CNN: La fin de l’OPEP?

Traduit de l’anglais par RC

opec 5

La chute des prix du pétrole attise les flammes de la révolte contre l’Arabie Saoudite à l’intérieur des murs de l’OPEP

opec3

OPEC Headquarter – Vienna

OPEP est brisée. Les prix du pétrole ont chuté en dessous de 40 $ le baril ce vendredi 4 décembre,après que la réunion de 7 heures de l’OPEP à Vienne ait mis en évidence une fracture profonde au sein du cartel. L’ OPEP a surpris les observateurs en omettant de se mettre d’accord sur un quota officiel de sortie, laissant la production près des niveaux records malgré la surabondance massive qui maintient les prix bas. “Le cartel est fondamentalement disloqué”, a déclaré Matthew Smith, directeur de la recherche de produits de base à ClipperData, qui suit les expéditions de pétrole brut mondiales.

L’article,ici bas, a été écrit par CNN le 23 novembre 2015, et la réunion de l’OPEP s’est tenue le 4 décembre. Les choses se sont deroulées comme prévues par l’article. Le statut quo qui s’en resulté peut signifier,  quasi inévitablement, l’effondrement de l’OPEP.

La chute des prix du pétrole attise les flammes de la révolte contre l’Arabie Saoudite à l’intérieur des murs de l’OPEP.

Une guerre des mots a éclaté entre le pivot de l’OPEP, l’ Arabie saoudite, et les mécontents petits producteurs de pétrole comme le Venezuela et l’Algérie. Les petits pays veulent une entente pour donner un coup de freins à la production pour aider à relever les prix du pétrole jugés trop bas – et leurs propres économies en difficulté.

En tant que premier producteur de pétrole, les Saoudiens détiennent une énorme emprise sur le cartel pétrolier. Leur longue pari à long terme est que, en gardant des prix de pétrole bas, ils vont pousser les producteurs de pétrole de schiste américains hors du jeu. De cette façon, les Saoudiens peuvent de nouveau regagner des parts de marché concédées aux États-Unis

Il ya tout juste 10 ans, l’Arabie saoudite était le plus grand pays producteur de pétrole au monde, sa production petrolière brute était près de deux fois plus celle des Etats-Unis, mais la production américaine a grimpé en flèche au cours des dernières années grâce à la révolution de schiste qui a complètement remodelé l’équation énergétique mondiale. Aujourd’hui, les États-Unis produisent presque autant que l’Arabie saoudite.

L’assaut de pétrole des États-Unis a fait descendre en flèche les prix de plus de 100 $ US le baril à la mi-2014 à environ 40 $ le baril en ce moment.

Les membres de l’OPEP les plus faibles font face à l’Arabie saoudite

L’effondrement des prix du pétrole fait particulièrement mal aux membres de l’OPEP moins riches comme l’Algérie, l’Angola, l’Equateur, le Nigeria et le Venezuela, qui n’ont pas d’autre choix que de mendier la compassion saoudienne à changer de stratégie – mais jusqu’ici, leurs appels sont restés sans réponse.

“L’Opep n’a jamais été plus divisée”, a déclaré Fadel Gheit, analyste d’Oppenheimer qui a couvert de près l’industrie pétrolière pendant 35 ans.
Le ministre du pétrole du Venezuela a averti que le pétrole pourrait plonger à 25 $ si l’OPEP n’ agit pas rapidement. L’Algérie a appelé à un prix plancher, tandis que le ministre du pétrole de l’Équateur dit que la seule façon d’équilibrer le marché est de réduire la production.

L’ancien gouverneur de la banque centrale du Nigeria Mohammed Sanusi a récemment déclaré à CNN que la décision de l’Arabie saoudite à inonder de petrole les marchés mondiaux est une erreur. “ça ne les aide pas et ça n’arrange personne “, a-t-il dit.

Une révolte qui pourrait détruire l’OPEP

opec1Tout le bellicisme de membres de l’OPEP est à venir avec le groupe qui se prépare pour ce qui devrait être une rencontre délicate à Vienne le 4 Décembre à décider des decisons à prendre en fonction des résultats obtenus. Peu,  parmi les observateurs, attendent l’Arabie saoudite à se conformer aux exigences des autres, mais préparez-vous,avancent-ils, à des feux d’artifice de type verbal.

La dissension profonde menace de détruire l’OPEP, du moins selon ce que nous connaissons.

“Bien sûr, cela est un risque», a déclaré Philipp Chladek, un analyste du renseignement de Bloomberg qui couvre l’industrie du pétrole et du gaz en Europe, au Moyen-Orient et en Afrique.

Saoudiens peu probables de bouger

La chute de 60% des prix du pétrole depuis Juin 2014 a réduit les revenus de l’OPEP de près de 500 milliards $ par an, selon l’Agence Internationale de l’Energie.
Le lundi, l’agence d’information officielle de l’Arabie saoudite a indiqué que le pays est prêt à “coopérer avec tous les pays importateurs et exportateurs de pétrole .”
Mais les commentaires ne donnent pas tous les détails ou le signal d’une nouvelle volonté de réduire la production, et le royaume a fait des remarques similaires dans le passé.
Une source ministérielle saoudienne a affirmé à John Defterios de CNN que les Saoudiens ne bougeront pas si la Russie continue à produire près de 11 millions de barils par jour, le Mexique ne fait pas partie de la non-OPEP équation,et si l’Irak refuse de respecter son quota de l’OPEP.
En d’autres termes, le statu quo semble intact.

Les Saoudiens sont rejoints par de riches voisins comme le Qatar, le Koweït et les Émirats arabes unis. Ces pays ont la capacité de feu financière pour résister au pétrole bon marché – au moins pour quelques années encore.
Les pays du Golfe, en particulier l’Arabie Saoudite, peuvent aussi théoriquement réduire la production. Mais ils craignent que cela ne serait que céder des parts de marché aux États-Unis, la Russie et les pays de l’OPEP rivaux.

Le schiste américain a changé le paysage énérgitiqueopec4

Le vrai changeur de jeu, ici, ont été les États-Unis.
L’OPEP n’a pas vu la révolution de schiste venir et maintenant elle manque d’options attrayantes pour répondre à la surabondance de petrole résultante.
L’OPEP semble également avoir sous-estimé la résilience et la flexibilité du schiste. La décision de l’année dernière de maintenir la production régulière n’a pas mis le schiste hors d’état de nuire. Et les producteurs de schiste restent prêts à augmenter la production dès que les prix s’élévent.
«La technologie de schiste a changé cette industrie pour toujours. Elle ne va pas disparaître. Elle ne peut aller mieux car elle est basée sur la technologie. Le temps n’est pas du côté de l’OPEP”, a déclaré Gheit, l’analyste d’Oppenheimer.
Les Saoudiens aimeraient obtenir des producteurs américains de se mettre d’accord pour arrêter d’inonder le marché en pétrole. Le problème est que l’industrie de l’énergie aux États-Unis, à la différence de l’OPEP, n’est pas un cartel désigné à fixer les prix.
“Il n’y a pas Monsieur Schiste que l’Arabie saoudite peut solliciter. Aux États-Unis, chacun agit de son propre chef”, a déclaré Chladek de Bloomberg.

Traduit de l’anglais par RC

–CNN Marchés émergents éditeur / ancrage John Defterios a contribué à ce rapport.
CNNMoney (New York) Novembre 23, 2015: 15h48 HE

http://money.cnn.com/2015/11/23/investing/saudi-arabia-opec-revolt-oil-prices/

Leave a Reply

Your email address will not be published.