Imgan n yeqbayliyen – Plantes de Kabylie

Proposé par l’auteur, Saïd Zidat

Ouvrage publié en avril 2016 et disponible en Europe et en Amérique du nord via le site http://imghantensawt.lu .

Le devoir de mémoire afin de préserver la langue et la culture amazighes, l’utilisation de l’écriture tamazight dans des domaines scientifiques divers et la transmission de notre patrimoine oral par un écrit accessible à toutes et à tous, telles sont les motivations qui ont conduit à la publication de « Imgan n Tensawt  – Plantes de Kabylie» par Saïd Zidat.

plantes de kabylie

Cet herbier imagé avec un lexique en kabyle-français-latin d’environ 200 plantes et plus de 450 photos pour aider à les reconnaître est probablement le premier dans son genre. Un texte en kabyle et en français accompagne chaque plante précisant sa localisation géographique et de nombreuses utilisations culinaires ou médicinales connues. Quelques recettes de cuisines avec des plantes sauvages sont également proposées et chaque page est illustrée d’un signe ou motif berbère complétée d’un index de leurs significations.

Les ouvrages et publications sur les plantes de Kabylie comportant un lexique en kabyle sont peu nombreux et sont pour la plupart, anciens. Les publications du 19ème siècle sont vraiment exceptionnelles et plus particulièrement celles de Letourneux (1871) de Trabut (1890). Elles sont d’autant plus remarquables que les plantes sont identifiées avec des taxons précis, avec les indications sur le lieu géographique et les noms utilisés par les autochtones. Dans le cas de Trabut, les noms en kabyle, touareg et arabe populaire sont aussi indiqués. Les Pères Blancs ont également contribué à la sauvegarde des connaissances kabyles des plantes, quoique de façon plus modeste, en comparaison aux ouvrages des botanistes cités ci-dessus. Il n’empêche, la publication de JM Dallet (1963) dans le fichier de documentation berbère rend un véritable hommage à la relation qu’ont les villageois kabyles avec la nature qui les entoure.

Plus récemment, Omar Kerdja et Mohand Aït Youssef ont apporté de précieuses contributions salutaires s’agissant de recueillir des témoignages de personnes ayant encore une connaissance des plantes. On peut aussi citer « l’encyclopédie de plantes utiles » de Farid Baba Aïssa (2011) écrite en français mais donnant les noms vernaculaires en arabe (et pour un certain nombre ce sont en fait des noms kabyles).

L’engouement pour le thème des plantes est visible par le nombre de blogs proposant des lexiques. Ceux-ci  se limitent généralement à l’utilisation de noms vernaculaires en kabyle et en français, ce qui ne permet pas d’accéder à l’identification précise des espèces en question. Ces lexiques ont par contre le mérite d’exister, de représenter les parlers de diverses régions de Kabylie et d’attirer l’attention du grand public.

Mon expérience personnelle – tout novice que je suis dans le domaine de la botanique au sens scientifique du terme – a été le révélateur de l’importance de beaux ouvrages imagés pour accompagner ma formation. Mettre à disposition dans toutes les librairies et bibliothèques cette étude– aidera à l’éducation et à la sensibilisation du plus grand nombre à la nature, et donc, à sa préservation.

Ce livre conçu, édité et diffusé de façon militante peut être commandé via le site imghantensawt.lu – en Europe et en Amérique du nord pour l’instant -.Si vous êtes une association, une librairie ou une tout autre entité, ce thème peut accompagner vos événements. N’hésitez pas à contacter via le site imghantensawt.lu ou directement par courriel à imghantensawt@innexsys.lu

Saïd Zidat

 

Leave a Reply

Your email address will not be published.