Grève des commerçants : Scènes d’émeutes à Béjaïa

 

 Une grève générale des commerçants a pratiquement paralysé, hier, le chef-lieu de wilaya et des communes où l’écho d’une grande mobilisation était parvenu.

Dans des quartiers populaires de la ville de Béjaïa, rares sont ceux qui n’ont pas suivi le mot d’ordre au début de la matinée avant de le faire par «solidarité» avec leurs collègues. La paralysie a été presque totale et l’appel public à «la vigilance» de l’Union générale des commerçants et artisans algériens (UGCAA), qui s’en est démarquée, n’a pas fait le poids.

Un appel anonyme qui a fait son chemin depuis quelques jours sur les réseaux sociaux a réussi à fédérer l’essentiel de ce que compte Béjaïa comme commerçants de détail et de gros. Une grève générale a pratiquement paralysé, hier, tout le chef-lieu de wilaya et nombre de communes où l’écho d’une grande mobilisation nous est parvenu. Dans certains quartiers populaires de la ville de Béjaïa, rares sont ceux qui n’ont pas suivi le mot d’ordre au début de la matinée avant de le faire par «solidarité» avec leurs collègues.

La paralysie a été presque totale et l’appel public à «la vigilance» de l’Union générale des commerçants et artisans algériens (UGCAA), qui s’en est démarquée, n’a pas fait le poids. La grève a installé un calme précaire, qui a vite cédé sous l’explosion d’une émeute qui a éclaté en début d’après-midi et qui a pris de l’importance au fil des heures. Vers 15h30, les manifestants ont réussi à renverser l’un des deux fourgons de la police engagés dans l’action et avec lequel ils ont barré la route au quartier Nacéria.

C’est à ce niveau, soit à deux pas du siège de la wilaya, que l’émeute a été la plus virulente. Le forcing de centaines de jeunes manifestants a poussé les forces antiémeute vers l’impasse. Celles-ci ont dû appeler en renfort leurs autres brigades stationnées à l’intérieur du siège de la wilaya. Dans leur avancée et aux assauts à coups de bombes lacrymogènes, elles ont arrêté quelques manifestants cueillis par des policiers en civil. Ce qui a accentué la détermination de la foule.

Tout a commencé avec un foyer de tension très vive qui est né dans le quartier populaire d’Iheddaden vers la fin de la matinée. Des jeunes du quartier s’y sont rassemblés pour donner un prolongement à l’atmosphère délétère née dans le sillage de la grève générale qui a fait respecter le mot d’ordre de ville morte à des proportions importantes. Le groupe est rejoint progressivement par des jeunes habitants d’autres quartiers.

La tension est vite montée et un bus de l’entreprise de transport urbain a été pris pour cible et a fini ravagé par les flammes. On a mal accepté que les transporteurs n’aient pas donné suite une favorable à l’appel à la grève. Dans la foulée, le mot d’ordre de marcher vers le siège de la wilaya est vite adopté dans l’urgence à la simple proposition d’une voix anonyme qui s’est élevée de la foule. La marche est improvisée et une nuée de motos l’a devancée et a ouvert la voie dans un cortège de colère.

La foule reprend les slogans entonnés contre le quatrième mandat de Bouteflika. Elle lance volontiers à tue-tête des slogans anti-pouvoir, ne ménageant ni le chef de l’Etat, ni le Premier ministre. Des «atteintes aux symboles de l’Etat» ont fusé en chœur, n’ayant cure des menaces de l’article 144 bis du code pénal. A leur passage, des bacs à ordures, des poubelles, et d’autres objets traînant sur les trottoirs sont jetés au milieu de la chaussée.

Toute personne parmi les passants qui tentait de prendre des photos est sommée de ranger son téléphone portable sur le champ. Ceux qui ont pris des photos à partir de leurs balcons ont été pris à partie à coups d’insultes ou de pierres. Des précautions ont été prises pour éviter les arrestations de l’après-émeute. Echaudés par les mauvaises expériences du passé, certains se sont couverts le visage avec des cagoules.

«On ne peut pas à la fois se serrer la ceinture et…»

La déferlante humaine a fondu sur le CFPA Lakhal Younès et a réussi à ouvrir son portail, y accéder et exigé qu’on le vide de ses occupants. L’objectif était clair : voir tout le monde en grève. Les quelques commerçants qui ont gardé leurs échoppes ouvertes, y compris des pharmacies, ont fermé dans la précipitation à mesure que les marcheurs arrivaient.

La police, qui a eu certainement vent de l’éclatement de colère à Iheddaden, a pris ses positions sur le boulevard des Aurès avec deux fourgons de CNS pour tenter de prendre en sandwich les manifestants ou de les détourner de leur destination vers le siège de la wilaya, où un renfort important attendait les ordres. Jusqu’au moment où nous rédigions ce papier, vers 18h, les émeutes continuaient au niveau du quartier Dawadji.

Le face-à-face policiers/manifestants se déroulait à deux pas de la cité CNS, où deux banderoles étaient accrochées sur la rampe. Sur l’une d’elles, on pouvait lire depuis quelques jours déjà : «On ne peut pas à la fois se serrer la ceinture et baisser son froc.» La deuxième portait cette inscription : «Non à la loi de finances 2017». Les manifestants se sont emparés de celle-ci et l’ont brandie à la face des policiers. Ailleurs dans la wilaya, la grève a été suivie et son taux a atteint allègrement les 80%, selon les échos que nous avons pu avoir.

A Tichy, une source locale nous apprend que des jeunes ont coupé la route à la circulation au niveau de Baccaro pour amener les bus qui ont assuré leurs dessertes habituelles de rejoindre la grève. A Sidi Aïch, la RN26 a aussi été bloquée à la circulation. Ce qui a causé un encombrement énorme sur la voie qui passe par la ville, où des jeunes ont pris d’assaut le commissariat de police après avoir fermé un peu plus tôt le portail de la daïra. Aux manifestants se sont mêlés des demandeurs de logement qui sont allés réclamer à l’occasion qu’on publie la liste des souscripteurs.

A Tazmalt, à l’extrême sud de la wilaya, on a tenté aussi de fermer la route en brûlant des pneus. Pendant ce temps-là, vers 14h30, le bureau de wilaya de l’Ugcaa s’est réuni en une assemblée générale extraordinaire pour débattre de la situation qui a ainsi dégénéré, à leur grande surprise. Pour leur coordinateur, Samir Mamas, la grève a été suivie au départ à «50%». «La moitié des commerçants ont ouvert.

On s’attendait à un retour à la normale à partir de midi, mais vers 13h, ils ont été obligés de fermer par peur de représailles» déclare-t-il à El Watan. «On a créé un climat de psychose», dénonce-t-il. La réunion d’urgence est sortie avec la résolution d’aller jusque dans les quartiers pour «sensibiliser les commerçants à ouvrir». De la sorte, l’Ugcaa dit espérer faire revenir le calme à partir d’aujourd’hui. A l’heure où nous mettons sous presse, les émeutiers ont saccagé le siège de la banque BNP Paribas et celui de la direction de l’éducation nationale.

http://www.elwatan.com/actualite/greve-des-commercants-scenes-d-emeutes-a-bejaia-03-01-2017-336367_109.php

2 comments for “Grève des commerçants : Scènes d’émeutes à Béjaïa

  1. alhif-n-wen.
    January 10, 2017 at 08:17

    Depuis 1954, ça se passe toujours en Kabylie, ailleurs tout va bien……!!!
    Depuis 1962 à chaque fois que les Janissaires d’Alger veulent régler leurs problèmes de succession ils choisissent la Kabyle comme terrain d’affrontement, souvenez vous de CAP SIGLI….. !!!
    Certains Kabyles, à ce jour n’ont rien compris, c’est dommage…!!!

  2. kamel
    January 19, 2017 at 00:08

    http://stopmensonges.com/le-monde-est-devenu-fou-reveillez-vous/ visitez ce site donc ils creent des lois,la loi des finances n’arrange pas le peuple mais le detruit,c’est la loi du crime directe,ils ont ferme des boutiques a des milliers d’algeriens,et ils continuent de fermer .mais ils n’ont pas ferme la boutique des vaccins qui ont rendu des millions d’enfants algeriens autistes .

Leave a Reply

Your email address will not be published.