Islam: La modernité ou la marginalité

L’islamologue français Soheib Bencheikh invite les musulmans à vivre leur religion en phase avec l’époque.

Soheib bencheikh: L’ancien mufti de Marseille est au Québec dans le cadre du Festival du monde arabe.

Soheib Bencheikh: L’ancien mufti de Marseille est au Québec dans le cadre du Festival du monde arabe.

Il est connu en France pour ses positions libérales. Et c’est au Québec que l’islamologue et ancien mufti de Marseille Soheib Bencheikh arrive cette semaine pour répandre son prêche : l’islam, dit-il, doit se moderniser pour éviter la marginalisation. Il invite par la même occasion les non-musulmans à ne pas nuire à sa nécessaire sécularisation en acquiesçant aux revendications les plus extrêmes.

 

Dans le cadre du Festival du monde arabe, Soheib Bencheikh a été invité par la Coalition laïcité Québec et le groupe Pour le droit des femmes Québec (PDF). Il prononcera la conférence Femmes : le défi de l’islam au XXIe siècle mardi soir à Montréal et mercredi à Québec. Il participera aussi à un débat sur le concept d’islamophobie samedi à l’UQAM.

 

En entrevue avec Le Devoir lundi, M. Bencheikh explique que l’islam est à la croisée des chemins : « Ou il peut être en phase avec le siècle et épouser son temps, ou il peut être un élément qui retarde et devient un obstacle à l’épanouissement individuel et collectif. » Cette croisée des chemins s’incarne brutalement dans les multiples foyers de violence qui éclatent dans le monde et au coeur desquels se trouvent les diverses déclinaisons de Daech. « Cette violence est l’expression de l’incapacité de convaincre », analyse-t-il.

 

Une chose privée

 

Selon M. Bencheikh, l’islam est aujourd’hui tiraillé de la même manière que la chrétienté l’a été au XIXe siècle entre les cléricaux et les tenants d’une laïcisation des institutions publiques. L’islam doit accepter à son tour qu’il n’est qu’« une religion parmi d’autres », qu’il est une « interrogation et non une affirmation », il doit embrasser la « privatisation de la foi » et la sécularisation qui est « un renoncement au pouvoir politique, au pouvoir de dicter sa norme ». Cette sécularisation « s’est faite contre l’Église », rappelle l’islamologue, et pourtant « le christianisme n’a pas perdu son âme ». Il y a donc matière à enseignement pour l’islam selon lui.

 

Pour Soheib Bencheikh, un obstacle se dresse contre cette sécularisation : les Occidentaux non musulmans bien pensants. En défendant le droit des éléments les plus réactionnaires d’imposer leur interprétation de la religion, cet Occident tout pétri de bonnes intentions — et armé de chartes en tout genre — sape la lutte que mènent à l’interne les éléments plus progressistes de la communauté musulmane. L’intellectuel en veut pour preuve le débat sur le voile.

 

« Bien sûr, il faut accorder les libertés à tout le monde, notamment s’il s’agit de la liberté de conscience. Mais est-ce que le voile, la burqa, le niqab est un problème de conscience et de spiritualité ? Ne s’agit-il pas plutôt de l’étendard avant-gardiste d’une idéologie conquérante qui utilise les libertés offertes en Occident — laïcité, liberté religieuse, etc. — comme un cheval de Troie pour s’imposer peu à peu ? »

 

Il note que les islamistes ont, à cet égard, enregistré des victoires, notamment la normalisation du hidjab, ce voile soft qui cache seulement les cheveux. « Je me souviens qu’au début des années 1990, on ne parlait que du voile. Aujourd’hui, on parle du niqab et du voile intégral. […] Le voile est passé. Il est banalisé. Il y a même des femmes occidentales épanouies qui en prennent la défense au nom de la liberté. Elles disent “libre à la femme de se voiler, de s’enfermer et de rester arriérée”. C’est contradictoire, comme discours. »

 

Il conclut que les musulmans, qui en sont à la troisième ou quatrième génération en France, se sécularisent, mais que leur islam « se voit menacé, intimidé, incriminé par une minorité islamiste qui a inventé ses outils avec l’aide d’un certain libéralisme altermondialiste occidental, et qui met en doute tout ce travail générationnel ». Il donne l’exemple de sa fille. « Parce qu’elle ne porte pas le voile, elle est vue par ses coreligionnaires comme étant moins musulmane. Le paradoxe, ce qui est vraiment cocasse, c’est que, même aux yeux de certains non-musulmans, elle passe comme n’étant pas fidèle à ses racines… »

 

Soheib Bencheikh a étudié la théologie islamique à Alger et au Caire et a finalement obtenu un doctorat en Religions et systèmes de pensée à la Sorbonne. Il a été nommé mufti (interprète officiel de la loi musulmane) de Marseille par l’Institut musulman de la Grande Mosquée de Paris en 1995, poste qu’il a occupé 10 ans. Il met en garde contre la lecture littérale des textes religieux. Selon lui, le port du voile par les musulmanes procède d’un « littéralisme dangereux ». Dangereux, vraiment ?

 

À son avis, si l’on accepte qu’une lecture stricte du Coran puisse commander le port d’un vêtement, alors on doit accepter que cette même lecture en pousse d’autres à la violence. « Si on prend le texte fondateur de l’islam et on l’applique, on ne doit rien reprocher à Daech ! Alors, soit on combat une lecture littéraliste parce qu’il s’agit d’une convention d’un siècle qui n’est pas le nôtre, et qu’au nom de l’intelligence et de l’humanité, on fait face à cette lecture conquérante et dangereuse, soit on doit reconnaître qu’eux [Daech] sont plus musulmans que les autres ! »

 

Emprisonnés

 

Le penseur en a aussi contre le terme d’« islamophobie ». « Je ne suis pas à l’aise avec ce néologisme parce qu’on a le droit d’avoir peur d’une philosophie, d’une idéologie, d’un système intellectuel. » On peut donc être contre l’islamisme sans en vouloir aux musulmans, explique-t-il.

 

Ces accusations d’islamophobie nuisent à la prise de parole. « Je remarque que les non-musulmans ont peur de parler de l’islam parce qu’ils ne veulent pas froisser, gêner, blesser la foi ou la sensibilité religieuse des musulmans. Mais c’est une mauvaise vision des choses. » Il rappelle que « l’islam n’est pas la propriété des musulmans » : il est un fait de l’histoire, une religion offerte à l’humanité. « Donc libre à cette humanité entière de l’accepter, le refuser, de le critiquer. »

Dans Le devoir du 05 novembre 2016

2 comments for “Islam: La modernité ou la marginalité

  1. lefennec
    November 6, 2016 at 12:04

    L’islamologue français Soheib Bencheikh, en bon penseur politiquement correct, prend les occidentaux pour des naïfs ou des demeurés. Il leur offre de belle paroles à boire sans modération. Écoutons-le:

    ” il est un fait de l’histoire, une religion offerte à l’humanité. « Donc libre à cette humanité entière de l’accepter, le refuser, de le critiquer. »”:

    – Il est un fait de l’histoire: Laquelle ? Celle des arabes Koreichite ou celle des peuples soumis?
    – une religion offerte à l’humanité: Vous voulez dire imposée par le khinjar à l’humanité.
    – « Donc libre à cette humanité entière de l’accepter, le refuser, de le critiquer. »: L’humanité a-t-elle réellement le choix?

    L’islam ne se résume pas au hidjab ou Djelbab encore moins à la barbe. C’est sa matrice idéologique qui découle de la profonde et lointaine culture moyenne- orientale qui est un danger pour l’humanité qui ne lui donne aucune chance ni le droit au choix. C’est son système “maitre-esclave” qui fait de l’humanité des infra-humains des esclaves éternels.

    D’abord clarifier la confusion: S’agit-l de l’islam Mohamedien ou l’orthodoxe des Abbassiens? La question qui se pose: l’islam (Mohamedien ou l’orthodoxe des Abbassiens), et par extension les religions monothéistes, peut-il encore légiférer et régler la vie de l’humanité quatorze siècle après sa venue au monde?

  2. AZAMUL
    December 25, 2016 at 07:54

    Le tournant intervient au début du XVIe siècle, en 1502, précisément, quand Ismaïl prend le pouvoir en Perse, fonde la dynastie des Safavides et proclame le chiisme religion d’Etat. Un choix très politique. Un empire se crée, face à un autre, celui des Ottomans. Le premier est duodécimain, le second sunnite. Selon Sabrina Mervin :
    Les Safavides ont adopté le chiisme certainement pour se démarquer des Ottomans.”
    Très vite, leurs armées se combattent. Mais ces guerres opposent davantage des souverains que des peuples ou des croyances. Et, durant les siècles suivants, la frontière entre les deux empires “est l’une des plus stables du monde musulman”, rappelle l’historien Jean-Pierre Filiu. Elle correspond à peu près à celle qui sépare actuellement l’Iran de l’Irak.

Leave a Reply

Your email address will not be published.