Kabyles hadra

Les Kabyles hadra , en arabe algérien : qbayel el hedra sont l’ensemble des montagnards arabophones du Nord-Constantinois parlant un ancien dialecte arabe sédentaire. Les Kabyles Hadra d’origine Berbères Sanhadja et Kutama se sont par la suite arabisés et mélangés aux Arabes installés dans la région.

On les retrouve donc dans les montagnes de la Wilaya de Jijel, le nord de la Wilaya de Mila et la Wilaya de Skikda.

Les Kabyles hadra, ne doivent pas être confondus avec le peuple aujourd’hui appelé Kabyles : et cela, bien qu’ils aient le même patronyme, ils ne forment pas un groupe homogène et sont donc deux populations différentes. En effet, le nom “Qabaïl” qui signifie “les Tribus” en arabe, a ensuite été francisé en “Kabyle” à l’époque de la colonisation Française et il ne se rapportait pas à une population en particulier mais il était employé à l’origine pour désigner toutes les populations du Maghreb qui vivaient en tribus ou bien les habitants sédentaires des montagnes, ce terme a ensuite été restreint à une population en particulier. Il faut aussi noter qu’une partie des Kabyles hadra des Babors (Ziama Mansouriah, Erraguen) ont une origine commune avec certaines tribus de l’Est de la Petite Kabylie, eux aussi situées dans les Babors (Melbou, Tamridjet, Babor).

Origine du nom

L’expression était à l’origine le nom donné aux montagnards berbères arabisés du Nord-Constantinois et ayant abandonné la vie de montagne pour aller s’installer dans les plaines et dans les cités. Ce nom a ensuite été élargi à l’ensemble des tribus arabophones de la région.

Dans la tradition locale, le nom par lequel on désignait les tribus arabophones du Nord-Constantinois semble avoir été Qabail El Had’ra par opposition aux Qabail En-nighass ou Qabail, tribus berbérophones de Kabylie non imprégnées par la culture hégémonique arabe.

Hadra viendrait du mot arabe hadara qui veut dire civilisation ou urbanité ; il aurait été aussi utilisé pour désigner les Arabes qui demeurent dans les villes du Maghreb et qui sont appelés Hadara c’est-à-dire courtisans (urbanisés).

Caractéristiques des Kabyles Hadra

Les Kabyles hadra sont d’origine cosmopolite, issus de diverses tribus Berbères comme les Kutama, les Sanhadja, les Zénètes, qui se sont par la suite arabisées et mêlées aux tribus Arabes installées dans la région.

À la suite de l’indépendance de l’Algérie en 1962 et à la disparition des structures tribales au profit d’un État souverain, le pseudonyme de Kabyle hadra n’est désormais plus d’usage courant, ces derniers ne se définissant que rarement ainsi ; il est davantage perçu comme faisant partie de la culture de la région.

Lors de la conquête française, les Kabyles Hadra étaient indépendants du joug turc, utilisaient la langue arabe, et habitaient principalement en clairière.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Kabyles_hadra

4 comments for “Kabyles hadra

  1. Kaci
    May 13, 2017 at 10:00

    le mot Kabyle veut dire “tribus” en arabe de la meme facon que le mot Shakespeare veut dire “Cheikh Sbire ” en arabe !
    Arretez de propager ces mensonges voulus par nos colons. Le mot Kabyle a beaucoup d’autres origines et explications.

    • Massinissa
      May 14, 2017 at 08:29

      Le nom kabyle ,nous vient du mot taqvilt ,du pluriel tiqviline. Taqvilt veut dire confédération ou tribu ,et ce mot existe à travers tous les patelins de la Kabylie . De nombreux villages de Kabylie portent ce nom de Taqvilt .
      Les arabes n’ont jamais appelé leur villageois Kabyles ,si c’était le cas ça se saurait . Ce mot est d’origine kabyle uniquement ,bien que les arabes se sont l’en appropriés MAIS personne chez eux n’est appelé Aqbaili ou Qbaili .
      On doit faire très attention aux imposteurs arabo-islamiques .

  2. azrou
    May 14, 2017 at 07:24

    Les indiens d’Amérique du nord ou les aborigènes d’Australie ont préféré la misère et l’isolement que d’abandonner leur identité séculaire et se fondre dans la culture de l’envahisseur Européen. Contrairement, ces descendants de brobros ont tourné le dos à leurs ancêtres et à leur culture millénnaire au profit du bédouinisme d’Arabie qui n’a rien apporté de positif à l’humanité. Tout compte fait, les Kabyles quelque soit leurs tares ou leurs travers demeurent les seuls dans le Tamazgha central à avoir résister au raz de marée de l’Arabo-islamisme qui ne cesse de se consolider en Afrique du Nord depuis au moins 09 siècles. Ces Kabyles qui ont tout sacrifié pour l’Algérie depuis le début du 20ème siècle se retrouvent aujourd’hui à la croisée des chemins de leur cheminement historique où ils aspirent par contrainte et nécessité de survie à se détacher de la locomotive Algérie qui a pris depuis 1962 le sens contraire de leur destination souhaitée. Ces Kabyles qui se sont rendus compte tardivement qu’ils se sont embarqués dans le mauvais train et qu’ils veulent quitter à tout prix avant qu’il ne soit trop tard. Reste à savoir si cela est possible.

  3. June 4, 2017 at 14:57

    Ces populations sont devenues arabophones par la grâce de la colonisation française.
    William Shaler – Esquisse de l’Etat d’Alger

    Publié le 9 Octobre 2012 par Aures Ameqrane
    Catégories : #Esquisse de l’Etat d’Alger, #William Shaler, #amazigh, #Berbère, #chaouis

    Quelques extraits du Livre de William Shaler Consul-Général des États-Unis à Alger (1814-1828)

    Les Cabylè parlent une langue qui est probablement une langue primitive. Le docteur Shaw dit qu’on l’appelle le Chouiah[…] Leur nom de Cabylè vient du mot arabe kabilet qui veut dire tribu. Ce nom, quelque peu sonnant qu’il soit, fait assez connaitre leur situation politique. Car ils n’ont pas d’autre séjour que les montagnes occupant toutes les branches de l’Atlas qui vont à l’est, et tirent des dénominations des noms différents de ses montagnes en arabe, tel que : Beni-Chouv, Beni Zeroual, Beni-Zouaouah, Beni-Abben, etc. […] Chaque montagne a son état ou république indépendante. On les appelle aussi Berbère ou Berber d’où est venu probablement le nom de Barbarie.

    Les Cabylè sont blancs, de taille moyenne, nerveux, robustes, actifs, comme sont d’ordinaire les montagnards, et toujours maigres. Ils ont l’esprit vif, les mœurs sociales, et d’heureuses dispositions. Beaucoup d’entre eux qui ont le teint clair, des cheveux blonds […] Le docteur Shaw parle d’une tribu de Cabylè qui habite les monts Auress, (Mons Aurasius, Mons Audus, au sud de la constantine, où était situé l’ancienne Lambésea,) dont tous les habitants ont le teint clair. Depuis Bruce a visité ces montagnes et il confirme le récit du docteur Shaw.

    Cependant les Cabylè sont un peuple actif et intelligent. Ils tirent de l’agriculture et de leurs troupeaux tout ce qu’il faut à leur subsistance. Ils fabriquent beaucoup de tissus en laine pour leur usage particulier, et on doit à leur travail presque toute l’huile qui se consomme dans ce pays. Ils exploitent les mines de fer qui se trouvent dans leurs montagnes, convertissent en fonte les minéraux qu’ils en ont extrait, et en fabrique une foule d’ustensiles assez grossiers aratoires pour les Maures. Ils connaissent aussi la fabrication de l’acier qui leur sert à la confection de toutes sortes d’armes.[…] Ils connaissent encore la manière de la poudre à canon.

    Les Cabylè forment la classe la plus nombreuse de la population algérienne, et bientôt ce serait d’eux que les autres recevraient la loi, s’ils étaient capables d’union ; mais ils sont partagés en un millier de petites républiques que tourmentent continuellement des guerres intestines. Le gouvernement algérien entretien ces guerre de familles, et, profitant de leur penchant à la discorde, les devise pour les dominer. Mais ils portent un sentiment d’indépendance qu’on ne saurait vaincre.

    Les tribus les plus puissantes habitent les montagnes de la Constantine. Les Beni-Abbas, qui occupent les passages des montagnes entre Alger et Constantine, pourraient seuls défier toutes les forces de la régence, s’ils avaient assez d’art pour profiter des moyens qui sont à leur disposition.
    William Shaler – Esquisse de l’Etat d’Alger

Leave a Reply

Your email address will not be published.