Une première en Algérie/ Un cours sur Yennayer, aujourd’hui, 12 janvier, dans toutes les écoles du pays

yennayerPar Abdou Semmar

L’Algérie se réconcilie, petit à petit, avec sa culture ancestrale et son patrimoine culturel millénaire. Ainsi, demain mardi, un cours sur le nouvel an amazigh, “Yennayer” sera dispensé dans toutes les écoles à travers le pays.

C’est une première dans l’histoire de l’Algérie. Longtemps considérée comme une fête populaire folklorique, Yennayer s’invite désormais dans notre institution éducative et retrouve sa véritable valeur. Ce cours sera organisé par le ministère de l’éducation nationale en collaboration avec le Haut commissariat à l’Amazighité (HCA). Il concernera les trois cycles de l’éducation (primaire, moyen et secondaire) et portera sur les dimensions historique, socio-économique, culturelle, scientifique et environnementale de l’an amazigh, nous apprend à ce propos l’agence APS.

“Ce cours programmé à l’occasion du nouvel an amazigh, célébré le 12 janvier de chaque année, vise à réaffirmer l’engagement du ministère à renforcer la constitutionnalisation de la langue amazighe comme langue nationale et officielle”, explique encore le département de Nouria Benghabrit.

D’autre part, pendant ce cours, les élèves prendrons connaissance de l’importance de cet événement que les Algériens célèbrent selon des traditions et coutumes héritées des ancêtres.

Nouvelle Constitution/Le Tamazight enfin reconnu comme une langue officielle en Algérie

 

2 comments for “Une première en Algérie/ Un cours sur Yennayer, aujourd’hui, 12 janvier, dans toutes les écoles du pays

  1. chahaoui
    January 13, 2016 at 04:05

    Azul
    Je remercie tous les militants de la cause amazighe à travers le territoire national. Aujourd’huit je suis très content de cette constitunalisation officielle et il nous reste beucoup dans l’avenir.
    Cordialement
    Oualid à chaoui
    Khenchela

  2. ouhammou
    January 16, 2016 at 10:26

    Pauvre Mr semmar, il vous faut peu pour être heureux! Les berbères ont payé le prix fort pour le libérer ce pays.
    Aujourd’hui, soixante après, nous heureux qu’on nous jette un os.
    La vérité est que vous vous envoutez de l’amazighité.

Leave a Reply

Your email address will not be published.