Un cimetière et un don de 50 000 dollars de la mairie de Québec pour ceux qui pratiquent l’exclusion

Par Racid At Ali uQasi

Hommage des premiers ministres canadien et québécois, maires de Montréal et de Québec devant les cercueils des 3 victimes d’origine nord africaine, drapés de drapeaux non canadiens.

 

Deux imposantes funérailles nationales ont été organisées aux victimes de l’attentat du Centre culturel islamique de Québec qui a eu lieu le dimanche 29 janvier 2017. L’une s’est déroulée à l’aréna Maurice Richard de Montréal le jeudi 02 février et l’autre a eu lieu au Centre des Congrès de la ville de Québec le lendemain vendredi 03 février. Plusieurs personnalités politiques et religieuses ont partagé leur réaction, à la suite de cette semaine chargée en émotions.

J’ai pratiquement été très touché et bouleversé par ce qui est arrivé aux familles des 6 victimes de la tuerie de Québec, dont deux que je considère très proches, étant kabyles comme moi. J’ai assisté à la cérémonie funéraire de Montréal et j’étais bouleversé de ce que j’ai pu voir. Ce dont j’ai relaté avec force détail au journal Le Matin DZ et que voici :
http://www.lematindz.net/news/23257-manipulations-ideologiques-autour-des-funerailles-des-victimes-de-la-tuerie-de-quebec.html
Cependant permettez-moi de mettre l’accent sur deux points qui m’ont bouleversé encore plus.
1. D’abord j’ai vu que la mairie de Québec, après avoir décidé d’accorder une parcelle de terrain en guise de cimetière aux musulmans, vient de décider d’octroyer la coquette somme de 50 000 dollars à la Mosquée de Québec. L’initiative pourrait être saluée si elle ne soulevait pas déjà un certain nombre de questions. D’abord, il y a lieu de savoir à qui est destiné cet argent ? Si c’est pour la mosquée de Québec, cela nous pousse à nous interroger sur cet argent public. A quoi va-t-il servir? Cette mosquée en a-t-elle vraiment un besoin urgent ou la mairie veut acheter un « pardon », voire le silence des concernés?

Si toutefois cet argent a pour objectif d’aider les familles des victimes, l’initiative est sans nul doute louable. Cependant, on est en droit de se demander en quoi cette mosquée est-elle plus habilitée à partager cet argent plus que les services concernés de la mairie de Québec?

Enfin, reste la question du financement des mosquées. En la matière il y a lieu de soulever l’exemple de la France où de nombreuses mosquées sont financées par des dons d’étrangers, voire de pays comme l’Arabie saoudite, le Qatar, le Maroc, l’Algérie, la Turquie… Certains lieux du culte dispensent un islam rigoriste, celui du wahhabite d’Arabie saoudite entre autres. De fait, ils sont de véritables écoles de jihadisme et de l’extrémisme religieux. Cependant les autorités françaises ont compris leur erreur. En dépit des lenteurs, des mesures fermes sur le contrôle des financements sont en train d’être mise en place. Ne tombons pas dans les erreurs commises ailleurs ! Tirons les leçons plutôt pour éviter que des pans entiers de la société canadienne soient traversés par des fractures idéologiques.

2. Dans leurs discours, les organisateurs des deux cérémonies funéraires, de Québec et de Montréal, demandent l’INCLUSION des communautés au sein de la société québécoise. Or, le comble est que:
– Les organisateurs eux-mêmes pratiquent l’EXCLUSION des autres par le biais de l’imposition de la langue arabe unique qui n’est pas la langue maternelle de deux victimes Kabyles. Ce qui explique le non-respect des deux victimes kabyles et de leurs familles. La moindre des choses est de permettre à leurs proches de prendre la parole en langue kabyle comme ça se fait dans leur terre natale en Kabylie. A rappeler que la langue kabyle fait partie des langues qui constituent la langue mère de l’Afrique du nord dite le « Tamazight » ou le « Berbère ». Nous pouvons aussi supposer que celle-ci est la langue originaire de 2 autres victimes de la tuerie de Québec; un tunisien et un marocain.
– L’excuse selon laquelle les organisateurs doivent utiliser les langues nationales et officielles des pays d’origines des victimes ne tient pas la route car l’Algérie est depuis 2016, et le Maroc depuis 2011 sont des pays officiellement bilingues ou tamazight est également langue nationale et officielle à côté de l’arabe.

Les organisateurs avaient ainsi pratiqué volontairement l’exclusion de tamazight malgré la reconnaissance officielle de tamazight comme langue nationale et officielle en Algérie et au Maroc. Ce qui est clair, c’est que les organisateurs en question ont pratiqué bel et bien de l’EXCLUSION volontairement. De plus, les organisateurs en question avaient exclu purement et simplement certains proches de l’une des victimes Kabyles pour ne pas prendre la parole en langue Kabyle.

Plusieurs personnalités politiques canadiennes et québécoises ont pourtant fait leur discours dans les deux langues officielles du Canada, y compris le premier ministre Québécois Philippe Couillard, sachant que seul le français est langue officielle au Québec.
Par le biais de ce message, nous voulons :

1. En tant que communauté kabyle, et à plus large échelle amazighe (berbère) très importante notamment à Montréal et Québec, dénoncer cette EXCLUSION de la langue kabyle au moment de recueillement et d’hommage aux victimes de l’attentat de Québec.
2. Interpeller les pouvoirs publics de cesser d’utiliser les deniers publics pour appuyer ou financer des projets à caractère religieux dont on ne connait pas la finalité et surtout qui sèment l’EXCLUSION.

Racid At Ali uQasi
Citoyen canadien
08 février 2017

3 comments for “Un cimetière et un don de 50 000 dollars de la mairie de Québec pour ceux qui pratiquent l’exclusion

  1. Kaci
    February 12, 2017 at 09:08

    denoncer ne mene a rien sans action parallel; les communautes Kabyle ont beaucoup a apprendre des autres communauyes si seulement on pouvait trouver des gens qui ecoutent les bon conseils. Helas une tres faible minorite qui n’as malheureusemnt pas de moyens.

  2. Houari Boumedienne
    February 13, 2017 at 18:39

    Le défunt Abdelkrim Hassane qu’Allah l’accueille dans son vaste paradis parlait Arabe et envoyait ces 2 filles à l’école Arabe toutes les samedis.
    Je ne sais pas pourquoi tu insistes à te faire ridiculiser à travers ce bruit on essayant d’avoir certains gains de façon ignoble alors que toi et les misérables qui te coutoient avez échoué à les obtenir de façon légitimes.

  3. Sam
    April 3, 2017 at 10:56

    J’aime bien la mention “citoyen canadien” 🙂 va le dire à Trump que tu es canadien, il va péter de rire 🙂

Leave a Reply

Your email address will not be published.