion prime sur la neutralité de l’état, et les partisans d’une laïcité républicaine à la française, la laïcité dite des Lumières, plutôt pour l’interculturalité, et pour qui la citoyenneté prime sur la liberté de religion, le débat est passionnant, enrichissant.  Dans l’article d’aujourd’hui, le professeur Ali Kaidi répond à la lettre de Monsieur Bugingo, journaliste et chroniqueur connu, à Pauline Marois sur son  projet de charte. Bonne lecture!    

   

Par Ali Kaidi

   Monsieur François Bugingo, vous êtes contre la charte de laïcité que le gouvernement de  Pauline Marois propose. Dans un débat démocratique, c’est tout à fait naturel d’avoir une opinion différente de celle des autres. Tout le monde sait que dans une démocratie,  nous pouvons être du côté de la majorité ou du côté de la minorité, du camp du gouvernement comme de celui de l’opposition, et il est aussi bien légitime qu’acceptable de ne prendre aucune position. Mais critiquer la charte de laïcité de la façon dont  vous le faites en prétendant que vous n’êtes ni pour ni contre est une tentative de tromper le lecteur en prétendant que  votre position est celle d’un observateur neutre et objectif. Toutefois, même si vous ne dites pas clairement dans votre  lettre  que vous êtes «ni contre ni pour la charte», cela à notre sens est étrange et difficile à imaginer particulièrement lorsqu’il s’agit  d’un  professionnel et d’un passionné de la politique comme vous.

     Nous ne croyons pas qu’une personne comme vous soit capable de suspendre son jugement sur une  question aussi complexe que la relation de l’état avec la religion, cette question a suscité un débat passionné et passionnant depuis trois mois, le débat auquel les citoyens et citoyennes appartenant à toutes les couches sociales ont participé. Ce débat soulève des questions d’ordre pratique qui concernent la vie des citoyens au quotidien et des questions d’ordre théorique et philosophique qui soulèvent des questions politiques fondamentales. Ainsi, nous pouvons dire que le débat  est un débat de tout le monde,  il interpelle le profane comme le spécialiste. La  démocratie a besoin de débats contradictoires, la divergence et la contradiction des opinions sont son carburant. Sans cela la société sera atteinte d’immobilisme.

    Vous prétendez  que vous n’avez pas de position à l’égard de ce débat,  nous pouvons vous accorder cela hypothétiquement, mais nous ne pouvons pas ignorer que vos propos sont similaires aux  accusations et aux raccourcis que les défenseurs de laïcité ouverte emploient fréquemment lorsqu’ils sont en perte d’arguments pour discréditer leur adversaire et, en passant, les diaboliser. Ces accusations et raccourcis sont les éternelles rengaines: la xénophobie, l’islamophobie et atteinte à la liberté de religion.

    En prenant la position  ni pour ni contre, vous croyez Monsieur François Bugingo  que cela vous donnera une légitimité pour exposer votre opinion sans se sentir dans l’obligation de l’argumenter. Vous dites que vous n’avez pas une opinion à défendre, je sais que c’est faux, vous en avez une, et elle est à l’opposé de la mienne. Au reste, je la respecte, mais ce qui me révolte toutefois, c’est que vous vous contentez d’accuser les architectes de la charte de la laïcité et ses défenseurs de racistes et d’antisémites. Vous avez osé comparer la démarche du gouvernement québécois qui propose une loi sur la laïcité aux nazis qui  se sont servi du diktat de la majorité pour commettre l’un des plus grands génocides que l’histoire de l’humanité ait connu. Selon vous, cette charte est une étape vers l’extermination de l’arabe et du musulman

    Pour vous, c’est indiscutable,  la raison d’être d’un arabe et d’un musulman c’est sa religion, et le signe religieux, particulièrement le voile, est une exigence religieuse fondamentale. Je vous dis,  Monsieur François Bugingo, que dans l’islam, et cela certainement vous le savez si bien, la femme peut être musulmane sans porter le voile, ce dernier  est l’emblème des fondamentalistes  que vous avez fréquentés  comme vous  le précisez dans votre  lettre. C’est absurde, à mon avis,  de croire que l’interdiction du port du voile par les musulmanes employées par l’état est une façon de les exterminer; cette comparaison n’est pas seulement insensée, elle est aussi une manière  de dédramatiser ce qui s’est passé pendant la Deuxième Guerre Mondiale.

   Si je  prends  votre jeu de comparaison au sérieux et explicite le sous-entendu que cet amalgame implique, en vous lisant, je serai  contraint d’admettre que l’interdiction des signes religieux  et  l’extermination d’une population à cause de sa  religion sont deux actes identiques du point de vue  politique et moral. Bref, ce que je  peux  dire aujourd’hui après avoir pris connaissance de ce que les juifs ont subi comme atrocité  pendant la Deuxième Guerre mondiale, est que j’aurais préféré que les nazis interdisent aux juifs le port des signes religieux que de les exterminer comme ils l’ont fait. Voyez-vous la gravité d’une telle comparaison? Pour le reste, ne serait-il pas plus juste de designer tous les immigrants, y compris les musulmans, de citoyens à part entière au lieu de les designer par leurs habits, c’est-à-dire de musulmans et seulement?  

     En plus de cela, Monsieur François Bugingo,  vous n’êtes pas différent des défenseurs de la laïcité ouverte. Seulement, contrairement à beaucoup d’entre eux, vous ne l’assumez pas explicitement. Or,  cette lettre montre que vous êtes convaincu comme eux que tous les musulmans et les musulmanes  sont contre la charte de la laïcité parce qu’elle interdit le port du voile par les femmes qui travaillent dans les écoles et les garderies. La réalité est autre, une grande partie de la communauté musulmane est pour l’interdiction du voile, il y a même dans cette communauté des personnes qui revendiquent que cette interdiction touche les petites filles  qui fréquentent les garderies, les écoles primaires et les secondaires. Ils revendiquent cela parce que, contrairement à beaucoup  de défenseurs de la laïcité et à vous apparemment, ils connaissent l’idéologie que ce bout de tissu véhicule. Il faut prendre  en considération que la plupart d’entre eux ont quitté leur pays d’origine pour ne pas voir leurs filles porter le voile et être embrigadées dans l’islamisme.

    Ces personnes vous disent que la laïcité n’est pas une valeur propre aux québécois, la laïcité est une valeur universelle, l’une des plus belles réalisations  humaines pour le vivre ensemble. Certes, historiquement, elle a vu le jour en Occident, mais nous ne pouvons ignorer que dans les pays musulmans  beaucoup de femmes et d’hommes ont lutté et luttent encore, ont sacrifié et sacrifient encore jusqu’à leur vie pour faire de cette valeur la leur, pour faire comprendre aux hommes et aux femmes que seul la laïcité nous préserve des débordements religieux. Ceux et celles qui sont ici au Québec ont choisi ce pays aussi parce qu’il est laïc. S’ils voulaient l’islamisme et les  commandements de la charia, pour sûr qu’ils auraient choisi d’autres destinations.

     Oui que la communauté musulmane au Québec  subit des difficultés d’intégration  sociale et professionnelle, des difficultés que vous avez par ailleurs résumées si bien que je ne puis que m’y référer, bien entendu dans le but de dire le contraire de ce que vous alléguez: «si une monumentale majorité des néo-Québécois a traversé des océans, consenti à braver nos hivers rudes, choisi d’appeler ces terres sa « maison » malgré les écueils à l’intégration professionnelle ou académique. Vous avez on ne peut plus raison, cela étant, vous serez d’accord que ce n’est sans doute pas pour revendiquer le voile comme vous le prétendez, mais  plutôt pour voir leurs enfants grandir dans  un milieu qui favorise les libertés individuelles et l’autonomie; un milieu qui impose l’égalité entre les hommes et les femmes, encourage l’émancipation citoyenne et non pas  la ghettoïsation communautaire que la laïcité ouverte et le multiculturalisme que  vous défendez nous réservent. Il est plus aisé, n’est-ce pas, de  les intégrer par la mise en valeur de ce qu’ils  partagent avec la société d’accueil que par ce qui  les distingue; n’est-il pas plus sain et plus bénéfique de s’adresser à ce qu’il y a d’universel en eux qu’à ce qu’ils ont de particulier?    

   La laïcité est l’une de ces valeurs universelles que les émigrants, l’écrasante majorité à tout le moins, ont en commun avec la société d’accueil. Il faut prendre en considération cette donne et arrêter d’être subjugué par la séduction des islamistes. Ce sont des gens qui ne croient ni à la démocratie que vous  défendez ni même à ce minimum de laïcité auquel croient les défenseurs de la laïcité ouverte comme vous.    

 

    Vous nous invitez à nous inspirer  «de la petite Malala Yousafzai et d’autres qui tiennent tête aux pires extrémistes avec confiance et en prônant l’éducation». Moi, je vous invite à méditer sur les petites québécoises qui n’ont pas encore atteint l’âge de puberté et qui ont «choisi», selon les  défenseurs  de la laïcité ouverte et leurs acolytes, de couvrir leurs cheveux pour ne  pas exciter les adultes «pieux»!

    La laïcité était pour l’occident un remède contre les guerres de religion et l’obscurantisme, pourquoi elle ne le sera pas pour les musulmans? Bien évidemment, cette charte ne sera pas une solution aux problèmes sociaux  que les membres de la communauté musulmane vivent au quotidien, mais elle sera salvatrice pour les filles qui subissent la pression de leur communauté pour qu’elles portent le voile. Avec cette interdiction du port du voile, les parents seront contraints  de penser sérieusement à l’avenir de  leurs filles. Cette interdiction est dissuasive et pédagogique en même temps, car  le problème du voile n’est pas un problème qui concerne  les adultes seulement, il est aussi celui de nos enfants. Cette loi protégera ces derniers certainement contre l’une des stratégies de domination de l’intégrisme, car les  premières cibles de ces derniers  ont toujours été les femmes.

  Vous n’êtes sans savoir monsieur Bugingo que les hommes, sous l’emprise des valeurs patriarcales, ont  souvent montré qu’ils ont tendance à tolérer l’intrusion et l’expansion  du fanatisme religieux valorisant  ces valeurs sectaires et sexistes; le fardeau du fanatisme ce n’est, sans doute, pas à eux de le porter, l’histoire nous en renseigne.  

    L’exigence vestimentaire donne à voire limpidement cette inégalité. Il suffit de voir pendant l’été, sous des températures caniculaires, des hommes portant des vêtements légers accompagnés de leurs femmes et filles qui, elles, suant à flots, sont enfouies sous des voiles  de toutes sortes.    

    Dire que le hidjab a libéré la femme parce qu’elle lui a permis de  sortir de la maison, d’aller à l’école  et de travailler, comme disent certains féministes, c’est en réalité refuser de voir que ce hidjab ne l’a pas libérée, mais l’a mise seulement dans une situation de liberté surveillée; elle est libre tant qu’elle ne remet pas en cause les valeurs patriarcales de sa communauté, c’est-à-dire  tant qu’elle est obéissante à son mari ou à son frère. Ce minimalisme peut être acceptable dans des  pays comme l’Afghanistan, mais c’est vraiment un crime contre nos filles de le tolérer dans  un pays laïc qui défend l’égalité homme-femme. Le voile n’est pas seulement un symbole religieux, mais aussi un signe du contrôle social visible qu’il faut combattre.

    Ainsi, en tant que membre d’une  communauté à laquelle appartiennent les «jusqu’au-boutistes», je vous dis que la charte de la laïcité est souhaitable non seulement pour protéger nos filles, mais aussi pour nous protéger en tant que minorité contre la majorité. Il me semble que vous êtes pour une démocratie qui protège la minorité. Or,  sur le plan de la religion, la meilleure protection de la minorité est la neutralité de l’état. Car si tous les catholiques exhibent   leur signe religieux en sachant bien qu’ils sont majoritaires dans la fonction publique, l’état aura certainement l’apparence d’un état catholique et cela, à notre avis, s’oppose au  principe de neutralité,  et en tant que minorité religieuse nous refusons cette situation.    

Ali Kaidi (docteur et professeur en philosophie) 

5 comments for “Non, Monsieur Bugingo, les défenseurs de la charte de la laïcité ne sont pas des nazis

  1. January 6, 2014 at 18:46

    Tout est dit, redit… et re-re-dit… Je partage.

  2. January 8, 2014 at 08:49

    Si M. Bugingo connaissait la vraie histoire des islamistes, notamment celle qui a fait que durant la seconde guerre mondiale un grand nombre d’entre-eux avaient commencé leur Djihad contre les juifs en rejoignant les rangs des SS d’Hitler, il comprendrait la différence et la distinction à faire entre un Musulman et un Islamiste.

    Alors, il pourrait, ainsi que toutes celles et tous ceux qui sont contre la charte, changer d’avis et se placer du côté de la majorité de la minorité des Musulmans qui se sont clairement prononcés pour la Charte des Valeurs du Gouvernement Marois.

    À bon entendeur Salut!

  3. Isa
    January 12, 2014 at 09:50

    Merci pour cette démonstration fort éloquente. Je partage pleinement!

  4. RhoB
    January 23, 2014 at 17:09

    Étudiez votre histoire … avant WW2 , avant Hitler avait tant de pouvoir qu’il a pu commencer à exterminer . Au moins 10 ans avant , où il a commencé … la prise des droits fondamentaux de l’égalité religieuse , très minuscule au début que personne ne s’est battu , jamais penser qu’il viendrait où il l’a fait . Après tout , quel genre de fou serait tenter d’éteindre une race ou une culture ? Ce serait ridicule ! Ainsi, les petites choses , l’annulation des libertés religieuses en petits morceaux n’ont pas été considérées comme alarmante . Ce n’est là que la ressemblance est … pas dans la «solution finale », mais dans les petites choses le lui a donné naissance . Le problème, c’est quand tout le monde dit … ” Non, ce n’est pas du racisme , non, ce n’est pas de blâmer un groupe culturel pour nos problèmes , il sera bon pour notre peuple ” et personne ne l’arrête dans c’est début … c’est là le graines …. et je le répète, c’est là que se trouve la similitude . Je n’appelle pas cette charte le travail des meurtriers nazis , je ne les ai jamais accusé de vouloir exterminer … tout ce qu’ils veulent faire, c’est chasser les musulmans , les juifs . les non-chrétiens et les Anglais … donc je fais appeler le travail de fascistes . Vous pouvez tous commencer à me crier dessus maintenant … mais mon avis est un autre de mes droits , et je crois que je ne suis pas seul .

  5. Malek Boudena
    January 29, 2014 at 18:01

    Excellent exposé.
    Pour la Charte, je pense qu’il n’est pas nécessaire de mettre autant d’énergie juste pour arrêter l’avancée du danger unique que représente l’islamisme! Oui, en effet, je ne me suis jamais senti mal à l’aise à la vue d’une none, d’un prêtre ou d’ un Juif orthodoxe. Mais, hélas, une barbe teinte de henne surplombant un Qamis ne m’inspire pas confiance. Surtout quand on est exposé à leur prosélytisme et qu’ils vous imposent leur Dars ( cours sur la religion). Même si vous leur dites que leur islam ne vous intéresse point et que vous êtes plutôt à avoir leur avis personnel et non ce que Mohamed en a pensé ou en aurait pensé, ils continuent quand même à vous mitrailler de sourates (versets). Je me rappellerai toujours ce malade qui m’avait menacé de prendre mon vin de vin si je venais à en prendre en sa présence. Je lui avais prédit qu’un jour au moindre petit chagrin, lui il prendrait bien pire que le vin. Lui qui pensait que l’ islam était l’honneur des Kabyles. Il avait fini par manger en cachette de ses pairs pendant le carême et plus tard il s’est adonne à la drogue. Pour moi, j’ai encore du gout à savourer un bon vin avec des amis et j’adore encore une bonne bière. Pour l’islam, il ne m’a jamais manqué et mes valeurs de Kabyle me suffisent amplement pour définir un style de vie très digne. Mes ancêtres n’ont pas attendu l’ arrivée du mercenaire Oqba Ibn Nafaa pour découvrir l’éthique et le sens des valeurs.

Leave a Reply

Your email address will not be published.