Déportés algériens en Nouvelle-Calédonie, que sont-ils devenus?

 

cimetiere des arabes a Nessadiou

Cimetière des Arabes de Nessadiou, Bourail

Leur vie en Nouvelle Calédonie

Il existe peu de documents sur les Algériens envoyés en Nouvelle-Calédonie, hormis les documents militaires et de l’administration pénitentiaire, et les témoignages des anciens communards déportés avec eux. Alors que les communards ont pu bénéficier d’une amnistie en 1880, les Algériens du Pacifique restent exilés à des milliers de kilomètres de leur terre malgré les campagnes de sensibilisation de l’opinion française auxquelles participent les communards de retour à Paris. Cette amnistie intervient le 1er février 1895, toutefois ils demeurent assignés à résidence. Ils ne sont autorisés à rentrer en Algérie qu’en 1904.

Deux types de peines différentes ont été appliquées aux Algériens, le séjour en enceinte fortifiée dans la presqu’île Ducos à Nouméa et la déportation simple à l’île des Pins (dans la 5e commune appelée « camp des arabes »), mesure touchant la plupart d’entre eux. Le Camp Brun a abrité les récidivistes ou « transportés » jugés dangereux. Y furent condamnés les insurgés de 1882 membres de la confrérie Rahmania (insurrection dite des Ouled Sidi Cheikh).

Les Algériens participèrent à la colonisation et au défrichement des nouvelles terres ou au travail

Centre culturel Arabe a Nessadiou

Centre culturel des Arabes de Nessadiou, à Bourail

dans les mines de cobalt et d’étain, la construction des routes, et aussi dans l’agriculture et l’horticulture. Ils logent dans des baraquements et disposent d’une salle commune destinée aux prières. Les contacts entre Français et Algériens étaient interdits, de même qu’il fut interdit à ces derniers de donner des prénoms musulmans à leurs enfants.

Les déportés Algériens sont à l’origine de l’introduction du palmier dattier en Nouvelle-Calédonie, certains avaient emporté avec eux des noyaux qu’ils ont semés à leur arrivée.
Une fois libérés, les plus « méritants » des déportés et transportés se voient octroyer des concessions de terres de 4 à 5 hectares qu’ils pouvaient cultiver. Ils se regroupent dans les vallées fertiles de Boghen et de Nessadiou appelée aussi « vallée des arabes ». En 1895, on comptait à Bourail 41 cultivateurs algériens. Le premier Algérien à y bénéficier d’une concession fut Isa Khamenza. Miloud Ben Abdellah, originaire d’Aïn Tedeles et libéré le 9 juin 1877, bénéficia d’une concession à Nessadiou et fut le premier de tous les concessionnaires à avoir entrepris la culture du café.

En 1878, Ataï dirige une importante insurrection des Canaques qui luttent contre la spoliation de leurs terres. Avec une quarantaine d’Algériens commandés par Boumezrag El Mokrani, ils participèrent à la répression. Deux cents Canaques sont tués. Caledoun est la transcription de la façon dont les anciens Arabes prononçaient Calédonie avec leur accent.

L’amnistie, les grâces et les évasions

Les lois d’amnistie du 3 mars 1879 (loi d’amnistie partielle) et du 11 juillet 1880, devaient concerner tous les déportés, dans les faits, elles ne furent appliquées qu’aux communards mais pas aux Algériens. Pourtant la loi de 1879 stipule : « L’amnistie est accordée à tous les condamnés pour faits relatifs aux insurrections de 1871 et à tous les condamnés pour crimes et délits relatifs à des faits politiques».

Après leur libération, des communards dont Louise Michel, Henri Rochefort et Jean Allemane ont milité pour l’application des lois d’amnistie et la dénonciation des conditions de détention des déportés algériens. Ce n’est qu’en 1895 que l’amnistie est enfin reconnue et la résidence obligatoire levée. Toutefois Boumezrag El Mokrani, gracié « sur place »dès 1878, n’en bénéficie qu’en 1904.

Quelques Algériens seront graciés à titre individuel pour services rendus, comme ce fut le cas pour certains de ceux qui participèrent à la répression de la révolte des Canaques. Mais la décision du retour en Algérie dépendait de l’avis émis par le gouverneur d’Algérie.

Parmi les graciés à la suite de la révolte des Canaques, 18 s’évaderont. Certains furent capturés en Algérie puis renvoyés en Nouvelle-Calédonie dont Si Raham Ben Mohamed Ou El Hadj, Ali Ou Saïd et Amar Ben El Ouenoughi. Quant à Mohamed Ben Belkassem évadé lui aussi, il sera relaxé le 8 juillet 1888.

L’évasion la plus célèbre est celle de Aziz Ben cheikh Al Haddad en 1881. Il parvient à s’enfuir de l’île des Pins, de rejoindre à bord de petites embarcations la Nouvelle-Zélande, puis Sydney en Australie, et enfin le Hedjaz en Arabie saoudite.

Les descendants de déportés et de transportés

On estime à quelque 15 000 les descendants des déportés et des transportés qui continuent à vivre en Nouvelle-Calédonie. Parmi ceux-ci figurent les descendants de ces Algériens exilés à la « Nouvelle ». Ils utilisent le terme de « Vieux-Arabes » en parlant de leurs ancêtres. Près de 10 000 familles ont retrouvé leurs racines. Beaucoup des descendants d’Arabes peinent à remonter jusqu’à leurs origines en raison de la pratique de l’administration coloniale consistant à altérer les noms des déportés et des transportés. Souvent, ceux-ci ne savaient ni lire ni écrire. Les noms et prénoms étaient donc inversés, c’était une orthographe aléatoire. Il existe trois associations regroupant des descendants de déportés : l’Association des Arabes et des amis des Arabes de Nouvelle-Calédonie créée en 1969, l’Association des Descendants d’Algériens et des Maghrébins de Nouvelle Calédonie (ADAM.NC), l’Association des musulmans de Nouvelle Calédonie créée en 1975 regroupe des descendants d’Arabes ainsi que des Indonésiens de Nouvelle-Calédonie venus sur l’île dans le cadre du travail engagé.

Le descendant le plus connu de cette diaspora est Jean-Pierre Aïfa prénommé aussi Taïeb, né le 31 octobre 1938, était surnommé « le calife ». Il était un descendant de déportés originaires d’El Eulma. Il a été maire de Bourail de 1977 à 2001 puis a été réélu en 2008 ; il a également été président de l’Assemblée territoriale de Nouvelle-Calédonie à plusieurs reprises. Il a aussi été président de l’Association des Arabes et amis des Arabes de Nouvelle-Calédonie. Il faut aussi citer Christophe Sand, chercheur spécialiste de l’archéologie calédonienne et Mélica Ouennoughi docteur en anthropologie historique. Témoignage de la présence algérienne en Nouvelle-Calédonie, le cimetière des Arabes de Nessadiou dans la commune de Nessadiou longtemps surnommée la « petite Afrique », au sud de Bourail.

Hommages

La chanson El Menfi (le banni) devenue célèbre et reprise en Algérie par entre autres Akli Yahyaten, Rachid Taha (en solo dans son album Diwân) ainsi qu’en trio avec Cheb Khaled et Faudel (dans l’album 1,2,3 Soleil) a été composée par l’un d’eux, elle était chantée, accompagnée d’une flûte (Gasba) fabriquée avec du bois de sagaie.

 

Début 1986, le ministère des Affaires Religieuses d’Algérie, invite une douzaine de descendants Algériens en Algérie. En 2005, c’est le ministère des Moudjahidines (anciens combattants de la guerre de libération) qui organise une autre visite. D’autres suivront, la dernière en date a lieu en novembre 2011.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Alg%C3%A9riens_de_Nouvelle-Cal%C3%A9donie

 

 

38 comments for “Déportés algériens en Nouvelle-Calédonie, que sont-ils devenus?

  1. chilla
    March 31, 2015 at 16:44

    Bonjour, je suis algérien de Kabylie Bejaia(BOUGIE) j’ai toujours souhaité rendre visite à nos frères algériens vivant en nouvelle Calédonie, y-a-t-il une association qui pourrait me recevoir pour une meilleure visite de ce pays lointain et vivre un moment avec nos frères pour moi serai un rêve accomplit .
    Meilleures salutations.

    • Nalou
      April 19, 2015 at 18:02

      Bonjour,
      Il y a l’Amicale des Arabes en Nouvelle Calédonie ou l’Association des descendants Algériens et Maghrébins en Nouvelle-Calédonie.
      Si vous avez besoin d’infos n’hésitez pas.
      Très cordialement.

      • July 3, 2015 at 20:35

        Cherche la famille

      • December 23, 2015 at 06:19

        bon jour je suis a la reherche de mon arriere -arriere -grend pere deportes en cayene entre 1865 et 1890 exile par nom de amer b…en slimane ben ali comndanes par cause d un crime mortel ….. c’et mon grand pere qui me racconte cette histoire. nous sommes originere du sahara d algerie exactement de biskra et aussi j ai quelques renseignement, mon grand pere avais 2 ou 3 orteils coupes par une pioche ou par un morceau de fer pour ne pas mourir par un cobra, c’est lui-meme qui les a coupes, sa victime s appele ben rajraja, il a ete tue par un fusil de chasse a el madher. mon grand-pere avait un seul frere qui s appele ethmane be slimane mon grand pere exile par son nom et le nom de son pere parce -que le service de l etat civil n’avait pas encore commencer a biskra, il a commencer en1942. maintenant notre nom de famille est mohammdi nous sommes exactment de hajeb a cote de la ville de biskra la ville des palmiers dan le sud de l algerie. mon numero de telephoe 00 213 07 72 59 68 96. belkacem mohammei merci d’avance pour toute aide.

      • Fatiha
        December 27, 2015 at 10:38

        Je cherche les enfants ou petits enfants du frère de mon grand père, dénommé :Hadid ammar ben Mohamed de Tizi-ouzou, il a été déporté à Cayenne les années 1920. Nous n’avons jamais eu de nouvelles.

      • Abdallah Ramzi
        August 5, 2016 at 18:27

        Bonjours à tous. Nous cherchons les traces de la famille de notre arrière grand père, dénommé : Miloud ben Abdallah ben M’hamed déporté en nouvelle calidonie en 1870. Agé de 30 ans. célibataire . Originaire de Guerrara sahara Algérie…Capturé par l’armée Française à ain tedles où il travaillé à l’époque dans l’agriculture. Nous n’avons jamais eu de nouvelles depuis cette datte. Merci de nous contacter sur cette adresse mail. Cordialement.

      • Bouda chakib
        March 26, 2017 at 15:38

        Bonjour’ voila on 1871 notre grand pere bouda djeghaba a était deporte a la nouvelle calidonie en campagne de boumezrag el mokrani et d’autre camarades du village kalaa beni abass
        Nous vous prions de nous aider a situé la sépulture merci

        • Djeghaba
          July 23, 2017 at 10:31

          Bonjour
          C’est juste pour savoir si le nom de famille de votre parent c’est Bouda ou Djeghaba ?
          Car je porte le nom Djeghaba et originaire des Aurès.
          Merci.
          zdjegh@yahoo.

  2. Tayeb BOUTERBIAT
    May 9, 2015 at 16:36

    Je cherche un de mes grand-parents déporté en Nouvelle Calédonie aux environs de 1897. La seule annonce trouvée sur internet : (http://gmarchal.free.fr/Le%20Bagne%20de%20Guyane/ArabesB.pdf) page 32
    ========================================
    BOUTERBIAT ALI BEN ALI, condamné en 1897
    ========================================

    • Anonymous
      October 27, 2017 at 16:17

      Merci j’ai trouvé la personne que je cherchais.

  3. tahar djebbar mohamed
    July 22, 2015 at 14:51

    je cherche a mon cousin tahar djebbar allal il est déporte dans les année 1920

  4. Makri kamel
    August 8, 2015 at 10:24

    Salam je cherche les trace d’un de nos grand père déporté au Guyane ,avec le non de famille MAKRI originaire de M’sila, merci d’avance pour toute aide.

  5. haddadi
    December 25, 2015 at 14:31

    Bonsoir,
    Mon fils doit partir début janvier travailler en Nouvelle Calédonie. Il souhaite rencontrer ses fréres algériens.
    Nous sommes une famille algérienne de Paris
    Je remercie ceux qui ouvriront leur coeur car nous cherchons juste à creer des liens avec nos fréres
    Djouher

  6. January 6, 2016 at 15:03

    je suis a la recherche de la famille de mon arriere-arriere grand pere ameur ben slimane ben ali deportes et exile a cayenne entre 1866-1890 condamne par tribunale de constantine de 20ans de prison ferme pour avoir commis un crime mortel contre un de notre famille (s appelle ben rajraja)axactement a maadher ghamra dans le nord de la ville biskra.mon grand pere exile avant que le servise de l etat -civil pas encord axiste le registre de l etat civil commcera a biskra en 1942 .pour cette raison que mon grand pere il porte pas un nom de famille durant la deportation.nous sommes originaires de la ville de biskra plu exactement (el hajeb)a 12km ouest de biskra notre tribu s appelle (ghamra) priere a toute personne ayant de renseignement concernant la famille de mon grand pere ameur ben slimane ben ali ou sur ses enfents en guyane les envoyes a la boite belkacem moammedi@yahoo.frou sur le numero 00213772596896 merci a tous

  7. Souames
    January 20, 2016 at 04:10

    Salam alikoum ça va bien je cherche mon grand père brahime souames algérien

    • February 26, 2017 at 06:56

      Bonjour a touts nos frères de la nouvelles Calidonie je suis fière de vous car malgree toutes ces années vous avait jamais oublier vous racines
      je suis à la recherche de ma famille en nouvelle Calédonie 
      Brahime souames
      Déporté de algerie phlipe ville au nouvel Calidonie
      Merci beaucoup. souamt@yahoo.com

  8. dehimene ali
    February 15, 2016 at 10:04

    Bonjour a touts nos frères de la nouvelles Calidonie je suis fière de vous car malgree toutes ces années vous avait jamais oublier vous racines

  9. Mokrani mohamed Raouf
    April 7, 2016 at 09:55

    Bonjour, je suis à la recherche de ma famille en nouvelle Calédonie merci de me contacter sur mon adresse mail. Cordialement

    • May 6, 2017 at 07:55

      ma mere allah yarhamha m’avait dis que 2 membres de sa famille qui sont ses oncles maternels leurs noms étaient mokrani de la région de l’ouest algérien ils sont éxilés a la nouvelle caledonie je voudrais bien savoir si ils lisent ce message afin de me contacter

  10. achour
    July 6, 2016 at 08:04

    bsr a tout mes freres (les algeriens deporte est leur familles) je cherche les membres de ma famille
    du nom de achour originaire de l’ouest algerien (oranie)

  11. mohamed amine
    July 17, 2016 at 22:29

    g un grnad pere a nouvelle caledonie c possible de le trouve

  12. PHILIZOT
    August 14, 2016 at 20:40

    bonjour,je suis a la recherche de la famille de mon grand-père son nom a changer par rapport aux français à Nouméa il venait de Salem au Maroc ,il a commis un crime contre un membre de la famille il ne parlait pas français il a appelait son fils légitime André Mohamed abdallah dit bouazza en Nouvelle Calédonie. Je suis l’une de ses filles et je serais ravie d’avoir des nouvelles de la famille qu’il a laisser au Maroc.Son nom à Nouméa c’est Mohamed ben azza qui est devenu Mohamed abdallah dit bouazza. Merci a toutes personnes me donnant sa vrai identité sur Bourail.

  13. MAYOUF ZOHIR
    August 28, 2016 at 08:10

    je suis de m’sila d’origine OULED SIDI SLIMANE , je cherche l’un de mon arriere grand pere qui porte le nom mohamed ben mayouf ben elhaj mohamed ben bou saif ben SIDI SLIMANE EL- OUAZANI qui est déporté en nouvelle calidonie en 1890

  14. MAYOUF ZOHIR
    August 29, 2016 at 04:46

    je suis de m’sila d’origine OULED SIDI SLIMANE , je cherche l’un de mon arriere grand pere qui porte le nom mohamed ben mayouf ben elhaj mohamed ben bou saif ben SIDI SLIMANE EL- OUAZANI qui est déporté en nouvelle calidonie en 1890

  15. September 3, 2016 at 13:39

    Avis de recherche

    Moi (Fettach Abdelkader) fils de ali et de Dahmani Aicha bent mohamed ben ali ben dahmane.
    Etant le petit fils du défunt Dahmani mohamed ben ali ben dahmane ben mohamed né à ammal en 1892 , et a été condamné a perpétuité et emprisonné pendant une année en algerie puis extradé vers la nouvelle Calédonie par les autorités françaises en 1921.
    Apres sa sortie de prison il a épousé une femme française ou espagnole d apres certaines versions et il a eu avec elle un garçon et une fils selon la lettre qu il a envoyé lui-même à sa fille aicha qui est ma mère en 1961.
    Sa fille nommée dahmani fathma qui exerce la fonction de pharmacienne dans la ville de NOSADION ou bien BOURAIL en nouvelle Calédonie et je transmis ce message : si tu es toujours en vie, sache que ton neveux abdelader surnommé mouhou fils de ta sœur aicha te recherche et espère de tout son cœur te retrouver dans les plus brefs délais.
    Mon adresse : Mr fettach abdelkader cité des 130 logement (soulafa) lakhdaria 10200 bouira algerie

  16. Bioud Mohamed
    September 18, 2016 at 08:57

    Je suis né le 01 12 1952 à Bouguirat en Algérie et j habite à Valence en France depuis septembre 1966 .Je ne savais pas du tout de l histoire des Algériens déportés en Calédonie . Grace aux émissions de la télévision Algérienne j ai découvert les déracinés frères Algériens en Calédonie . Qu est ce que j ai pleuré….et je pleure encore…J aimerai vous rencontrer vous toucher . Je vous embrasse tous les Algériens de la Calédonie que ALLAH vous ouvre les portes du paradis . Et j aimerai que la télévision Algérienne fasse encore d autre reportage sur vous…

  17. Rouabhi
    September 18, 2016 at 10:04

    salut , enfin je suis toujours a la recherche des enfants de mon arriere grand pére dénommé reguem larbi ben saadi ,douar takouka ain abassa setif fils de saadi et de hadda bent ali deporté en nouvelle caledonie à l’age de 35 ans en 1894 .sur ce qui peux me contacté voici mon email : chtatir@yahoo.fr et j’habite a setif . avec tous mes remerciement .

  18. zehani
    December 25, 2016 at 11:09

    bonjour et bonne annee 2017
    je suis algeriens je cherche informations sur famille zehani 3 membres deportes a cayenne selon matrice merci

  19. MAYOUF ZOHIR
    January 30, 2017 at 06:03

    je crois que med ben mayouf ben bou saif ben sidi slimane est rentré en palestine vers 1904.

  20. April 7, 2017 at 11:19

    J’en ai déjà parlé en Aout 2016 et bien avant avec l’insertion d’une vidéo concernant ces kabyles qui n’ont pas du tout perdu le parler de leurs origines. Michèle Chabour qui s’est rendu la bas, m”avait raconté que même point de vue mœurs et coutumes ils ont préservé et gardé ceux ancestraux de la kabylie. Nostalgie oblige!
    http://athwaghlis.over-blog.com/2016/08/la-nouvelle-caledonie-aux-parfums-d-algerie.html

  21. June 14, 2017 at 18:43

    je cherche mon proche,kemmane ahmed,nè en 1930,fils de moussa et zamime zohra, blida,algerie

  22. adjou tahar
    June 21, 2017 at 06:06

    Bonjour. Je suis à la recherche d’un grand père qui s’appelle Adjou Saïd ben Mohamed ben Kaddour ben Ali né:P 1861

  23. Boudjemaa
    June 26, 2017 at 10:35

    Je suis à la recherche de mon grand pere originaire d’algerie et qui a été deporté en nouvelle caledonie peut etre dans une autre colonie dans les années trente ( 1931–1940) et qui porte
    le nom de Echikr mahieddine né en 1902 et qui est decede entre 1985 et 1995 .
    Donc si quelqu’un l’a connu ou reconnu ses fils s’ils existent ; est cordialement prié de me
    contacter ou de me signaler la mairie où il dependait. Merci d’avance.

  24. October 18, 2017 at 09:57

    Je m’appelle arab Arezki de bejaia je cherche mon arrière grand père maternelle amouri rabah déporté en Calédonie

  25. meriem tékili
    October 24, 2017 at 08:40

    Bonjour ,tout le monde je suis très fière de vous tous frères et sœurs algériens qui cherchent après leurs encastres après toutes ses longues années ! je me rappelle a l’age de 15 j’ai regardé un documentaire parlant des exilés algériens en nouvelle Calédonie ! leurs histoires ohhh plutôt cette partie de histoire oublié et négligé de qui m’a bouleversée a jamais et pour toujours !

  26. October 27, 2017 at 02:13

    Bonjour a tous
    C’est a travers de la chanson de cheikh akli yahiten qui ma donner une inspiration y’al menfi (banni) afin de connaitre que sont ces déportés quels est leurs origine frères magribins,berbère,je souhaite rendre visite afin de connaitre mieux les descendants des déportés,quelle est leurs tradition,culture et autre
    Merci

  27. wahrani
    October 28, 2017 at 18:26

    Concernant la femme qui pleurait et cherchait sa famille au nom de Ouahba , je vous dit madame que votre nom de famille existe a Oran et Relizane dans l ouest de l Algerie. cette vraie femme Algerienne (Hourra ) m a vraiment boulversé et m a fais coulé de chaudes larmes .

  28. Fatiha Bensalah
    November 19, 2017 at 10:48

    Bonjour
    Je cherche mon oncle paternel , déporté en nouvelle calédonie entre 1920 et 1930 (je ne suis pas ure de ces dates )
    Mon père a longtemps cherché son frère , mais aucun résultat !
    Son nom de famille est BENSALAH . fils de Kaddour Bensalah, originaire de l’Ouest d ‘Algérie , d’un petit douar ( village ) au nom de Laghouat situé à 80 km de la grande ville d’oran .
    J’ai oublié le prénom de mon oncle, et toutes les personnes qui peuvent me donner des informations , sont maintenant décédées.
    Je vis actuellement au Canada et je souhaiterais beaucoup rencontrer cette partie de ma famille.

Leave a Reply

Your email address will not be published.