Le Café littéraire Carrefour reçoit Mme Djemila Benhabib

L’auteure de Ma vie à contre-Coran, Djemila Benhabib, a été l’invitée du Café littéraire Carrefour, de Montréal, pour sa 6e édition, vendredi 17 juillet. Ainsi, pour la première fois, Mme Benhabib est-elle invitée par la communauté algérienne au Québec. Fidèle à sa ligne directrice, la récipiendaire du Prix de la laïcité (2012) et du Prix Humaniste (2014) a partagé son expérience de l’écriture, comme moyen de résistance, a rappelé son engagement sans compromis pour la défense notamment de la laïcité et des libertés d’expression et de presse.

 

   Loin des discours aseptisés, la présentation de la conférencière ne souffre d’aucune ambiguïté. Comme à l’accoutumée, Mme Benhabib a exprimé ses idées d’une façon claire et éclairante et a défendu ses positions avec vigueur, ce qui n’a cessé d’interpeller les personnes présentes notamment celles de sensibilités politiques différentes. La profusion des questions posées en démontrait l’intérêt.   

Café lit 2

  En effet, plusieurs interventions ont nuancé le ton de la rencontre et ont enrichi le débat venant particulièrement d’acteurs politiques et culturels, mais aussi des jeunes générations, en l’occurrence,  celle de Salim Bouguermouh, parent du cinéaste Bouguermouh et  candidat du NPD aux élections fédérales d’octobre prochain; de Farid Bensalem, militant du PQ, des membres d’AQNAL,  de Yahia Arkat, journaliste de Liberté; de Djamila Addar, journaliste, et particulièrement des étudiants, qui voulaient partager leurs préoccupations.  La comédienne et humoriste, Nabila Ben Youssef était de la partie.

     Ainsi, autour de la vie personnelle de la conférencière, qui est de fait indissociable de sa vie intellectuelle, militante et politique, de nombreux thèmes ont été abordés comme : la solidarité avec les femmes algériennes; les conditions des femmes en émigration, en France; la dénonciation  de l’alliance de l’islam politique avec les puissances occidentales (Pacte du Quincy, 1945); l’enjeu de la laïcité, l’intégration des immigrants et l’alliance des islamistes avec les Libéraux au Québec, etc. Le délai de l’occupation de la salle était l’unique obstacle à l’engouement du public présent.

 

Par Saliha Abdenbi

Leave a Reply

Your email address will not be published.