100e anniversaire de Cécilia Bergeron, la grande soeur de l’Algérie

Par Martin Archambault pour KU

cecilia-bergeron-logoCécilia Bergeron la grande Sœur de l’Algérie. Le 20 août dernier, 75 personnes, familles et ami(e)s du Québec, du Saguenay, du lac St-Jean, de l’Algérie, surtout de la Kabylie, se sont données rendez-vous dans un restaurant du nord de Montréal au Canada. Tous étaient réunis pour souligner le centième anniversaire d’une femme hors du commun; sœur Cécilia Bergeron. Décembre 1945, elle quitte New-York pour l’Europe, à bord du bateau Argentina avec les Sœurs Blanches d’Afrique, destination l’Algérie. Elle ne reviendra la première fois pour voir les siens, qu’en 1970. En tout, c’est 49 années de sa vie qu’elle consacrera aux populations de la Kabylie, dans le nord de l’Algérie. Son attention sera surtout portée à l’éducation des jeunes filles, puis elle soignera les blessés et les malades lors des conflits. Une petite sœur de l’Algérie, qui a pratiquement donné sa vie pour ceux et celles qu’elle chérie tant. Même la Guerre de libération nationale en 1954 ne l’a pas découragée. Elle tenait à rester auprès ce ceux et celles qu’elle aimait tant. Une seule ombre au tableau lors de cette célébration de l’amour et du don de soi… L’absence inexpliquée de représentants du consulat et de l’ambassade d’Algérie. Personne de présent, même pas un mot… Pourtant, ceux-ci ont été contactés et invités dès la fin mai.

saliha1

Notre collègue, Saliha Abdenbi, et Sœur Cécilia à la maison des sœurs, en juin 2016

J’ai d’abord écrit au Consul M. Abdelghani Cheriaf et à son adjoint, M. Chabane Berdja. Les délais de réponses aux courriels étaient longs, ils demandaient plus et encore plus d’information sur sœur Cécilia et le comité organisateur. Je me suis donc tourné vers l’ambassadeur à Ottawa, M. Hocine Meghar avec qui j’ai pu parler au téléphone. Il voulait en savoir encore davantage, mais à mon avis, il n’y avait rien de plus à ajouter. Il m’a confié avoir lu une entrevue avec sœur Cécilia, parue dans Kabyle Universel, pour mieux connaître la centenaire. Un point a semblé l’irriter: “Je pense que j’ai une tendance vers les Berbères. Je crois que j’ai beaucoup aimé les Berbères. Je pense que j’avais plus tendance vers les Berbères qu’avec les Arabes. Peut-être parce que j’étais avec eux, j’ai enseigné aux élèves. Je ne sais pas. Je ne suis pas restée à Alger, j’ai plus été en Kabylie.”

Est-ce pour cette raison que les autorités algériennes en sol canadien ont brillé par leur absence? J’ose espérer que non! Une adresse, une plaque ou une gerbe de fleur auraient été la moindre des choses pour souligner l’immense travail de cette grande dame. “Par le peuple et pour le peuple”. Vraiment? Quoi qu’il en soit, c’est en grande partie grâce à toutes ces femmes et ces hommes de cœur, si des milliers d’Algériens ont pu recevoir éducation et soins de santé pendant ces années troubles. À ces missionnaires partis au bout du monde, parfois au péril de leur vie, je me lève debout et je leur dis MERCI, du plus profond de mon cœur.

Martin Archambault

1 comment for “100e anniversaire de Cécilia Bergeron, la grande soeur de l’Algérie

  1. Rachid Tazoulti
    October 1, 2016 at 12:46

    Les Algériens à l’étranger sont orphelins de leur État.

    Bonjour,

    Pourquoi, vous étonnez vous de l’absence des autorités diplomatiques et consulaires de l’Algérie ?

    Ils n’ont ni été présents ni honorés des femmes et des hommes parmi les plus érudits de l’Algérie : Assia Djebbar, Mohamed Dib, Mouloud Mammeri, Mohaemd Arkoun, Kateb Yacine… et j’en passe pour ne citer que celles et ceux qui été encore vivants jusqu’à des dates récentes… je ne souligne même pas les scientifiques et autres experts qui œuvrent avec succès auprès de tous les pays du monde.

    Il faut savoir que pour être présent à une quelconque cérémonie honorant une Algérienne ou un Algérien il faut au minimum une demi dizaine d’autorisation : ministère des affaires étrangères, ministère de l’intérieur , service de renseignements, gendarmerie nationale, sûreté nationale, au moins deux partis politiques de la ”majorité présidentielle) et présidence de la république…

    Il ne faut pas en vouloir aux diplomates et autres officiers consulaires, ils sont aux ordres.

Leave a Reply

Your email address will not be published.