Mohand Belkacem: Le Kabyle, langue de technologie et d’avenir

From: Amroun Omar

Je suis membre de l’association culturelle Tiewinin de Bouzeguene, nous organisons un café littéraire,je vous envoie ce compte rendu de la conférence de Mohand Belkacem, et je voudrais bien contribuer avec des articles gracieusement et merci.              

S’il y’a l’ordre national du mérite ou un prix œcuménique à décerner pour mérites distingués rendus à son pays, son humanisme et son attachement à sa langue et à sa culture, ce prix ne serait guère décerné à un religieux, à un homme de lettres ou à un politicien, mais bien à Mohand Belkacem, ingénieur en systèmes informatique, ESI, et consultant technico-fonctionnel, il devrait en toute logique être l’heureux récipiendaire.

Lors de sa conférence pédagogique, très académique, bénéfique pour la langue et la culture Kabyles, donnée lors du café littéraire de Bouzeguene, dans son long exposé, il a démontré que  la langue Kabyle est une langue de technologie, vivante pouvant rivaliser avec les autres langues telle que l’anglais, le français, le mandari. Malgré que notre langue souffre du mépris du pouvoir Algérien, ses moyens limités et l’ostracisme à son égard , le Kabyle est une langue de technologie et d’avenir.

L’énormissime et titanesque  travail de Mohand Belkacem consiste à mettre et à traduire tous les logiciels et les moteurs de recherche et à s’occuper quotidiennement de leur mise à jour. Firefox est un navigateur Web de Mozilla. Ce dernier a accepté qu’il soit traduit en Kabyle. Notre chercheur a ciblé Mozilla car il est le leader mondial de standardisation des technologies du Web. « On ne cible pas aléatoirement, nous pourrons aller vers d’autres technologies et conquérir d’autres systèmes d’exploitations également » lâche t-il.

La tâche est immense. Par ce travail, le chercheur a imposé le respect dans le monde entier pour la langue Kabyle. Il travaille sans relâche pour que le Kabyle soit omniprésent et intégrera à fond les nouvelles technologies « il s’agit de contenu Web purement technique  ne parlant que les langues techniques, et le tout est en Kabyle », disait-il. C’est-à-dire qu’on peut enseigner à l’université le développement Web en Kabyle devenu désormais une langue performante.

Pour lui, le choix de la transcription ne se pose même pas : c’est inéluctablement le caractère latin qui sera utilisé et c’est un choix judicieux, « le temps est précieux, nos aînés (de Boulifa à Mammeri) ont toujours écrit en caractère latin, qui est un gage d’avenir pour l’évolution et pour aussi concurrencer d’autres langues. Selon Mohand Belkacem, dans le rapport de la santé de la langue (Health report), il y’a 70 langues utilisées dans Mozilla, dont la dernière mesure, Taqbaylit est arrivé à 97,98%. La langue Kabyle rivalise avec le français, l’italien, l’espagnol ( les langues latines) et dépassone largement le catalan, le basque et l’écossais. L’arabe fait défaut et est absente de ces outils.

La mondialisation oblige une bonne relation avec la langue anglaise, et sert souvent à faciliter une interaction entre interlocuteurs d’autres langues. Pour lui, le combat des langues dans les nouvelles technologies est un acte salvateur et, surtout, sa croissance dans le domaine technique et du savoir rend la langue plus pertinente, vivante donnant a la langue sa place dans le combat des langues : l’émergence de la langue Kabyle dans l’utilisation de Firefox (Mozilla et MDN…) en est un bon exemple. Si ce n’était le manque de financement et de prise en charge sérieuse et effective par le pouvoir Algérien, la langue Kabyle pourrait aisément devenir capable d’intégrer les outils techniques, et d’être utilisée dans tous les secteurs de la vie publique(mairies, écoles, entreprises…).

« Nous avons privilégié les emprunts à l’anglicisme car tout se fait en anglais et une langue qui n’emprunte pas de lexique technique est considérée comme morte », résume t-il. Il a évoqué les contraintes qu’il rencontre, d’autres défis à relever, d’abord les emprunts, les néologismes puis rassembler tous les ouvrages (numérique et papiers), il a aussi parlé d’autres contraintes à savoir la profusion de dictionnaire multiples de faibles couvertures lexicales, problème de collaboration entre chercheurs et linguistes « Je passe plus de temps à chercher l’origine des mots et des termes que sur le plan technique » se désole t-il.

Pari réussi pour un informaticien philantropiste, ambitieux et passionné : cibler les futures générations car ils vont principalement se connecter à Firefox Kabyle, le Kabylisme gagnera et s’ ancrera davantage dans la société Kabyle et ainsi freiner l’assimilation. Nous saluons le génie d’un homme pour son dévouement  à  sa langue et à sa culture.

Amroun Omar

Leave a Reply

Your email address will not be published.