Autour de l’interview de Miss Kabylie 2016, notre point de vue

 

miss k

 

 

La bien nommée Tinhinane a été élue Miss Kabylie 2016. Invitée par Dzaïr Tv, le journaliste, l’invite, plutôt par courtoisie, à s’exprimer en Kabyle, elle décline et se dit s’exprimer en arabe, mais finit par opter pour le français. Ce « refusage » un peu inesthétique, il faut l’avouer,  choque une bonne partie du peuple kabyle qui déclenche à travers les réseaux sociaux une avalanche de réactions négatives à son égard allant jusqu’à proposer de la déchoir de sa couronne via une pétition mise en ligne. Les fondamentalistes ont la gâchette rapide et la peau dure, ils habitent dans le noyau de la cause, quand on la touche, leur réaction est nucléaire.

En quoi elle aurait tort ?

Déjà par son nom de famille. Le nom de famille Tartag sonne mal aux oreilles d’un kabyle Lambda. C’est aussi le nom de Bachir Tartag, président du DRS, un département très mal aimé en Kabylie depuis son ancêtre primitif, le MALG. Les services de renseignement algériens ont toujours maltraité la Kabylie en tentant de neutraliser par la force et la torture les forces kabyles qui ont résisté bravement, en bons africains, à leur intégration forcée à un monde arabe situé en Asie.

Dans ce genre de situation, le nom Tartag, sonne pour une bonne partie des algériens, le favoritisme, la corruption, le piston etc…surtout quand on sait que le comité Miss Kabylie ne jouit pas d’une bonne réputation au niveau de la pudeur et des bonnes mœurs. Il lui a souvent été reproché  une quelconque arnaque autour du sexe et des sous. Des anciennes Miss Kabyles ont eu à révéler que derrière ce concours de beauté, se cachent des choses pas belles à entendre. Selon certaines rumeurs, une d’elle s’est vue même proposer un voyage en France en compagnie d’un sénateur hautement coureur de jupon de son état. Elle a refusé et a exigé de partir avec son père et… la suite nous échappe.

En l’absence d’une presse locale qui dénonce l’abus d’autorité de nos élus, la pop culture prend le relai. Dans  nos bars et nos cafés maures on parle de hautes autorités Kabyles qui font fi de toute forme de morale et de responsabilité pour s’enrichir à la vitesse de Chakib Khelil ou de Said Bouteflika, font des “bâtards” à la pelle et envoient leurs victimes vivre cachées en Algérie ou à  l’étranger,  loin des yeux loin du cœur, pour s’épargner le scandale. Opposants de paille, Bouteflika témoins de leur petitesse et de leur faiblesse devant ce qui ne fait pas l’homme, les laisse se discréditer d’eux-mêmes auprès de la population.

Les  noms Tartag de Tinhinane et de Bachir du DRS ont-ils quelque chose de familial à se partager ? Pas forcément. Elle, Kabyle algéroise originaire d’Azeffoun et lui,  chef du DRS, né de son vrai nom Athmane Sahraoui, à El Eulma en 1950, ont  de faibles  chances d’avoir des liens de famille ensemble.

Il est vrai que dans sa façon de décliner l’invitation du journaliste à parler en Kabyle, la manière n’y était pas, elle a répondu de façon brusque comme par allergie. Comme si elle était gênée. Elle avait répondu trop pointue, à l’image d’une rose qui a pointé ses épines plutôt que ses pétales. La réponse de notre beauté n’a pas été rayonnante, elle n’a pas été à la hauteur de son éclat. Sa réponse a été maladroite et a manqué de chaleur et de tendresse. Une chaleur dont le peuple kabyle en a tant besoin pour dégivrer son tempérament de glace causé par 2 millénaires de frustrations ancestrales. Elle aurait dû prononcer une ou 2 phrases du type “Azul Fellawen” et le tour aurait eu une bonne chance d’être joué.

Si cette gêne apparente est dû au fait qu’elle ne parle pas la langue kabyle, ça la dédouane du fait qu’on ne peut rien lui reprocher sur ce point, ce n’est pas de sa faute et c’est naturellement gênant qu’on ne parle pas la langue qui nous a élus. Mais dans le cas où elle parle la langue et refuse de la parler par honte d’être ce qu’elle est et ce qu’elle est censée représenter, alors là c’est  grave ; l’offense qu’elle a engendrée serait justifiée auprès du public. Sinon ce n’est pas de sa faute si le comité Miss Kabylie n’a pas mis le critère de la langue comme critère de sélection.

Etre Kabyle par la langue, ça ne tient pas la route. La langue portugaise ne fait pas du brésilien un portugais, la langue espagnole, du mexicain un espagnol, la langue française, du québécois un français, ou la langue arabe, de l’algérien un arabe. Et que quiconque parmi les berbères qui parlent couramment la langue berbère et qui se sentirait avoir défendu ou en mesure de défendre l’identité et la culture berbères avec autant d’énergie et d’arguments que Kateb Yacine qui ne parlait pas le berbère, qu’il se montre. Les exemples d’Ouyahya, de Benyounes et de Mouloud Kacem n’Ait Belkacem, adeptes rampants du panarabisme pur et dur sont des exemples qui prouvent que parler sa langue ne veut pas dire aimer sa race. Et la réciproque est vraie.

Rachid C

 

 

6 comments for “Autour de l’interview de Miss Kabylie 2016, notre point de vue

  1. Anonymous
    January 22, 2016 at 04:10

    Elle ne merite pas le titre de Miss Kabylie. Je le lui refuse comme elle refuse, par complexe / alienation, de s’exprimer dans la langue de ceux qu’elle represente.

  2. Anonymous
    January 23, 2016 at 15:09

    Premier mot elle n’est pas belle le 2mot elle ne connais pas et elle ne parle pas kabyle le 3 mots la personnalité Zéro la 4mots son nom il est bizard

  3. ouhammou
    January 25, 2016 at 12:52

    Votre article ne tient pas la route. On ne peut pas avoir la prétention de représenter un peuple ou un pays ou une région sans en parler la langue.
    Vous imaginer miss France venant à la télé pour dire je pépère parler en kabyle .
    Vous n’êtes pas sérieux mon pauvre monsieur.

  4. Ahsen Nat Zikki
    January 29, 2016 at 09:06

    Les personnes que vous avez citées n’agissent au nom de la Kabylie et, encore moins, représenter celle-ci. Cette prétendue Miss Kabylie participait à un événement en lien direct avec la Kabylie. D’accord avec quand vous dites que les organisateurs de cette manifestation aurait dû fixer, entre autres critères d’éligibilité la militarise de la langue Kabyle.

  5. MASNES
    February 23, 2016 at 04:16

    ELLE A PARLE´ PLUS EN FRANCAIS QU,EN ARABE . QUELLE DROLE DE PAYS COLONISE´ PAR LES GITANS ASIATIQUES .

  6. idir
    March 29, 2016 at 07:41

    to miss kabylie 2016
    i miss you

Leave a Reply

Your email address will not be published.