Extraits de la plate-forme politique adoptée par le FLN lors du congrès de la Soummam.

soummam1

 

La Révolution algérienne veut conquérir l’indépendance nationale pour installer une république démocratique et sociale garantissant une véritable égalité entre tous les citoyens d’une même patrie, sans discrimination.

(…)
La Révolution algérienne, malgré les calomnies de la propagande colonialiste, est un combat patriotique, dont la base est incontestablement de caractère national, politique et social.
(…)
La ligne de démarcation de la Révolution ne passe pas entre les communautés religieuses qui peuplent l’Algérie, mais entre d’une part, les partisans de la liberté, de la justice, de la dignité humaine et d’autre part, les colonialistes et leurs soutiens, quelle que soit leur religion ou leur condition sociale.
(…)
Les anciens partis nationalistes n’ont pas toujours accordé à cette question l’importance qu’elle mérite. Ne prêtant d’attention que pour l’opinion musulmane, ils ont négligé souvent de relever comme il convient des déclarations maladroites de certains charlatans ignares apportant en fait de l’eau au moulin de l’ennemi principal.
(…)
C’est pourquoi, le FLN a entrepris avec succès la mobilisation de toutes les énergies nationales. Mais il ne laissera pas l’ennemi colonialiste s’appuyer sur la totalité de la minorité ethnique en Algérie, dresser contre nous l’opinion en France et nous priver de la solidarité internationale.
(…)
Les libéraux algériens.
A la différence de la Tunisie et du Maroc, la minorité ethnique d’origine européenne a une importance numérique dont il faut tenir compte. Elle est renforcée par une immigration permanente jouissant d’une aide officielle et fournissant au régime colonial une fraction importante de ses soutiens les plus farouches, les plus obstinés, les plus racistes.
Mais en raisons de ses privilèges inégaux, du rôle qu’elle joue dans la hiérarchie économique, administrative et politique du système colonialiste, la population d’origine européenne ne constitue pas un bloc indissoluble autour de la grosse colonisation dirigeante.
(…)
L’analyse de l’éventail politique chez les libéraux en Algérie peut être valable pour saisir les nuances de l’opinion publique en France, sujette à des fluctuations rapides en raison de la sensibilité populaire.
Il est certain que le FLN attache une certaine importance à l’aide que peut apporter à la juste cause de la Résistance Algérienne la partie éclairée du peuple français, insuffisamment informé des horreurs indicibles perpétrées en son nom.
(…)
La minorité juive
La morale universelle, d’où le FLN puise ses valeurs, favorise la naissance dans l’opinion israélite d’un espoir dans le maintien d’une cohabitation pacifique millénaire.
(…)
Mais le déchaînement de la haine antisémite qui a suivi les manifestations colonialo-fascistes ont provoqué un trouble profond qui fait place à une sainte réaction d’autodéfense.
Le premier réflexe fut de se préserver du danger d’être pris entre deux feux. Il se manifesta par la condamnation des juifs, membres du “huit novembre” et du mouvement poujadiste, dont l’activité trop voyante pouvait engendrer le mécontentement contre toute la communauté.
La correction inflexible de la Résistance Algérienne, réservant tous ses coups au colonialisme, apparut aux plus inquiets comme une qualité chevaleresque d’une noble colère des faibles contre les tyrans.
Des intellectuels, des étudiants, des commerçants prirent l’initiative de susciter un mouvement d’opinion pour se désolidariser des gros colons et des anti-juifs.
Ceux-là n’avaient pas la mémoire courte. Ils n’ont pas oublié l’infâme souvenir du régime de Vichy. (…) Ils étaient traqués, arrêtés, internés au camp de Drancy et envoyés par wagons plombés en Pologne où beaucoup périrent dans les fours crématoires.
Au lendemain de la libération de la France, la communauté juive algérienne retrouva rapidement ses droits et ses biens grâce à l’appui des élus musulmans, malgré l’hostilité de l’administration pétainiste.
(…)
L’action du FLN en France
La Fédération FLN en France, dont la direction est aujourd’hui renforcée à Paris a une tâche politique de premier plan pour annuler l’effet négatif de la pression réactionnaire et colonialiste:(…) Eclairer l’opinion publique française et étrangère en diffusant l’information à travers des supports appropriés en groupant, à cet effet, les militants expérimentés, les intellectuels et les étudiants.
(…)
La population algérienne émigrée en France est un capital précieux, en raison de son importance numérique, de son caractère jeune et combatif, de son potentiel politique.
La tâche du FLN est d’autant plus importante pour mobiliser la totalité de ces forces qu’elle nécessite la lutte à outrance (contre toute division au sein des rangs de la Résistance Algérienne).

http://www.actualite-emigration.org/actu-emi-nov-99/soummam.htm

 

Leave a Reply

Your email address will not be published.